Russell : "J'ai demandé à Bottas s'il essayait de nous tuer"

George Russell et Valtteri Bottas ont vu leur course s'achever dans un accident spectaculaire à Imola, et conservent un désaccord profond sur l'action en question.

Le torchon brûle entre George Russell et Valtteri Bottas. De manière surprenante compte tenu du différentiel de performance flagrant entre leurs monoplaces respectives, les deux hommes se sont retrouvés à la lutte pour la neuvième place lors du Grand Prix d'Émilie-Romagne. Le pilote Williams, protégé de la marque à l'étoile, a pris l'aspiration de son rival de chez Mercedes au 31e tour, puis s'est décalé vers la droite pour faire l'extérieur dans Tamburello.

Lire aussi :

Russell a toutefois été quelque peu perturbé par un léger changement de trajectoire de Bottas dans sa direction, bien qu'il ait toujours eu la place de rester sur la piste, et a mis deux roues sur une portion humide. Il a alors perdu le contrôle et percuté la Flèche d'Argent, provoquant un spectaculaire accident à très haute vitesse.

Les deux hommes n'ont pas manqué de s'invectiver juste après l'incident, Bottas adressant un doigt d'honneur à son cadet tandis que Russell lui tapait sur le casque. "Je lui ai demandé s'il essayait de nous tuer !" s'exclame le jeune Britannique au micro de Sky Sports F1.

Pourtant, Bottas estime n'avoir rien fait de mal : "Je le voyais, plus tôt dans la ligne droite. Puis j'ai remarqué qu'il s'était décalé sur la droite", détaille le Finlandais. "D'après les replays que j'ai vus, j'ai toujours laissé la place pour deux voitures, mais il a manifestement perdu le contrôle et m'a percuté. Game over." Il ajoute : "Je ne sais pas de quoi il se plaignait, car c'était clairement sa faute, donc je n'étais pas content de lui. Mais c'est comme ça."

Les commissaires sortent la voiture endommagée de Valtteri Bottas, Mercedes W12, du bac à graviers

Russell en revanche ne décolère pas, même à froid, lui qui n'est toujours pas entré dans le top 10 pour Williams, au bout de 39 tentatives. "Je suis déçu, contrarié, frustré pour tout le monde", assène-t-il. "Nous aurions marqué des points aujourd'hui, la voiture était rapide. Tenter de dépasser une Mercedes, je crois ça fait très longtemps qu'une Williams n'avait pas fait ça. Je suis donc satisfait, mais en fin de compte, frustré."

"Entre tous les pilotes, nous avons ce gentlemen's agreement selon lequel quand une voiture plus rapide approche avec le DRS, on ne donne pas d'à-coup avec le volant au tout dernier moment. J'ai pris l'aspiration, je me suis décalé, et juste quand je me suis décalé, Valtteri a très légèrement bougé, et cela m'a mis hors trajectoire, sur la partie humide. C'est déjà dangereux quand c'est parfaitement sec sur un circuit très ordinaire, alors sur une piste très étroite quand on tourne et qu'il y a des endroits humides… C'est donc un incident malheureux. Mais en même temps, c'est inévitable qu'un tel incident se produise quand les pilotes font de petits mouvements tels que celui-ci. C'est le plus petit des mouvements, mais quand on va à 355 km/h, 50 km/h (sic) plus vite que la voiture de devant, c'est énorme."

"Ce n'est pas complètement sa faute, je ne crois pas que ce soit complètement ma faute. Mais cela aurait pu être évité. Je pense que c'est un bon exemple pour les commissaires : des mouvements très mineurs comme celui-ci engendrent des accidents, et nous voilà. Je suis sûr que de son point de vue, il a l'impression que c'est ma faute, je n'ai aucun doute là-dessus. En même temps, il sait à quelle vitesse ces voitures se rapprochent quand on est derrière avec l'aspiration et le DRS. Il sait que ce n'est pas correct de faire ça."

Russell ne se prive pas de se rappeler que Bottas, neuvième, n'était pas dans une position digne de sa Mercedes, et insinue que le Finlandais s'est défendu trop ardemment dans un contexte où l'Anglais est un candidat évident à sa succession. "Forcément, j'étais très en colère et frustré à son encontre. Je me battais pour la neuvième place, mais pour lui, la neuvième place, ce n'est rien du tout. C'est quasiment insignifiant. Il a réalisé une manœuvre que l'on fait si l'on se bat pour la victoire au dernier tour de la course. On en vient à se demander pourquoi il fait ça pour la neuvième place ; peut-être que si ç'avait été un autre pilote [que moi], il ne l'aurait pas fait", conclut-il.

partages
commentaires
Championnat - Hamilton vs Verstappen, le duel est lancé !
Article précédent

Championnat - Hamilton vs Verstappen, le duel est lancé !

Article suivant

Hamilton a failli tout perdre dans la précipitation

Hamilton a failli tout perdre dans la précipitation
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021