Rush sur 1976 : Lauda confirme les pronostics (3/8)

La saison 1976 débuta au Brésil à Interlagos (l'épreuve se déroulant en Argentine a été annulée suite à la crise politique secouant le pays à l'époque), et le ton fut donné dès les qualifications puisque Hunt décrocha la première pole position de...

La saison 1976 débuta au Brésil à Interlagos (l'épreuve se déroulant en Argentine a été annulée suite à la crise politique secouant le pays à l'époque), et le ton fut donné dès les qualifications puisque Hunt décrocha la première pole position de sa carrière, tout juste devant Lauda. Cependant l'Autrichien reprit l'avantage dès le départ et s'envola vers la victoire, là où l'Anglais finit par sortir de la piste à cause d'ennuis d'accélérateur.

Cinq semaines plus tard (puisque telle était la tradition de laisser une longue interruption entre la tournée sud-américaine et la suite de la saison), les F1 se retrouvèrent en Afrique du Sud, où Hunt récupéra le leadership en qualifications. Ceci pour le perdre à nouveau dès le départ. Hunt eut beau essayer d'effacer le handicap d'un envol raté, il échoua à une seconde de son rival qui l'emporta malgré un pneu dégonflé dans les derniers tours. Les Mclaren semblaient moins compétitives sur la durée que les Ferrari.

La troisième manche vit la Formule 1 poser ses valises pour la première fois à Long Beach, pour le Grand Prix des "USA Ouest". L'objectif du promoteur Chris Pook étant de créer un "Monaco Américain". Le tracé connaîtra par la suite un certain succès, en F1 comme ailleurs, et reste aujourd'hui une des épreuves phares en IndyCar. Cette fois, c'est l'équipier de Lauda, Clay Regazzoni qui domina l'épreuve de la tête et des épaules, en signant la pole, le meilleur tour en course et en menant la course de bout en bout. Lauda assura la seconde place là où Hunt se fit à nouveau remarquer à sa manière : après qu'il heurta le rail suite à une mésentente avec Patrick Depailler en début de course, il resta en bord de piste pendant de longues minutes en se manifestant à chaque passage de la Tyrrell... Le pire étant qu'au final, sa M23 était en état de reprendre la course !

Après que le Grand Prix d'Espagne ait provoqué à des degrés divers de vives polémiques (nous y reviendrons dans le prochain volet de ce dossier), le Grand Prix de Belgique fut plus calme. Lauda reprit sa marche en avant en signant le Grand Chelem (pole, meilleur tour et victoire de bout en bout) là où Hunt vit sa boîte de vitesses le lâcher. Cette même boîte qui le fit partir quatorzième à Monaco pour abandonner une fois de plus, moteur cassé cette fois. Pendant ce temps, Lauda remporta la course en l'ayant menée d'un bout à l'autre...

Le Grand Prix de Suède ne laissa pas plus d'espoir à Hunt : si la course vit le doublé surprise des Tyrrell de Jody Scheckter et Depailler avec leur fameuse P34 à six roues, Lauda assura la troisième place, deux rangs devant Hunt. Un léger espoir s'entrevit en France où après une nouvelle pole position, l'Anglais profita pour une fois de l'abandon de Lauda sur casse moteur pour l'emporter, cette fois sans contestation.

A cet instant cependant, personne n'envisageait une défaite de Lauda et Ferrari au championnat. Or les autorités sportives eurent également leur mot à dire, que ce soit avant ou après l'accident du Nurburgring...

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Chris Pook , Jody Scheckter , Patrick Depailler , Clay Regazzoni
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités