Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
49 jours
09 mai
Prochain événement dans
66 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
06 juin
Course dans
98 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
105 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
122 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
140 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
154 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
182 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
189 jours
12 sept.
Course dans
196 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
210 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
213 jours
10 oct.
Course dans
224 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
238 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
245 jours
07 nov.
Course dans
252 jours

Russell espère avoir donné la migraine à Wolff pour 2022… ou plus tôt

L'avenir à court terme de George Russell passe toujours par l'écurie Williams, mais le Britannique espère avoir instigué le doute dans l'esprit de Toto Wolff chez Mercedes.

partages
commentaires
Russell espère avoir donné la migraine à Wolff pour 2022… ou plus tôt

Pour ses grands débuts avec Mercedes le week-end dernier, George Russell a tutoyé de très près une première victoire en Formule 1. Le Britannique a tout perdu lorsque son écurie a commis une erreur de communication dans les stands, puis quand une crevaison a stoppé sa remontée en fin de course. Avant cela, il avait donné du fil à retordre à Valtteri Bottas en qualifications, puis pris l'ascendant sur le Finlandais à l'extinction des feux pour mener l'essentiel de la course. Pour la première fois depuis son titre en Formule 2 il y a deux ans, il s'est retrouvé en tête d'un peloton.

"C'était chouette d'être dans cette position, de mener la course, d'être devant, ce que je n'avais plus connu depuis très longtemps", décrit Russell. "Mais bizarrement aussi, mis à part le fait de vouloir gagner, un pilote veut juste obtenir le meilleur résultat possible avec le matériel dont il dispose. Lors de mes 18 mois chez Williams, nous avons fait certaines courses fantastiques en terminant 12e ou 14e. C'est presque une victoire pour nous dans cette position. Ou bien se qualifier en Q2, c'est comme une pole position pour nous. Mais au bout du compte, gagner, c'est encore à un autre niveau."

"Je ne voulais pas me laisser emporter, j'étais concentré sur le travail à faire. À mi-course, j'avais environ huit secondes d'avance sur Valtteri. Je me suis dit que c'était trop beau pour être vrai. Et il s'est avéré que c'était trop beau pour être vrai. Franchement, le départ a été une phase de la course où j'étais le plus nerveux de tout le week-end. J'utilisais les palettes d'embrayage moulées pour les mains et les doigts de Lewis [Hamilton], qui ne me convenaient pas correctement. J'ai dû faire des centaines d'essais de départ avec l'appareil que nous avions installé dans ma chambre, juste pour m'entraîner encore et encore. J'étais heureux d'avoir pris un bon départ et d'avoir plongé à l'intérieur de Valtteri."

Lire aussi :

Russell a finalement bouclé le Grand Prix de Sakhir au neuvième rang, inscrivant ainsi ses premiers points en Formule 1 tout en étant crédité du meilleur tour en course. Si la déception du Britannique était immense par rapport au résultat en lui-même, il espère toutefois que sa prestation aura de quoi semer le doute dans l'esprit des dirigeants de Mercedes. "La meilleure façon de parler, c'est de le faire en piste", estime-t-il. "C'est une industrie où la performance compte, et j'espère que ce week-end a permis de consolider leur opinion à mon égard. Mercedes me soutient depuis fin 2016. Ils ont suivi de très près toute ma carrière. J'espère que c'est un échelon de plus qui a été gravi."

Mercedes n'a cessé de rappeler que le Grand Prix de Sakhir ne constituerait pas une confrontation directe entre Bottas et Russell pour un éventuel baquet en 2022. Néanmoins les faits parlent pour lui. "C'était un formidable week-end pour valider le très bon travail que nous avons fait avec Williams cette année", avance Russell. "Du point de vue de Toto [Wolff], j'espère lui avoir donné la migraine, pas seulement pour 2022, peut-être plus tôt."

