Ricciardo : La Renault n'est pas "à des années-lumière"

partages
commentaires
Ricciardo : La Renault n'est pas "à des années-lumière"
Par :
6 avr. 2019 à 08:30

Même s'il sait qu'il faut à la fois améliorer sa monoplace et son pilotage, Daniel Ricciardo estime que la Renault n'est pas "à des années-lumière" de la concurrence.

Avec un premier GP qui a rapidement été gâché par un aileron cassé dès le départ et une seconde épreuve qui s'est achevée à trois tours du but, en raison de ce qui semble être un problème de MGU-K, Daniel Ricciardo n'a pas connu les débuts les plus aisés avec sa nouvelle écurie Renault. Il faut ajouter à cela une monoplace qui n'est pas en position de rivaliser avec les meilleures mais aussi le fait qu'elle ne favorise pas le style de pilotage de l'Australien qui doit traverser une période d'adaptation.

Lire aussi :

Pour autant, il pointe le positif. "C'est encore tôt mais jusqu'ici l'unité de puissance n'a pas fait beaucoup de chemin mais a assurément progressé, donc c'est un aspect important", a-t-il déclaré. "Le châssis en lui-même, j'étais en quelque sorte averti avant de piloter la voiture qu'il souffrait un peu sur les bosses et les vibreurs ; évidemment, c'est un domaine qui peut être amélioré mais je ne pense pas qu'il soit à des années-lumières. Déjà, d'après ce que j'entends, c'est un peu mieux que l'an dernier, selon Nico [Hülkenberg]."

"Quelques évolutions, les développements que nous aurons, un en Chine probablement et peut-être un autre lors des prochaines courses, vont également aider à rapprocher la voiture. Comme pour certaines faiblesses de tenue de route, les choses que nous allons finir par apporter à la voiture vont aider dans ces domaines, la stabilité en entrée et ce genre de trucs."

"C'est là que le temps au tour se trouve en F1, l'adhérence à l'arrière, la capacité d'emmener de la vitesse, et c'est là que la plupart du temps jusqu'ici, quand je pilote la voiture, j'emmène cette vitesse en espérant et en m'attendant à ce que le grip soit là et puis ce n'est pas le cas, et je perds en sortie. Donc il y a des domaines qui pourraient aider, [des évolutions] que nous devrions bientôt avoir. Je suis optimiste, il y a beaucoup de marge de progression."

Lire aussi :

"Le week-end a été difficile", a-t-il expliqué pour Sky Sports après le Grand Prix de Bahreïn. "Loin du rythme et j'essaie de comprendre pourquoi. Bien sûr, une partie dépend de moi, dans l'apprentissage de la meilleure façon de piloter la voiture, en essayant peut-être de me départir de quelques vieilles habitudes de l'année dernière. Mais il y a également certaines choses au niveau des réglages et du fait d'essayer de travailler sur ce qui marche le mieux pour moi, afin de prendre confiance dans cette voiture."

"Je ne veux pas dire que je suis coincé dans mes anciennes méthodes avec la Red Bull mais assurément cette voiture a besoin d'être apprivoisée un petit peu différemment. J'essaie juste de la maîtriser."

Article suivant
Le 100e GP : Moss intraitable sur la Nordschleife

Article précédent

Le 100e GP : Moss intraitable sur la Nordschleife

Article suivant

Verstappen a changé de casque, malgré les réserves de Red Bull

Verstappen a changé de casque, malgré les réserves de Red Bull
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Daniel Ricciardo Boutique
Équipes Renault F1 Team
Auteur Fabien Gaillard
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu