Aidé par le Safety Car, Renault a été le "meilleur des autres"

En Chine, l'écurie Renault s'est offert une intéressante sixième place avec l'aide du Safety Car.

Renault avait réussi au départ à placer ses deux monoplaces juste derrière les structures du top 3. Nico Hülkenberg et Carlos Sainz ayant même l'espace de quelques hectomètres menacé Daniel Ricciardo, alors sixième.

La suite de la course a été relativement calme, jusqu'au moment où a été déployée la voiture de sécurité. Sur une stratégie à deux arrêts, les deux pilotes du Losange en ont profité pour s'arrêter en limitant leur perte de temps sur leurs adversaires. 

Un choix particulièrement payant pour l'Allemand qui, en plus de se débarrasser rapidement de la Haas en difficulté de Kevin Magnussen pour reprendre sa septième position, s'est retrouvé en position de prendre l'avantage sur Sebastian Vettel, victime quelques instants auparavant d'un accrochage avec Max Verstappen.

"Au départ, tout le monde semblait avoir peu d’adhérence tant les voitures glissaient partout !", a expliqué Hülkenberg. "Dès le départ, nous étions sur une stratégie à deux arrêts. Il fallait donc faire durer les pneus tout en maintenant un bon rythme. Cela a payé. La voiture de sécurité a joué en notre faveur en nous facilitant les choses, mais je pense que le résultat aurait été le même sans cela. Aujourd’hui, le rythme était bon et nous étions les meilleurs des autres. C’est loin d’être une mauvaise journée et nous empochons huit points au terme d’une course très amusante !"

Quant à Sainz, il a globalement été moins tranquille ce dimanche, reprenant la piste, après son second arrêt, derrière un Fernando Alonso impossible à dépasser. "Encore les deux voitures dans les points, bien joué ! J’ai pris un excellent départ, mais une Red Bull m’a tassé au premier tour. J’ai alors perdu quelques places mais je suis revenu derrière Nico."

"Dès lors, nous avons réussi à couvrir nos deux arrêts avec l’aide de la voiture de sécurité. Dans mon dernier relais, le trafic derrière Alonso et Magnussen a trop fait souffrir mes pneus. Je devais les préserver pour en profiter en fin de course. C’était vraiment serré avec Vettel… Je pense que je l’aurais eu avec un tour de plus ! Dans l’ensemble, je suis content de marquer de nouveaux points, mais je dois encore travailler avec mes ingénieurs pour avoir pleinement confiance au volant."

Enfin, pour Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport, la satisfaction est bien présente après cette nouvelle double arrivée dans le top 10. "C’est évidemment une bonne journée pour l’équipe qui montre qu’elle gagne en maturité. Nous étions bien placés sur la grille de départ avec nos deux voitures dans le top dix, mais cela nous a mis dans une position difficile pour la stratégie. Nous savions que nous devions faire deux arrêts là où nos adversaires n’en faisaient qu’un. Grâce aux nombreux dépassements de nos pilotes, nous y sommes parvenus."

"La voiture de sécurité a un peu aidé, mais je ne pense pas que cela ait beaucoup changé la physionomie de la course. L’équipe se construit et devient plus forte à tous les niveaux. Notre rythme est encourageant, tout comme l’est la victoire de Daniel Ricciardo. Cela démontre que le groupe propulseur Renault peut remporter des courses."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Chine
Sous-évènement Course
Circuit Shanghai International Circuit
Pilotes Nico Hülkenberg , Carlos Sainz Jr.
Équipes Renault F1 Team
Type d'article Réactions
Tags cyril abiteboul, shanghai