L'approche de Russell a plus impressionné Mercedes que sa rapidité

Lors du Grand Prix de Sakhir, ce n'est pas le niveau de performance de George Russell qui a impressionné Mercedes, mais sa capacité à gérer une pression très forte sur ses épaules.

L'approche de Russell a plus impressionné Mercedes que sa rapidité

Il ne fait aucun doute que George Russell a impressionné les observateurs le week-end dernier à Sakhir, mais il a également marqué des points importants en interne. Appelé à remplacer Lewis Hamilton, forfait à cause du COVID-19, le Britannique s'est hissé immédiatement au niveau de Valtteri Bottas chez Mercedes malgré des préparatifs réduits à leur plus simple expression. Dans l'environnement de l'écurie championne du monde, personne ne doutait de sa rapidité, mais la manière avec laquelle il a géré la pression et n'a commis aucune erreur a frappé les esprits.

"Ce qui était probablement le moins surprenant, c'est sa vitesse en qualifications", confie Andrew Shovlin, directeur de l'ingénierie piste. "Quand on regarde ce qu'il a fait chez Williams, il sait clairement comment piloter une voiture rapidement. Et il sait comment en tirer le meilleur. Ce n'était donc pas totalement choquant pour moi, c'était un peu ce que nous nous attendions à voir et nous étions ravis. Ce qui était le plus dur à véritablement prédire, c'est la manière dont il a géré la pression, dont il s'en est sorti. C'était très impressionnant."

"Le risque, avec cette opportunité de montrer ce que l'on peut faire dans une voiture rapide, c'est de facilement faire une erreur. Et cela peut aisément laisser une impression qui perdure. Mais il n'a clairement pas pensé à ça, pas une seconde. Il était confiant, discipliné, méthodique dans l'approche de chaque run. Au début, nous étions parfois sous pression avec les deux pilotes. Et il est resté calme, c'était agréable à voir. C'est clairement un très bon pilote."

Lire aussi :

Avant comme pendant tout le week-end du Grand Prix de Sakhir, Mercedes a tout mis en œuvre pour placer sa jeune recrue dans les meilleures conditions. Titulaire chez Williams depuis deux saisons, George Russell a découvert un autre monde dans lequel il s'est rapidement adapté.

"Nous avons essayé de lui transmettre les informations d'une manière qui n'allait pas l'envahir", explique Andrew Shovlin. "Nous ne lui avons pas dit jeudi soir des choses qu'il n'avait pas besoin de savoir avant dimanche matin. Nous avons essayé d'avoir une approche structurée, car c'est assez difficile pour un pilote de passer d'une équipe à une autre, d'une voiture à une autre. Il a évidemment fait du bon travail, et d'une certaine manière, notre voiture est plus facile à piloter que la Williams car elle a un bon comportement, elle n'a pas de vice majeur, elle a un bon grip. C'est plus facile dans ce sens."

George Russell, Mercedes-AMG F1, arrive sur la grille

"Mais le fait est que les performances sont bien meilleures. On peut freiner plus tard, reprendre les gaz plus tôt, être agressif, et la voiture va suivre sans vous rappeler à l'ordre, ce qui permet d'emmener plus de vitesse dans les virages. Il faut comprendre tout ça. Il faut plus d'un Grand Prix pour vraiment construire une pleine appréciation de ce que la voiture peut faire. L'une des choses qu'il s'est efforcé de faire a été de comprendre à quel point il pouvait freiner tardivement au virage 1, et à quel point il pouvait emmener de la vitesse dans les virages 7 et 8. Il a fait du bon boulot, il a eu une approche méthodique. Et surtout, il l'a fait sans dépasser la limite. Car si l'on dépasse la limite, les conséquences peuvent être significatives."

Parmi les défis d'adaptation à relever pour Russell et Mercedes, la position de conduite dans la W11 a monopolisé beaucoup d'attention. Plus grand que Lewis Hamilton et Valtteri Bottas, le Britannique a dû faire des compromis pour se loger dans le cockpit, au point de porter des bottines avec une pointure de moins.

"C'était difficile", confirme Andrew Shovlin. "Ça l'a été car nous n'avons pas eu de pilote de grande taille depuis très, très longtemps. Chaque année, on regarde ce que l'on peut réduire ici ou là, on travaille sur le packaging, sur le fait d'en tirer un peu plus de performance, et ça devient un environnement moins confortable pour un gars qui fait plus de 1m80. Ce n'est pas seulement physique et lié au fait de ne pas avoir une position normale. C'est aussi douloureux, car nous n'avions pas assez de place pour lui. Le baquet n'était pas non plus parfait. Non seulement ça provoque des crampes, mais ça affecte le pilotage. Il était déterminé à rentrer, à pouvoir piloter. Mais ce n'est pas un environnement parfait pour lui."

partages
commentaires
Nouvelle étape pour Tsunoda avec de nouveaux tests pour AlphaTauri

Article précédent

Nouvelle étape pour Tsunoda avec de nouveaux tests pour AlphaTauri

Article suivant

Diffusion TV du crash de Grosjean : Ricciardo s'est senti écouté

Diffusion TV du crash de Grosjean : Ricciardo s'est senti écouté
Charger les commentaires
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021