Kubica : "25 changements par tour sur le volant !"

Robert Kubica revient sur son unique matinée d'essais au volant de la Williams FW42 et évoque ses attentes pour les tests de la semaine prochaine ainsi que pour le Grand Prix d'Australie.

Kubica : "25 changements par tour sur le volant !"
Charger le lecteur audio

Barcelone, ce jeudi. Il est 10h45 en cette toute première journée d'essais complète pour la Williams FW42, qui n'est arrivée en Catalogne que la veille, alors que la concurrence roule depuis le début de la semaine.

Lire aussi :

Équipé d'imposants capteurs, Robert Kubica continue donc de mener des tests aérodynamiques à vitesse constante et tourne aux alentours de 1'50, soit 30 secondes moins vite que la concurrence. Dans ces circonstances, les incidents sont difficiles à éviter, et Lewis Hamilton doit tirer tout droit au virage 13, où se trouve la Williams au ralenti, après avoir signé le meilleur temps absolu des deux premiers secteurs.

"J'ai pensé qu'il avait tiré tout droit pour me dépasser, on utilise souvent cette portion du circuit pour dépasser une voiture plus lente", confie Kubica. "Je ne savais pas qu'il avait bloqué une roue. Je faisais à peu près 25 changements par tour sur le volant !"

Robert Kubica, Williams FW42

Heureusement, pas d'accrochage, et Williams a finalement parcouru 65 tours ce jeudi – 48 pour Kubica et 17 à l'actif de son jeune coéquipier George Russell.

"Nous avons enfin roulé un peu, même si sur ces tours, il n'y en a que dix ou 12 où je pilotais vraiment", commente le Polonais. "Le reste du temps, je collectais des données. C'est un peu tard, mais c'est mieux que rien. C'était important de faire quelques tours pour se préparer en vue de la semaine prochaine."

Lire aussi :

"C'est facile de gagner quatre secondes quand on est à huit secondes. Nous n'allons pas gagner quatre secondes tous les jours ! Ce serait incroyable. Je dois dire que quand j'ai vu les premiers runs des autres le premier jour, j'étais impressionné."

George Russell, Williams, Robert Kubica, Williams

Impressionné, Kubica a de quoi l'être. Le meilleur temps de la FW42 ce jeudi l'aurait placée à la dernière place de la hiérarchie le lundi, première journée complète de roulage pour les écuries rivales. Il faudra redoubler d'efforts pour gagner du terrain sur la concurrence, et la cohésion entre les deux pilotes sera cruciale dans cette optique.

"J'ai rencontré George l'an dernier, nous avons travaillé ensemble plusieurs fois", ajoute le vainqueur du Grand Prix du Canada 2008, qui ne tarit pas d'éloges sur son nouveau partenaire. "Il est très sympa, très connaisseur techniquement. De nos jours, les jeunes pilotes sont impliqués bien plus tôt et apprennent beaucoup. Il est très intelligent. Nous nous entendons bien. Nous n'avons pas eu beaucoup d'informations à échanger cette semaine, mais j'ai hâte de travailler avec lui la semaine prochaine."

"Nous n'allons clairement pas récupérer le temps perdu, mais nous pouvons encore nous préparer pour l'Australie." Même si ce premier Grand Prix de la saison, pour l'instant, s'annonce mal. "Il faut être réaliste, nous n'allons pas nous battre à l'avant en Australie", conclut un Kubica fataliste.

partages
commentaires
Wolff : Ferrari pouvait aller "1,5 seconde plus vite" s'il le voulait
Article précédent

Wolff : Ferrari pouvait aller "1,5 seconde plus vite" s'il le voulait

Article suivant

Toro Rosso salue les premiers essais "fantastiques" de Honda

Toro Rosso salue les premiers essais "fantastiques" de Honda
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021