Rien de changé concernant Ferrari pour Perez

Sergio Perez, est la vraie révélation de l'année

Sergio Perez, est la vraie révélation de l'année. On savait que le pilote Sauber avait du talent mais ils n'auront pas été nombreux, ceux qui auront parié que le Mexicain, dans une écurie à priori de milieu de grille, monterait à trois reprises sur le podium cette année, en effleurant à deux reprises la plus haute marche! En Malaisie, il s'était montré plus rapide que le vainqueur Fernando Alonso jusqu'à ce qu'une légère erreur l'empêche d'obtenir la première place. Ici, à Monza, devant les Tifosi, il a une nouvelle fois été confronté aux Ferrari dont il n'a fait qu'une bouchée.

C'est dans un des baquets de la marque au cheval cabré que les rumeurs l'ont déjà placé à plusieurs reprises pour la saison 2013, au détriment de Felippe Massa. Mais pour Sergio Perez, cette deuxième place à Monza n'influencera pas la décision du clan Ferrari. Lorsqu'on lui demande si ses performances favoriseront un transfert, il dit ne pas s'en préoccuper: "Je ne sais pas. Je n'en suis absolument pas certain. Pour le moment, je me bats pour mon équipe et je me battrai toujours pour le team dans lequel je suis, donnant toujours mon maximum, que ce soit contre Fernando [Alonso] ou Lewis [Hamilton]. Chaque pilote en ferrait de même."

La course du Mexicain fut parfaitement maîtrisée, surtout au niveau de sa stratégie à un arrêt. Son premier relais, en pneus durs et plus long que celui de ses adversaires, lui a permis de mener le Grand Prix pendant 5 tours. Quand à son second run, en pneus medium cette fois-ci, il lui a procuré beaucoup de plaisir. En effet, il allait 1,5 secondes plus vite au tour que les leaders de la course en fin de Grand Prix. "C'était vraiment agréable", nous dit Perez. "Il y a eu quelques moments cruciaux dans ma course, surtout mon premier run qui a été très long. C'était dur de ne pas dégrader trop les pneumatiques. J'ai fait beaucoup de tours avec le même train de pneus et dans mon second run, c'était "maximum attack" et ça m'a permis d'avoir de belle bagarre avec certains pilotes."

Alors qu'il ne s'était qualifié que douzième, Perez a reconnu qu'il s'agissait d'une contre-performance. "Je ne pensais pas que nous pourrions nous battre pour les premières positions car nous n'étions vraiment pas rapide. Mais cela nous a aidé, dans un sens, car sinon nous n'aurions pas changé de stratégie. J'étais tracassé avant la course mais tout s'est bien passé!"

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso , Sergio Pérez
Équipes Sauber , Ferrari
Type d'article Actualités