Quel bilan pour les jeunes pilotes Renault en 2016 ?

En marge de son retour en Formule 1 en tant que constructeur à part entière cette année, le Losange a lancé la Renault Sport Academy, son propre programme de jeunes pilotes.

Quel bilan pour les jeunes pilotes Renault en 2016 ?
Charger le lecteur audio

Pour ce faire, Renault a notamment recruté le champion 2015 de Formule Renault 3.5, Oliver Rowland, ainsi que le top 3 de l'Eurocup FR2.0 : Jack Aitken, Louis Delétraz et Kevin Jörg. Aitken et Jörg ont couru en GP3, Rowland en GP2 et Delétraz en Formule V8 3.5. Motorsport.com a rencontré Mia Sharizman, directeur de l'académie, pour faire le point sur leurs saisons respectives.

 Louis Delétraz

Formule V8 3.5 - Fortec Motorsports - 2e

Âgé de 19 ans, Louis Delétraz courait en Formule V8 3.5 et s'est battu pour le titre tout au long de la saison, vaincu sur le fil par un Tom Dillmann bien plus expérimenté.

L'avis de Mia Sharizman : "Louis est le plus jeune du programme. C'était une grande marche à monter de passer de l'Eurocup à la F3.5. Qu'il rejoigne le championnat et soit capable de se battre pour le titre jusqu'à la dernière course de la saison, c'était très bien. Il était rookie, il y a eu des hauts et des bas en termes de performance. Vers la fin, il s'est bien débrouillé pour se battre pour le titre."

"Le niveau du championnat a un peu baissé, donc il faut vraiment comparer ça aux autres championnats, pour mesurer ce qui est toujours très difficile à mesurer. En termes d'accomplissement personnel, en termes de performance, de préparation physique, d'entraînement, de médias, Louis a été très bon."

Le Suisse courra en GP2 Series la saison prochaine avec Racing Engineering, ayant déjà participé au dernier meeting de la saison 2016 et effectué trois journées d'essais à Abu Dhabi, ce avec des chronos convaincants.

"La question est de savoir si ça lui prendra un ou deux ans en GP2", s'interroge Mia Sharizman. "Vu son niveau d'expérience en monoplace, ce sera deux ans."

Louis Deletraz, Fortec Motorsports

 Jack Aitken

GP3 Series - Arden International - 5e

Jack Aitken, qui a fêté ses 21 ans il y a quelques mois, s'est classé cinquième du GP3 Series cette année. L'Écossais-Coréen n'a marqué que 38 points lors de la première moitié de saison avant d'en inscrire 108 dans les quatre derniers meetings ; seul son coéquipier Jake Dennis a fait mieux.

L'avis de Mia Sharizman : "Jack est le pilote le mieux placé du classement GP3, parmi ceux qui venaient d'Eurocup FR2.0 : il a fini cinquième du championnat. Les quatre premiers venaient de F3 Europe ou redoublaient en GP3. Nous pensons que Jack a été très performant face à un plateau très relevé, quand on sait que les quatre devant lui passent en GP2. Nous avons constaté son développement et ses progrès, ce qui est important. Bref, nous sommes contents de Jack."

"Si l'on regarde Arden… Le pilote et l'équipe jouent un rôle. Arden a souffert pendant les trois ou quatre premiers meetings. Jack a marqué 18 points lors des quatre premières manches et 37 dans la dernière. Mais ce n'est pas que l'équipe, c'est un mécanisme composé du pilote et de l'équipe. En fin de compte, c'est la position au championnat qui compte, mais le rythme du développement et du progrès, la capacité à apprendre, c'est comme ça que nous évaluons nos pilotes."

Jack Aitken, Arden International

 Oliver Rowland

GP2 Series - MP Motorsport - 9e

Après avoir été le champion le plus dominateur de la Formule Renault 3.5, Oliver Rowland n'a pas concrétisé en GP2, lui qui a fêté ses 24 ans au mois d'août. Pas de victoire malgré quatre podiums lors d'une première moitié de saison où Rowland a marqué 79 points, n'en inscrivant que 28 en deuxième partie d'année.