Un Toto Wolff qui n'a pas manqué de rappeler la situation contractuelle de ses pilotes pour 2021, sans pour autant refuser de spéculer un peu sur l'avenir : "Il est pilote Williams, il a signé chez Williams et notre line-up est constitué de Valtteri et Lewis. Je ne vois donc pas cela comme une situation réaliste pour le moment. Mais je peux comprendre le fait que ce serait une situation intéressante de les avoir tous les deux dans l'équipe, et ce serait peut-être un peu la tourmente pour nous tous. Peut-être que ça arrivera à l'avenir."

L'indécision technique a collé à la peau des écuries à Sakhir

Article précédent

L'indécision technique a collé à la peau des écuries à Sakhir

Article suivant

La FIA rejette la demande de Ferrari pour le test de Sainz

La FIA rejette la demande de Ferrari pour le test de Sainz
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Valtteri Bottas , George Russell
Équipes Mercedes
Auteur Basile Davoine
Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus Prime

Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus

À première vue, la nouvelle Red Bull pour la saison 2021 de F1 semble très similaire à la monoplace de l'an passé, mais un examen attentif révèle qu'il y a en réalité beaucoup de choses intéressantes.

Formule 1
24 févr. 2021
Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons Prime

Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons

Comme les autres monoplaces présentées jusque-là, l'Alfa Romeo C41 dévoilée ce lundi en Pologne s'apparente davantage à une évolution qu'à une révolution.

Formule 1
23 févr. 2021
Qualifs sur un tour : l'échec d'une idée qui avait du bon Prime

Qualifs sur un tour : l'échec d'une idée qui avait du bon

Apparues en 2003 en Formule 1, les qualifications sur un tour suscitèrent controverse et bricolage absurde. Pourtant, elles auraient pu faire la part belle à quelques principes malheureusement vite oubliés.

Formule 1
21 févr. 2021
Comment l'imposant projet Toyota F1 a capoté Prime

Comment l'imposant projet Toyota F1 a capoté

Alors que Honda s'apprête à quitter la Formule 1 (encore une fois !) fin 2021, retour sur les exploits d'un autre constructeur japonais qui a dépensé trop d'argent, s'est adapté trop lentement, a trop peu accompli et est parti trop tôt à cause d'une crise économique...

Formule 1
20 févr. 2021
Comment AlphaTauri s'est adapté aux nouvelles règles F1 Prime

Comment AlphaTauri s'est adapté aux nouvelles règles F1

AlphaTauri a présenté son AT02, et une nouvelle livrée, avec la volonté de s'installer dans la bataille du milieu de peloton. Même s'il y a peu de pièces totalement nouvelles sur le rendu informatique, quelques indices indiquent sans doute des changements à venir...

Formule 1
19 févr. 2021
Quand Ocon faisait une apparition infructueuse en FR3.5 Prime

Quand Ocon faisait une apparition infructueuse en FR3.5

Dans son ascension vers la Formule 1, Esteban Ocon a fait une apparition en Formule Renault 3.5 en parallèle de sa campagne victorieuse en F3 Europe. Ses deux meetings dans la discipline n'ont pas été couronnés de succès mais lui ont beaucoup appris.

Formula V8 3.5
18 févr. 2021
Comment Ferrari peut redresser la barre en 2021 Prime

Comment Ferrari peut redresser la barre en 2021

Après avoir menacé Mercedes pour le titre mondial à plusieurs reprises, Ferrari a connu en 2020 une dégringolade inédite depuis le début des années 1990. Il pourrait lui falloir un certain temps pour retrouver le droit chemin.

Formule 1
18 févr. 2021
L'influence de Mercedes sur la McLaren 2021 Prime

L'influence de Mercedes sur la McLaren 2021

McLaren est la première écurie de Formule 1 à montrer son jeu avec une version propulsée par Mercedes de la MCL35 qui a obtenu la troisième place du classement des constructeurs. Mais le moteur n'est pas le seul domaine où McLaren s'est inspiré des Champions en titre.

Formule 1
16 févr. 2021