Ricciardo, 4e : "Forcément un peu de douleur" d'avoir perdu le podium

Sur le papier, la quatrième place de Daniel Ricciardo au Grand Prix de Toscane est un excellent résultat pour Renault F1 Team. Pourtant, le podium était à leur portée.

Ricciardo, 4e : "Forcément un peu de douleur" d'avoir perdu le podium

Ayant parié qu'il allait se faire un tatouage du choix de Daniel Ricciardo si ce dernier montait sur le podium en 2020, Cyril Abiteboul est à nouveau sauvé de justesse. On imagine que le directeur de Renault F1 Team aurait quand même préféré obtenir cette troisième place que l'Australien a si longtemps tutoyée au Mugello !

Huitième sur la grille de départ, Ricciardo a pris la sixième place dès le premier tour, en partie grâce au problème moteur de Max Verstappen, avant de s'installer durablement dans le top 5 lorsque Charles Leclerc a progressivement chuté au classement. A ensuite eu lieu une longue bataille à trois avec Lance Stroll et Alexander Albon pour la troisième position, bataille que Ricciardo gagnait au moment de la deuxième interruption de la course. Mais lors du dernier sprint de 12 tours, s'il a pris la deuxième place à Valtteri Bottas au départ, le pilote Renault a logiquement dû s'incliner face à la Mercedes mais aussi contre la Red Bull d'Albon, plus rapide en cette fin d'épreuve.

Lire aussi :

Ricciardo égale néanmoins son meilleur résultat avec Renault, quatrième, qu'il réalise pour la… quatrième fois. Et cette performance lui vaut le titre honorifique de Pilote du Jour. "La meilleure nouvelle du jour, c'est que nous sommes déçus d'être quatrièmes", se félicite Cyril Abiteboul. "Cela montre la progression de l'écurie, en particulier sur un circuit où nous ne nous y attendions pas. Cela signifie qu'il y a quelque chose que nous ne comprenons pas complètement avec cette voiture. Pour en revenir à Daniel, il a été absolument fantastique, il a été brillant. Il a été génial tout le week-end. Cela aurait été une récompense fantastique pour l'équipe et lui, mais ça viendra." Esteban Ocon a pour sa part été victime d'une surchauffe de frein d'origine pour l'heure inconnue.

Daniel Ricciardo, Renault F1 Team R.S.20, Alex Albon, Red Bull Racing RB16

Ricciardo, quant à lui, ressent forcément un peu d'amertume après avoir perdu la troisième place à moins de dix tours du but, ayant franchi la ligne d'arrivée à peine deux secondes derrière Albon. "Je souris à l'extérieur", commente celui qui reste sur 45 Grands Prix consécutifs sans podium, après y être monté 29 fois chez Red Bull. "Il y a forcément un peu de douleur à l'intérieur pour toute l'équipe, mais c'est un peu artificiel car nous savons avoir fait une très bonne course. La stratégie était géniale, nous avons fait l'undercut à Stroll, les départs étaient super, nous n'y sommes pas allés de main morte."

"Je pense que si Albon m'avait passé au départ, nous aurions pu dire que nous avions perdu le podium, mais nous l'avions entre les mains, et il était juste plus rapide que nous. Dans les deux premiers relais, il était là avec Stroll et moi, mais il n'y a jamais eu la sensation qu'il ait bien plus de rythme. J'imagine qu'avec peu de carburant et des pneus tendres, sa voiture a un peu plus pris vie. Il est très vite entré dans ma zone DRS, je n'ai pas vraiment pu lui répondre."

Malgré tout, sur une piste du Mugello composée de peu de pleines charges et où Renault ne s'attendait pas forcément à être si à l'aise, Ricciardo qualifie cette performance de "vraiment encourageante". Il poursuit : "Spa et Monza, nous savions que nous y serions compétitifs. Sur ce circuit, je ne dirais pas que nous avions les attentes les plus élevées qui soient. Hier, si j'avais fait le tour parfait, nous avions la voiture pour être cinquième, et nous avons eu le rythme pour le top 5 toute la course. C'est encourageant pour certains circuits à venir."

Quant à un éventuel retour sur cette piste qui accueillait un Grand Prix de Formule 1 pour la première fois, le pilote au losange est enthousiaste compte tenu des nombreux rebondissements et dépassements alors qu'une procession était crainte : "En effet, ça n'a certainement pas été une course ennuyeuse. C'est ce que nous craignions, et nous avons eu l'inverse, donc nous serions contents de revenir."

partages
commentaires

Voir aussi :

Verstappen plus agacé par son moteur que par l'accrochage

Article précédent

Verstappen plus agacé par son moteur que par l'accrochage

Article suivant

Douze pilotes avertis suite au carambolage du Mugello

Douze pilotes avertis suite au carambolage du Mugello
Charger les commentaires
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021