L'avis de Mia Sharizman : "Oliver menait le championnat à Silverstone, avec une MP. Tout le monde sait que cette équipe n'a pas eu beaucoup de succès par le passé. Nous avons vu le niveau d'Oliver quand il était en Formule Renault 3.5, c'était un niveau élevé. Il est arrivé en GP2 et il menait le championnat au mois de juillet."

"Encore une fois, ce sont deux demi-saisons très différentes. D'un côté, s'il n'y avait eu que les cinq derniers meetings, Jack [Aitken] et Jake Dennis auraient fait le doublé au championnat [GP3]. Oliver menait le championnat à mi-saison, puis la deuxième moitié… cela nous a déçus, c'est le moins que l'on puisse dire. Mais il a montré qu'il avait le niveau. Il compte faire une nouvelle année, nous étudions ses options pour une deuxième année en GP2."

"La performance est un mélange. C'est pourquoi il est crucial, en fin de compte, de considérer l'équipe, les ingénieurs, le physique… ce n'est pas uniquement de sa faute. Nous nous sommes rendu compte que le côté mental joue un rôle important dans le développement d'un pilote. Observons Oliver en Formule Renault 2.0 pendant deux ans, en FR3.5 pendant deux ans : il y a toujours eu des hauts et des bas. Cela a transpiré en GP2 ; il peut être excellent, puis médiocre. C'est le point sur lequel nous essayons de le faire progresser, principalement du côté mental."

Oliver Rowland, MP Motorsport

 Kevin Jörg

GP3 Series - DAMS - 14e

Kevin Jörg a suivi le même chemin que Jack Aitken, rejoignant le GP3 Series en provenance de l'Eurocup FR2.0, toutefois avec beaucoup moins de réussite. Le Suisse de 21 ans n'a marqué que 26 points, les temps forts de sa saison étant une 2e place en qualifications à Barcelone et une 4e place lors de la première course d'Abu Dhabi.

L'avis de Mia Sharizman : "Tout le monde s'est montré prometteur, et Kevin… Nous espérions qu'il ait un certain niveau de constance. Kevin évoluait au sein d'une nouvelle équipe de GP3, ce qui représente un facteur. Cependant, son coéquipier Jake Hughes est monté sur le podium à plusieurs reprises. Kevin, lui, a marqué des points lors des premier et dernier week-ends de la saison. C'était décevant. Il s'agissait de capacités mentales, de les transformer en performances sur la piste. Nous avons été déçus, et nous devons en tirer des leçons."

Kevin Joerg, DAMS

Line-up 2017

Quel avenir pour le line-up Renault Sport Academy ? Il est certain que les quatre pilotes actuels ne feront pas tous partie du programme du Losange l'an prochain, comme l'explique Mia Sharizman.

"Nous avons identifié la personne que nous voulons faire avancer. Dans un sens, c'est un succès que nous soyons parvenus à identifier le pilote que nous voulons faire progresser, en qui nous voyons un avenir. Dans tout programme de jeunes pilotes, nous essayons de développer chacun, mais il n'y en aura jamais qu'un qui avance. Les trois autres demeurent en cours d'évaluation, mais pour certains d'entre eux, nous avons déjà pris la décision. Nous pensons avoir fait le bon choix."

Compte tenu des propos que nous a confiés Mia Sharizman sur ces quatre pilotes, il paraîtrait logique que Renault continue à travailler au moins avec Louis Delétraz et Jack Aitken. Lequel des deux est le fameux pilote "identifié" ? Difficile à dire. Quant à Kevin Jörg, il semble évident qu'il ne sera plus de la partie l'an prochain.

Sharizman nous a également confié qu'il était très probable que la Renault Sport Academy recrute de nouveaux pilotes l'an prochain. Pourrait-il s'agir de pilotes parmi le top 3 de l'Eurocup FR2.0 comme il y a un an, soit Lando Norris, Dorian Boccolacci et/ou Max Defourny ? Wait and see!

partages
commentaires
Bilan F1 2016 - Toro Rosso en manque de puissance
Article précédent

Bilan F1 2016 - Toro Rosso en manque de puissance

Article suivant

Pénalités - Kvyat à quatre points de la suspension

Pénalités - Kvyat à quatre points de la suspension
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021