De la colère au soulagement, Ricciardo a été éprouvé à Monaco

Hanté par Monaco 2016, soulagé en 2018... Daniel Ricciardo est revenu dans un message sur les réseaux sociaux sur les courses qui l'ont marqué durant sa carrière en F1, pour le meilleur et pour le pire.

De la colère au soulagement, Ricciardo a été éprouvé à Monaco

Toujours très performant à Monaco, Daniel Ricciardo a entretenu pendant deux ans une relation difficile avec la Principauté, théâtre du moment le plus énervant de sa carrière. En 2016, il dominait outrageusement les débats après avoir signé la première pole position de sa carrière, mais un arrêt au stand raté par Red Bull Racing, qui n'avait pas préparé les pneus pour son passage, l'a fait terminer deuxième derrière Lewis Hamilton

"Même quatre ans après, je me rappelle de cette journée dans les moindres détails, c'est comme un film dans mon esprit", se souvient l'Australien. "Je peux me visualiser en train de rouler dans les virages avant le tunnel après cet arrêt au stand, et j'étais tellement en colère que je n'aurais pas été mécontent d'avoir une casse mécanique pour ne pas finir la course, et je ne voulais parler à personne après, je ne voulais certainement pas d'une quelconque empathie... je ne voulais pas être là. J'ai eu un moment de clarté dans la zone médias après, où j'ai pensé que si finir deuxième à Monaco était le pire jour de ma vie, je devais probablement me réveiller, et c'est là que la colère s'est transformée en déception."

"Je voulais être seul dans ma loge de pilote mais Helmut [Marko] est venu me voir et il avait le cœur brisé. Il m'a juste dit 'désolé' et m'a pris dans ses bras, donc il était hors de question que je réagisse agressivement. Il souffrait autant que moi. Je suis rentré à la maison après cela car je ne voulais entendre personne s'excuser et je pensais que rien de bon ne pourrait sortir du fait que j'accuse quelqu'un, tant j'étais en colère. C'est ce qui a rendu [la course] deux ans plus tard si agréable."

Lire aussi :

C'est en effet à Monaco, en 2018, que Ricciardo s'est réconcilié avec ce Grand Prix si particulier, qui lui tenait énormément à cœur, et qu'il savait être en mesure de gagner. Mais sa première victoire en Principauté n'a pas été de tout repos, puisqu'il a subi une avarie mécanique sur sa Red Bull RB14 le contraignant à n'utiliser que six rapports de boîte sur huit, et à terminer la course en subissant les assauts de Sebastian Vettel, qui n'a toutefois pas réussi à le dépasser. Il ne cache pas s'être agacé de voir la malchance s'abattre sur lui de nouveau, sans être sûr que sa monoplace tiendrait jusqu'à l'arrivée.

"Je ne vais pas mentir, Monaco 2016 m'a hanté pendant deux ans, et ne pas faire une seule erreur en 2018 et penser que la victoire allait de nouveau m'être enlevée... À Monaco, lorsque vous gardez la tête au premier virage après avoir signé la pole position, c'est vous qui pouvez perdre, la course est entre vos mains. Mais en 2018, c'était un niveau de stress différent à cause de ce qui s'était passé en 2016. Le sentiment principal était du pur soulagement que ça ne m'ait pas été volé, cette fois. J'en ai encore plus profité dans les jours qui ont suivi [la course], quand j'ai commencé à réaliser, mais ce dimanche soir, j'étais juste au bout du rouleau. C'était un soulagement énorme, plus qu'autre chose."

Le vainqueur Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14 dans le parc fermé

Le Daniel Ricciardo sur le podium de Monaco en 2016 était probablement le plus fermé que l'on ait pu voir, mais il admet avoir atteint sa limite en termes de patience et de moral à un autre moment en carrière, même s'il juge qu'il s'agissait plus de désespoir que de colère. Le futur pilote McLaren cite en effet le Grand Prix du Mexique 2018 comme sa course la plus démoralisante. Victime de six abandons sur panne mécanique cette année-là, l'Australien avait aussi été accablé en qualifications au Japon, et la casse subie à Mexico au lendemain d'une pole position durement acquise l'a poussé à bout de patience, une semaine après un abandon sur cause mécanique aux États-Unis.

"Le samedi à Mexico était bon, j'ai fait la pole, mais le dimanche était épouvantable, et c'était le deuxième dimanche consécutif lors duquel ça se passait comme ça, après un abandon prématuré à Austin", se souvient le pilote. "À Austin, j'étais sombre après la [casse], j'ai passé mon poing à travers la porte de ma loge et je n'ai pas traîné après la course. Rebondir six jours plus tard avec la pole en ayant ce que je croyais être une fracture de la main droite, et après que Max [Verstappen] avait dominé tout le week-end, c'était très satisfaisant."

"Mais le dimanche était épouvantable. Avant même que les feux ne s'éteignent, il y a eu des problèmes pour trouver le régime moteur, donc le départ était horrible, mais j'ai réussi à le compenser avec un long relais en pneus supertendres pour me mettre en position d'être deuxième, et la voiture s'est arrêtée à quelques tours de la fin. Pendant ces deux semaines... disons que je n'ai pas aimé mon boulot !"

partages
commentaires
Leclerc et Lelouch vont tourner un remake à Monaco

Article précédent

Leclerc et Lelouch vont tourner un remake à Monaco

Article suivant

C'était un 22 mai : hécatombe dans les rues de Monaco

C'était un 22 mai : hécatombe dans les rues de Monaco
Charger les commentaires
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021
Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes Prime

Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes

Pour la première fois de l'ère turbo hybride, Red Bull mène les deux championnats après sa victoire au Grand Prix de Monaco.

Formule 1
5 juin 2021