Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Les risques potentiels du budget capé effraient Sauber

partages
commentaires
Les risques potentiels du budget capé effraient Sauber
Par :
29 janv. 2018 à 11:07

Le directeur de Sauber, Fred Vasseur, reconnaît qu'il est "un peu" effrayé par le fait qu'un budget capé puisse ouvrir la porte à des situations en raison des difficultés à le faire appliquer.

Cyril Abiteboul, directeur général Renault Sport F1 et Frédéric Vasseur, Team Principal Sauber
Frederic Vasseur, directeur de l'équipe Sauber
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17 et Pascal Wehrlein, Sauber C36 en lutte pour une position
Lance Stroll, Williams FW40, Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17, Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17, Pascal Wehrlein, Sauber C36, Pierre Gasly, Toro Rosso STR12, et Marcus Ericsson, Sauber C36, derrière le peloton au départ
Brendon Hartley, Toro Rosso STR12, devant Marcus Ericsson, Sauber C36
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17, devant Marcus Ericsson, Sauber C36
Marcus Ericsson, Sauber C36
Charles Leclerc, Sauber C36
Présentation d'un concept de livrée Alfa Romeo Sauber
Charles Leclerc, Sauber C36
Frédéric Vasseur, Team Principal Sauber et Gino Rosato, Ferrari
Fréderic Vasseur, chef d'équipe Sauber F1 et CEO, avec Lorenzo Senna, Motorsport.com Switzerland Country Leader
Marcus Ericsson et Charles Leclerc, Sauber, Jean Todt, président de la FIA, Chase Carey, directeur exécutif du Formula One Group, Sergio Marchionne, PDG de FIAT, Frédéric Vasseur, team principal Sauber

Même si la petite structure suisse serait parmi les grandes bénéficiaires de toute décision qui viserait à réduire les dépenses des grosses écuries à long terme, le dirigeant français est prudent concernant la façon dont les projets sont mis en œuvre.

En particulier, il a des inquiétudes sur le fait qu'un simple budget capé ne pourrait pas être la bonne façon de faire, surtout s'il y a un risque que les limites de dépenses deviennent le principal point de discussion dans le paddock.

"Si nous avions le même argent que les top teams, nous réduirions l'écart", a déclaré Vasseur à Motorsport.com. "Mais je ne sais pas s'il faut faire ça avec le règlement, comme avec quelques pièces standards. Alors les équipes pourront dépenser la même somme d'argent qu'aujourd'hui, mais seulement pour des gains marginaux."

"Nous pourrions partir sur une surveillance financière, mais ça m'effraie un peu. Sur le papier, ça pourrait fonctionner, mais ensuite il faut voir comment nous pouvons le surveiller dans la saison pour éviter d'être dans une situation où nous avons les nouvelles ou les sites internet [qui disent] que Ferrari ou Mercedes ont dépensé 10 euros de plus que ce qui est permis."

"Quelque chose comme ça, pour le spectacle et l'image de la F1, ne serait pas le pire scénario, parce qu'à ce stade – pour les fans  le mauvais côté de la F1 est qu'elle est devenue une question de budgets. Et si tous ensemble nous parlons seulement de budgets, ça serait un cauchemar."

Vasseur pense qu'une certaine forme de contrôle des coûts est essentielle, mais croit que la meilleure façon d'avancer serait de limiter les opportunités, pour les plus grosses équipes, de trouver de la performance dans des dépenses supplémentaires.

"Si vous voulez avoir un contrôle des couts à 150 millions d'euros, alors ça ne va pas affecter Force India, ça ne va pas nous affecter, et ça n'affectera pas la majorité des équipes. Si vous excluez les pilotes et le marketing, ça sera seulement les équipes du top 3."

"Le meilleur moyen serait de le faire au travers du règlement : en limitant le budget nécessaire pour être performant en passant par les règles. Mercedes va toujours pouvoir dépenser bien plus que nous, ce qui est très bien. Mais au moins, il faut donner l'opportunité aux petites équipes d'être en position de se battre pour des podiums."

"Si vous voulez un bon teaser au début de la saison, alors il faudrait qu'Ocon ou Pérez puissent être sur un podium à chaque course s'ils font du bon travail. Pour l'instant, vous avez deux Mercedes, deux Ferrari et deux Red Bull, et c'est un peu ennuyant."

Soutien à Liberty Media

Vasseur a aussi appuyé les efforts que Liberty Media fait pour améliorer la F1, même si son investissement dans la discipline signifie que les revenus des équipes via les droits commerciaux vont diminuer dans les prochaines années.

"Quand vous investissez, vous tuez une partie de vos profits à court terme, et si c'est la raison, alors ça me va. D'un côté, je pense que les choses vont dans la bonne direction. Nous sommes probablement un peu plus proches des fans, et cette partie du business avance dans la bonne direction."

"Le règlement moteur va être bien plus important pour les motoristes, alors que mon inquiétude en tant que client est de maintenir un prix des moteurs raisonnable, et peut-être également réduire l'écart sur la grille entre les motoristes, parce que sinon, on tue le suspense."

Article suivant
Alfa Romeo Sauber fixe la date de sa présentation 2018

Article précédent

Alfa Romeo Sauber fixe la date de sa présentation 2018

Article suivant

Marko : "Gasly a muri au Japon, c'était absolument essentiel"

Marko : "Gasly a muri au Japon, c'était absolument essentiel"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Sauber
Auteur Jonathan Noble