Ricciardo pense que "l'ego des pilotes" jouera un rôle en Autriche

Le pilote Renault Daniel Ricciardo estime que l'ego des pilotes va entrer en jeu au moment de la reprise de la discipline reine, en Autriche.

Daniel Ricciardo fera partie des très rares pilotes qui auront déjà parcouru le tracé du Red Bull Ring avant la reprise, grâce aux essais menés par Renault avec la monoplace 2018 la semaine passée. Malgré tout, l'Australien ne s'attend pas à ce que le moindre avantage tiré de ce roulage ne dure pendant le week-end du GP d'Autriche. "Nous aurons beaucoup d'essais, donc le week-end de course va se passer normalement", a-t-il déclaré dans un podcast de la F1. "Nous aurons beaucoup de temps dans le baquet avant la course."

"Mais ensuite les lumières vont s'éteindre et, assurément, tout le monde fera 'je me suis mieux entraîné lors de ma quarantaine' ou 'je suis moins rouillé que toi'. Je suis sûr que l'ego de certains pilotes va entrer en jeu. Ou alors tout le monde va être vraiment prudent, 'ça fait bizarre !' Je pense que ça va être très intéressant. Nous ne savons pas vraiment combien de courses nous allons avoir cette année, donc il va probablement y avoir la mentalité 'faisons en sorte que celle-ci compte'."

Lire aussi :

Il affirme en tout cas que le test à Spielberg a été utile, surtout pour réhabituer son corps aux contraintes du pilotage après une pause forcée de trois mois. "C'était bon d'y revenir. Les premiers tours, ça faisait un peu bizarre. C'est comme tout : quand vous faites quelque chose quasiment toute votre vie, il ne faut pas longtemps pour retrouver des sensations, et tout semble normal très rapidement."

"Mais clairement, la première fois, en montant [dans la voiture] et en quittant les stands, les premiers tours, c'était un peu étrange. Mais je suis vraiment content que nous l'ayons fait, juste pour retirer les toiles d'araignées, même le genre de douleur générale après le premier jour, je sens que je l'ai surmontée désormais."

"C'était une bonne chose de retrouver le mode travail. Même si la quarantaine était belle à la ferme [en Australie], la vraie compétition et le travail sérieux me manquaient. Évidemment, nous avons piloté la R.S.20 en essais avant le début de cette pandémie. Je vais dire qu'un grand chemin a été parcouru en deux ans ; en fait, c'est bien de piloter une voiture vieille de deux ans, parce que ça montre les progrès faits par la discipline."

Ricciardo espère en tout cas que Renault sera en position de mener le peloton derrière les équipes du top 3. "Tout ce que nous avons actuellement, c'est un test en février. Nous avons en quelque sorte fait notre analyse après les tests, et nous avons essayé de savoir où chacun se situait. Tout ce que je peux dire, c'est que pour la voiture de tête en milieu de peloton, il était vraiment difficile de savoir si c'était nous ou pas. Il semble qu'au moins trois des équipes du milieu de peloton se tenaient en moins d'un dixième."

"L'année dernière, l'Autriche a peut-être été pour nous le pire week-end de l'année. Je pense que si nous pouvions arriver et être à l'avant du milieu de peloton, je pense que ça serait une bonne chose pour nous sur le reste de la saison."

Lire aussi :

Les essais du Red Bull Ring ont également offert à Renault la possibilité de tester et de s'habituer aux nouveaux protocoles dans la ligne des stands et les garages introduits par la FIA pour la lutte contre le COVID-19. "C'était clairement différent, tous nos débriefings, toutes nos réunions, se déroulaient par le biais d'appels vidéo. La plupart d'entre nous étions assis au même endroit, mais à distance, donc nous faisions tous notre débriefing par vidéo, tout le monde portait le masque dans le garage."

"Et le mécanicien qui vous attache, je lui ai dit de ne pas s'approcher trop près de moi ! C'est assez intime quand ils commencent à vous attacher, les sangles d'entrejambe et tout ça. Tout le monde s'y habitue, je pense qu'il y a juste un peu plus de prise en compte de l'espace personnel. Comme toute chose, quand il y a un changement, on prend un peu de temps pour s'adapter, mais avec le temps, on finit par le faire."

partages
commentaires
Après le COVID-19 et pour la diversité : la F1 lance #WeRaceAsOne
Article précédent

Après le COVID-19 et pour la diversité : la F1 lance #WeRaceAsOne

Article suivant

Pas d'évolution de l'état de santé d'Alex Zanardi

Pas d'évolution de l'état de santé d'Alex Zanardi
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021