Une voiture de sécurité autonome dans les années à venir ?

La FIA aurait l'intention d'utiliser une voiture autonome pour faire office de Safety Car en Formule 1 dans les années qui viennent.

Une voiture de sécurité autonome dans les années à venir ?
La voiture de sécurité
La voiture de sécurité
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08 derrière la voiture de sécurité
La Renault R24 de Fernando Alonso prise en charge par les commissaires à la sortie du tunnel, tandis que Michael Schumacher, Ferrari F2004 suit la voiture de sécurité devant Juan Pablo Montoya, Williams BMW FW26
Voiture médicale et Safety Car
La voiture de sécurité mène le peloton
Roborace
Roborace
La voiture de sécurité mène le peloton
Le Safety Car devant Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H

Bien que déterminée à ce que le pilote reste l'élément clé de la compétition automobile, plus particulièrement en Formule 1, la FIA cherche un moyen de promouvoir la technologie des voitures autonomes à travers d'autres éléments des Grands Prix. Cela pourrait passer par un changement drastique de la voiture de sécurité dans les années à venir, tel que l'a suggéré Marcin Budkowski, directeur du département technique de la F1. À ses yeux, il s'agirait d'une belle manière de mettre en avant cette technologie d'avenir, étudiée par de nombreux constructeurs.

Les voitures autonomes peuvent-elles trouver une place au sein de la catégorie reine ? "Laissez-moi vous donner un exemple, mais ce n'est pas le seul : nous avons parlé d'une voiture de sécurité sans humain", confirme Marcin Budkowski à Motorsport.com. "Cela ferait la promotion d'une technologie au sujet de laquelle il y a un peu de scepticisme et, à la place, ça pourrait montrer qu'elle fonctionne. Le pilote de la voiture de sécurité ne serait plus essentiel, car il laisserait les commandes à un ordinateur. Mais nous devons avoir à l'esprit l'attraction qu'auraient des voitures de course [F1] sans pilote : les ingenieurs aimeraient ça, mais pas les fans."

Pas de format Roborace en F1

La voiture autonome a déjà fait un premier pas dans le domaine du sport automobile à travers Roborace, future série de support de la Formule E, pour laquelle plusieurs démonstrations ont déjà eu lieu. Selon Marcin Budkowski, l'intérêt des fans de Formule 1 pour une telle technologie serait forcément limité, mais une mise en avant plus importante peut fonctionner avec une série comme Roborace.

"Je vois ça comme quelque chose de très intéressant, qui pousse les choses dans une direction", estime-t-il. "Mais cette idée de ne pas avoir de pilote en F1 peut-elle captiver des millions de fans à travers le monde ? Franchement, j'ai des doutes. Néanmoins, utiliser les sports mécaniques pour promouvoir de nouvelles technologies publiquement, comme avec une voiture de sécurité sans conducteur, ou d'autres événements comme Roborace, ça peut être fantastique en explorant la possibilité de nouvelles solutions."

Lorsqu'il a été recruté par la FIA après avoir passé des années à travailler pour McLaren et Ferrari, Marcin Budkowski a justement été chargé d'aider à trouver des plans permettant à la Formule 1 de mieux s'adapter aux technologies du futur.

"La FIA débutait un projet sur des véhicules autonomes connectés, et elle voulait comprendre comment se positionner par rapport à ces nouvelles technologies", précise-t-il. L'idée était de comprendre ce qui changerait avec la conduite autonome dans le monde de l'automobile, et quelle influence ça aurait sur les fédérations nationales. Il y avait aussi des implications dans la définition du business model, sans parler de comment utiliser les nouvelles technologies en sport automobile pour les promouvoir, car les solutions changeront complètement le monde des voitures et de la sécurité. La conduite autonome aura une forte incidence sur la sécurité, et nous savons que la FIA et Jean Todt sont engagés pour la campagne Action for Road Safety."

Propos recueillis par Franco Nugnes

partages
commentaires
Räikkönen : "J'ai la vitesse, donc je ne suis pas inquiet"

Article précédent

Räikkönen : "J'ai la vitesse, donc je ne suis pas inquiet"

Article suivant

Red Bull attend le petit plus en qualifications de la part de Renault

Red Bull attend le petit plus en qualifications de la part de Renault
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021