Le sacrifice de Fittipaldi pour Haas

Directeur de l'écurie Haas, Günther Steiner explique que son nouveau pilote d'essais Pietro Fittipaldi sera pleinement dédié à sa tâche en 2019.

Le sacrifice de Fittipaldi pour Haas

Pietro Fittipaldi est un pilote particulièrement éclectique. L'Américano-Brésilien a commencé sa carrière en sport auto en NASCAR avant de gravir les échelons des formules de promotion en Europe ; l'an passé, après son titre en Formule V8 3.5, il a été aperçu en WEC, en IndyCar, en Super Formula et même au Rookie Test de Formule E, où il s'était d'ailleurs montré très compétitif.

Lire aussi :

Le nouveau rôle de Fittipaldi chez Haas, notamment sur le simulateur, va toutefois changer la donne. "Il ne courra dans aucune autre discipline", confirme Günther Steiner, interrogé par Motorsport.com lors d'un point presse. "Je crois qu'il a quelques discussions, mais il ne courra pas beaucoup, car nous avons vraiment besoin de lui. C'était ma demande : nous avons besoin qu'il soit disponible. Il a dit : 'Oui, je me sacrifie en ne courant pas'. Du moins, s'il court quelque part, ce ne sera pas en même temps que la F1. Je lui ai dit qu'il pouvait courir où il voulait, tant que cela n'entrait pas en conflit avec les courses de F1."

"Cela confirme qu'il en a envie. J'ai dit que s'il y avait quelques conflits de date, nous trouverions une solution. Il peut être absent pour quelques courses, je ne veux pas détruire une opportunité de courir ailleurs ni entraver sa carrière. Mais s'il ne voulait faire que 50% du travail, alors il faudrait trouver quelqu'un d'autre."

Pietro Fittipaldi, Dale Coyne Racing Honda

Pietro Fittipaldi, Dale Coyne Racing Honda

Photo de: Phillip Abbott / LAT Images

Günther Steiner, directeur, Haas F1, en conférence de presse

Günther Steiner, directeur, Haas F1, en conférence de presse

Photo de: Andy Hone / LAT Images

Ce recrutement fait en tout cas le bonheur de Romain Grosjean, qui vit le développement de l'écurie américaine depuis les débuts de cette dernière en Formule 1 : "Nous avons besoin d'aide dans l'équipe, surtout du côté du simulateur, donc ce sera bien de l'avoir."

Quant à lui, Fittipaldi a des garanties. Celles d'être également sollicité pour des essais, sachant qu'au moins deux des quatre journées de test en cours de saison sont actuellement réservées à des rookies pour chaque équipe.

"Pour les jeunes pilotes, c'est très difficile d'avoir des opportunités de piloter une F1, et je m'y suis engagé : 'Tu auras l'opportunité de tester la voiture, tu ne vas pas servir qu'à aller sur le simulateur', car ce ne serait pas bon pour nous, on ne pourrait pas avoir de corrélation avec la vraie voiture", analyse Steiner. "Il voit donc ça comme un tremplin vers la F1, et c'est ce que nous lui donnons."

Lire aussi :

Il ne reste qu'un obstacle pour Fittipaldi, et pas des moindres : le fait qu'il n'a pas encore suffisamment de points de Super Licence à son actif pour obtenir le précieux sésame qui lui permettrait un jour de courir en Formule 1. Son titre de Formule V8 3.5 lui en confère 20 sur les 40 requis, et s'il souhaite être titularisé en 2020, il doit forcément obtenir les autres l'an prochain.

"C'est un problème auquel nous devrons faire face, le moment venu. Mais s'il court ailleurs, s'il trouve quelque chose... Parce qu'il en a déjà pas mal, grâce à son titre en F3.5, il ne lui en faut pas beaucoup", conclut Steiner.

Propos recueillis par Oleg Karpov

partages
commentaires
EL3 - Vettel s'empare du record et distance Hamilton
Article précédent

EL3 - Vettel s'empare du record et distance Hamilton

Article suivant

Pneus 2019 : la bande de roulement moins épaisse généralisée

Pneus 2019 : la bande de roulement moins épaisse généralisée
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021