Russell déplore une "course de survie" parmi ses plus difficiles

George Russell estime avoir vécu à Portimão l'une des courses "les plus difficiles" depuis qu'il est en Formule 1 avec Williams.

Russell déplore une "course de survie" parmi ses plus difficiles

Éblouissant en qualifications samedi à Portimão, George Russell nourrissait de réels espoirs de se battre pour des points en course. Parti 11e sur la grille de départ du Grand Prix du Portugal, il a vécu une sérieuse déconvenue. Pire, les difficultés rencontrées au volant de sa Williams en rythme de course et dans des conditions très venteuses ont transformé l'épreuve en véritable calvaire, le faisant chuter jusqu'à la 16e place sous le drapeau à damier.

Dès le début de la saison, Williams s'attendait à souffrir d'une grosse irrégularité compte tenu de la très grande sensibilité de sa FW43B sur le plan aérodynamique. Déjà à Bahreïn, le vent lui avait ainsi joué des tours. Une crainte qui s'est confirmée dimanche à Portimão, Russell estimant même avoir vécu son pire Grand Prix depuis deux ans.

"C'était vraiment d'une difficulté incroyable pour nous", se lamentait le pilote britannique après la course. "C'était probablement la course la plus difficile que nous ayons connue depuis 2019. Nous connaissons les forces et les faiblesses de notre voiture. Elle est incroyablement sensible sur le plan aérodynamique. Et nous avons vu à Imola que, dans des conditions plus calmes, la performance était au rendez-vous."

"Nous avons vu [samedi] en qualifications, avec une accalmie pour ce run en Q2, que la performance était là, tout comme en EL1. Et puis aujourd'hui [dimanche], il n'y avait plus rien. Malheureusement, c'est la nature de notre voiture pour le moment. Nous avons fait trois courses, deux d'entre elles ont été très venteuses et sur des circuits très exposés. Je croise les doigts pour que nous n'en parlions plus pour le reste de la saison."

Lire aussi :

En réalité, le tout début de course de Russell a été plutôt bon, et il a dans un premier temps réussi à se maintenir au 11e rang. C'est après le restart consécutif à l'intervention de la voiture de sécurité que les choses se sont fortement compliquées. Néanmoins, même s'il n'avait pas été rapidement dépassé par Daniel Ricciardo, Antonio Giovinazzi et Fernando Alonso, il estime que sa course aurait pris le même tournant.

"Nous aurions reculé de toute manière", assure-t-il. "C'est comme ça lorsque la voiture est trop sensible au niveau aérodynamique. Elle ne donne aucune confiance à Nicholas [Latifi] ou moi pour attaquer dans ces premiers tours, nous sommes constamment sur la défensive. C'était une course de survie, où il fallait maintenir la voiture en piste par opposition à faire la course. Et comme je l'ai dit, c'était une des courses les plus difficiles que nous ayons faites."

"C'est vraiment dommage car la voiture avait le potentiel. Avons-nous simplement été malchanceux ? Je ne sais pas. Est-ce que ce sera l'histoire de cette saison ? Peut-être pas, car nous sommes allés sur deux circuits très venteux. Tout le monde en parle dans la pitlane, Bahreïn et Portimão sont très exposés. Alors nous verrons bien au fil de la saison. Il est évident que la voiture a du rythme. Mais cette voiture doit s'aligner avec nous, sinon nous ne sommes nulle part."

partages
commentaires
Les subtiles évolutions qui maintiennent Red Bull dans le coup

Article précédent

Les subtiles évolutions qui maintiennent Red Bull dans le coup

Article suivant

Romain Grosjean va retrouver le volant d'une F1 avec Mercedes

Romain Grosjean va retrouver le volant d'une F1 avec Mercedes
Charger les commentaires
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021