Grosjean révèle la plus grande fierté de sa carrière

La carrière en Formule 1 de Romain Grosjean va probablement s'achever à la fin de l'année, après neuf saisons et demie dans l'élite.

Grosjean révèle la plus grande fierté de sa carrière
Charger le lecteur audio

Que retiendra Romain Grosjean comme sa plus grande fierté lorsqu'il quittera la Formule 1 ? L'un de ses dix podiums ? Avoir joué la victoire aux Grands Prix d'Allemagne et du Japon 2013 ? Avoir été associé à des Champions du monde comme Fernando Alonso et Kimi Räikkönen ?

Lire aussi :

C'est plutôt sa contribution au développement de Haas que Grosjean désigne ainsi, lui qui s'est engagé dans ce projet dès le mois de septembre 2015, six mois avant les débuts de l'écurie américaine dans la catégorie reine du sport automobile. Le Français fait particulièrement référence à sa collaboration avec Dominic Haines [à gauche sur la photo, ndlr], qui est son ingénieur de course depuis le début de la saison 2019 et avait auparavant été son ingénieur performance pendant trois ans. Les deux hommes collaborent même depuis la première saison complète de Grosjean en F1.

"Le moment dont je suis le plus fier, ce n'est pas tant un moment, c'est d'avoir vraiment su élever le niveau de jeu de Haas", indique Grosjean. "Je prends un exemple : mon ingénieur aujourd'hui, que j'appelle DomDom, on a travaillé longtemps ensemble, mais il était designer à la base. Ensuite, il est passé ingénieur stratégie chez Lotus quand les stratèges sont partis."

"Puis il est devenu ingénieur performance [chez Haas] et il devait être promu ingénieur de course, c'était sa suite logique. Ayao Komatsu [ingénieur de course en chef, au centre sur la photo, ndlr] m'a demandé, du coup, d'échanger – j'avais Gary Gannon –, de laisser partir Gary auprès de Kevin [Magnussen] pour que je puisse travailler avec DomDom, puisqu'il pensait que j'étais le meilleur des deux pour aider DomDom à franchir le cap, ce qui est important pour un ingénieur."

"Aujourd'hui, DomDom, c'est un super ingénieur de course, il fait du très, très bon travail. C'est un exemple parmi tant d'autres, mais c'est un exemple concret que je peux vous donner de choses dont je suis assez fier. J'ai aidé des gens à devenir meilleurs et à progresser dans leur métier. Malheureusement, à certains endroits où j'ai poussé très fort et espéré que des changements soient faits, ces changements n'ont pas été faits. C'est de ça que je parle quand je dis que les trois dernières années, à mon avis, auraient pu être meilleures."

Romain Grosjean, Haas VF-20

Après avoir pris la cinquième place du championnat en 2018 avec 93 points, Haas a chuté au neuvième rang l'an dernier et cette année, inscrivant respectivement 28 et trois unités. La dégringolade est spectaculaire, et la place de Grosjean pour 2020 a un temps été menacée par ce manque de performance. Le tricolore a finalement eu un an de sursis, avant que l'équipe n'emprunte manifestement la voie des pilotes payants.

"L'an dernier, mon impression, c'est qu'ils ne savaient pas s'ils voulaient faire du changement pour faire du changement", commente Grosjean. "Parce que des fois, c'est juste bien de faire du changement pour dire qu'on a changé quelque chose quand les choses ne vont pas, alors que ce qui n'allait pas l'an dernier, c'est que la voiture était une catastrophe."

"C'est sûr que mon retour technique a toujours été une de mes forces", ajoute celui qui avait décelé les défauts des évolutions de la Haas VF-19 bien avant que l'écurie ne se décide à lui faire confiance. "On verra ce que ça donne chez Haas dans le futur, sans ce retour technique et avec les futurs pilotes." Mais comme le dit l'intéressé avec un sourire empreint d'amertume : "Ce n'est plus mon problème."

partages
commentaires

Voir aussi :

Limites de piste : la FIA assouplit les règles à Portimão
Article précédent

Limites de piste : la FIA assouplit les règles à Portimão

Article suivant

EL3 - Verstappen et Gasly en embuscade derrière Mercedes

EL3 - Verstappen et Gasly en embuscade derrière Mercedes
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021