Ricciardo a "trouvé le confort dans l'inconfort" à Sotchi

Auteur d'une belle cinquième place sur la grille de départ du Grand Prix de Russie, Daniel Ricciardo explique avoir été audacieux au niveau des réglages.

Ricciardo a "trouvé le confort dans l'inconfort" à Sotchi

L'an dernier, pour sa première venue à Sotchi avec Renault, Daniel Ricciardo n'avait pas eu de réussite. L'Australien s'était qualifié dixième, à quatre dixièmes de son coéquipier Nico Hülkenberg, et avait été impliqué dans un accrochage dès le premier tour, contraint à l'abandon peu avant la mi-course.

Un an plus tard, au volant de la Renault R.S.20, la situation est drastiquement différente : Ricciardo a pris la cinquième place de la grille de départ après avoir créé la surprise en signant le meilleur temps de la Q2, profitant certes des déboires de Lewis Hamilton et des pneus mediums utilisés par Valtteri Bottas et Max Verstappen. Cette performance est due au travail réalisé sur les réglages, d'après l'intéressé.

"Je pense que l'an dernier, si l'on regarde ça, même en regardant les caméras embarquées maintenant, la voiture avait l'air un petit peu trop bonne à conduire", analyse Ricciardo. "Mais en réalité, elle était lente. Il s'agissait juste de trouver le confort dans l'inconfort. J'ai regardé des tas de caméras embarquées, j'ai passé en revue des réglages que nous avons changés au fil du week-end l'an dernier pour voir où est-ce que ça avait mal tourné."

Lire aussi :

"En théorie, si l'on n'est pas particulièrement compétitif sur un circuit, il y a une sorte de raison Peut-être que les réglages que l'on aime habituellement ne fonctionnent pas pour ce circuit. Il faut donc se pousser à faire quelque chose qui ne fonctionne pas forcément sur d'autres circuits mais pourrait fonctionner ici. Il faut sortir des sentiers battus et tester des réglages qui feraient peut-être peur sur d'autres circuits. J'ai ainsi essayé de sortir de ma zone de confort, d'être un peu plus agressif au niveau des réglages, de prendre un peu plus de risques."

Le pilote Renault n'est toutefois pas parvenu à réitérer sa performance de Q2 dans la dernière phase des qualifications, passant d'un 1'32"218 à un 1'32"364. Son chrono précédent lui aurait permis d'être quatrième sur la grille.

"Je viens d'étudier ça avec les ingénieurs et je pense, à vrai dire, que c'était simplement question de préparation des pneus. Pour être précis, le tour de Q2 ne pouvait probablement pas être plus proche de la perfection. Je savais donc que faire aussi bien allait être compliqué. Normalement, il y a toujours un peu de marge pour améliorer en Q3 par rapport à la Q2. Mais tout paraissait parfait en Q2. Les pneus étaient dans la bonne condition, et on le sent à la sortie du dernier virage pour lancer le tour, on sent que l'adhérence est là. Puis au virage 2, qui est le premier virage réel, le mordant était là, et il n'y avait pas de blocage à l'avant. C'était un tour aisé", conclut-il.

partages
commentaires

Voir aussi :

La FIA serre la vis après le t-shirt de Hamilton sur Breonna Taylor
Article précédent

La FIA serre la vis après le t-shirt de Hamilton sur Breonna Taylor

Article suivant

LIVE F1 - Suivez le GP de Russie en direct

LIVE F1 - Suivez le GP de Russie en direct
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021