Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
45 jours
09 mai
Prochain événement dans
62 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
06 juin
Course dans
94 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
101 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
118 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
136 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
150 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
178 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
185 jours
12 sept.
Course dans
192 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
206 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
209 jours
10 oct.
Course dans
220 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
234 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
241 jours
07 nov.
Course dans
248 jours

Grosjean n'a pas la réputation qu'il mérite, estime Steiner

Günther Steiner juge Romain Grosjean sous-estimé, le considérant comme "l'un des meilleurs" lorsqu'il est "dans un bon jour".

Grosjean n'a pas la réputation qu'il mérite, estime Steiner

Günther Steiner a beau s'être séparé de Romain Grosjean (et de son coéquipier Kevin Magnussen) pour la saison 2021, il reste manifestement en très bons termes avec le pilote français, et se montre même particulièrement élogieux à son égard.

Lire aussi :

Grosjean est arrivé au terme de sa carrière en Formule 1 à la suite d'un terrible accident au Grand Prix de Bahreïn, carrière qu'il conclut sans la moindre victoire mais avec dix podiums à son actif néanmoins. Auteur de 179 départs en Grand Prix, le vétéran est malheureusement mieux connu par une tranche du public pour les quelques boulettes commises en piste que pour son palmarès respectable, et Steiner estime que son ancien pilote n'a pas la réputation qu'il mérite.

"Il était certainement très rapide", déclare le directeur de l'écurie Haas pour Motorsport.com. "Dans un bon jour, Romain était l'un des meilleurs. Mais parfois, il attaquait trop. Puis on voit ces erreurs. Il dépassait juste la limite, et les erreurs venaient alors."

"Il y a des erreurs qu'il a faites qui étaient grosses, comme celle de Bakou [en 2018], où il s'est crashé sous Safety Car", ajoute à notre micro Kevin Magnussen, coéquipier de Grosjean chez Haas de 2017 à 2020. "Les gens en ont énormément parlé, mais si vous regardez à quelle place il était quand il s'est crashé, c'était incroyable. Je crois qu'il était quatrième, dans la Haas [sixième, ndlr] ! Personne ne parle jamais de ça. S'il ne s'était pas crashé sous Safety Car, il aurait signé un résultat incroyable lors de cette course. Cela cache le pilote absolument génial qu'il est."

Lire aussi :

"Je pense que ces dernières années, notamment parce qu'il était dans une voiture peu compétitive, c'était dur pour lui de le montrer vraiment. Mais les gens ont oublié ce qu'il a fait en 2012, en 2013, ces années où il est si souvent monté sur le podium. Ce n'est qu'à cause de la malchance que la victoire lui a échappé pas mal de fois."

Kevin Magnussen, Haas F1, parle avec Romain Grosjean, Haas F1, dans son garage

"C'est juste ainsi que fonctionne le monde actuellement. Certainement, de l'intérieur, étant son coéquipier, je l'admire pour le talent qu'il est."

C'est dès le mois de septembre 2015, dans un contexte où le futur de l'écurie d'Enstone alors dénommée Lotus demeurait particulièrement incertain, que Grosjean a pris la décision de rejoindre Haas afin d'assurer son avenir. Il a marqué 104 points en 96 courses avec l'écurie américaine, dont 18 dès les deux premières. À l'heure du bilan, ce pari est-il une réussite ou un échec ? Günther Steiner estime en tout cas avoir vendu son projet au tricolore avec honnêteté et salue le courage de ce dernier.

"Nous étions aussi bien préparés que je le lui ai promis quand nous en avons discuté", affirme l'Italien. "Ce qui était compliqué à l'époque, c'est qu'il y avait eu quelques nouvelles équipes qui n'avaient pas été performantes, et il savait que c'était un risque, mais je lui ai expliqué comment nous faisions les choses différemment. Il y a cru et je pense que nous avons satisfait les attentes."

"Bien sûr, [2020] et [2019] ont été difficiles pour nous, mais ça peut arriver dans n'importe quelle écurie. Cela n'a plus rien à voir avec la nouveauté de l'équipe, nous avons juste commis une erreur [en 2019], et [en 2020], avec la pandémie, nous avons plus souffert que quiconque. Il a été courageux de [nous rejoindre], et ça lui a plutôt réussi."

Rappelons que cette saison, ce sont les rookies Mick Schumacher et Nikita Mazepin qui courront pour Haas, tandis que Grosjean n'a pas encore de programme défini à ce jour, lui qui a connu une longue convalescence après son accident de Sakhir.

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires
La saison où Leclerc a révélé l'étendue de son potentiel

Article précédent

La saison où Leclerc a révélé l'étendue de son potentiel

Article suivant

Sainz : Norris a "fait de moi un meilleur pilote"

Sainz : Norris a "fait de moi un meilleur pilote"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean
Équipes Haas F1 Team
Auteur Benjamin Vinel
Les approximations qu'Ocon devra éviter avec Alpine et Alonso Prime

Les approximations qu'Ocon devra éviter avec Alpine et Alonso

Depuis son retour en F1, Esteban Ocon a connu une période difficile. De nouveaux défis l'attendent, puisqu'il a été rejoint par le double Champion du monde Fernando Alonso dans la nouvelle équipe Alpine. STUART CODLING établit une feuille de route à suivre pour franchir ce cap avec succès.

L'évolution récente des volants de Formule 1 Prime

L'évolution récente des volants de Formule 1

Les volants de Formule 1 ont drastiquement changé au fil des années, les pilotes disposant désormais de plus de contrôle, ce qui leur permet d'apporter les changements les plus subtils et de prendre l'avantage sur leurs rivaux.

Formule 1
2 mars 2021
L'impact qu'ont déjà les nouveaux investisseurs de McLaren Prime

L'impact qu'ont déjà les nouveaux investisseurs de McLaren

L'accord conclu par McLaren avec MSP Sports Capital l'an dernier non seulement aide l'écurie à financer la rénovation de ses infrastructures, ce dont elle avait bien besoin, mais est également un signe de l'avenir de la Formule 1.

Formule 1
1 mars 2021
La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix Prime

La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix

Pour la beauté du geste avant l'interdiction définitive de nombreuses aides en 1994, Benetton voulait faire rouler en Grand Prix sa B193C en fin de saison 1993, ce qui aurait fait d'elle la première voiture à quatre roues directrices à prendre un départ en F1...

Formule 1
28 févr. 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus Prime

Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus

À première vue, la nouvelle Red Bull pour la saison 2021 de F1 semble très similaire à la monoplace de l'an passé, mais un examen attentif révèle qu'il y a en réalité beaucoup de choses intéressantes.

Formule 1
24 févr. 2021
Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons Prime

Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons

Comme les autres monoplaces présentées jusque-là, l'Alfa Romeo C41 dévoilée ce lundi en Pologne s'apparente davantage à une évolution qu'à une révolution.

Formule 1
23 févr. 2021
Qualifs sur un tour : l'échec d'une idée qui avait du bon Prime

Qualifs sur un tour : l'échec d'une idée qui avait du bon

Apparues en 2003 en Formule 1, les qualifications sur un tour suscitèrent controverse et bricolage absurde. Pourtant, elles auraient pu faire la part belle à quelques principes malheureusement vite oubliés.

Formule 1
21 févr. 2021