Romain Grosjean : Le dilemme de Lotus (1/2)

Arrivé au pied levé en remplacement de Nelson Piquet chez Renault avant l’explosion de l’affaire du crashgate, Romain Grosjean ne bénéficiait ni de la préparation, ni de l’environnement pour se montrer à son avantage au sein d’un team en proie à de...

Arrivé au pied levé en remplacement de Nelson Piquet chez Renault avant l’explosion de l’affaire du crashgate, Romain Grosjean ne bénéficiait ni de la préparation, ni de l’environnement pour se montrer à son avantage au sein d’un team en proie à de nombreux traumatismes internes et sous le leadership de Fernando Alonso. Après quelques courses difficiles, Grosjean perdit alors ce qui paraissait être sa chance de se poser comme l’un des titulaires incontestables du plateau F1.

Après une remise en question personnelle et sportive au sujet de laquelle tout a été écrit, et une réelle volonté de se rebâtir une légitimité en piste dans de nombreuses catégories, Grosjean est revenu plus fort, avec le soutien d’Eric Boullier, de Total et d’un team Lotus ambitieux alignant cette année Kimi Räikkönen en tant que figure de proue. Déterminé à s’installer, il posait également cette année des fondations dans sa vie privée, prenant sa compagne Marion Jolles pour épouse dans le courant de l’été.

Mais si Romain démontra cette année une réelle aptitude en termes de vitesse pure, le Champion GP2 2011 s’égara trop souvent, laissant les fans et sans doute quelques têtes pensantes à se demander si Lotus n’aurait pas pû réaliser un hold-up parfait cette année en trustant la seconde ou la troisième place du championnat constructeur.

Une nouvelle fois, les coups d’éclat positifs de Grosjean en piste ne compensaient pas les secousses des premiers tours lors desquels l’on vit beaucoup de carbone voler en éclat...

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen , Fernando Alonso , Nelson Piquet , Romain Grosjean
Type d'article Actualités