Sainz doit encore apprendre les "petites ruses" de Hülkenberg

Carlos Sainz a déclaré qu'il apprenait toujours les "petites ruses" pour pouvoir améliorer ses performances en qualifications face à Nico Hülkenberg.

Hülkenberg a terminé septième, sixième et sixième des premières épreuves de 2018, alors que Sainz est lui arrivé 10e, 11e et neuvième. L'Allemand s'est qualifié devant l'Espagnol à chaque fois, même si Sainz insiste sur le fait qu'il a signé le meilleur temps global de Renault à Melbourne avant de baisser de rythme en Q3.

"Bien sûr, Nico est très fort en qualifications", a déclaré le numéro 55. "Je pense qu'il l'a toujours été. Probablement encore plus avec cette voiture. Il la comprend très bien. Vous pouviez déjà le voir, quand je suis arrivé dans l'écurie l'an passé ; il a ses petites ruses, des petites choses qui le font aller très, très vite en qualifications, que je découvre toujours et auxquelles je m'adapte."

"À Melbourne, j'étais une demi-seconde devant lui lors de la Q2 en qualifications. Lors des deux autres courses, j'étais un peu derrière, donc je ne pense pas qu'il y ait quoi que ce soit d'inquiétant."

Sainz affirme qu'il s'attendait à ce que Hülkenberg soit rapide : "Pour moi, ce n'est pas une surprise. Il a également une année d'expérience avec la voiture. Ça l'aide d'arriver en ayant [comme référence] la course de l'an passé pour savoir comment la voiture réagit aux changements, au style de pilotage, etc."

"C'est un gars sacrément rapide, et en plus de ça il est très expérimenté. On peut le voir, à chaque fois qu'il est en piste, il est là. Je suis encore dans ma quatrième année, mais dans le même temps j'apprends toujours beaucoup de choses sur la voiture. Et je reviens petit à petit. C'est une année à 21 courses. Nous en avons fait trois. Lors de l'une d'entre elles, j'étais le plus rapide. Donc je ne suis pas inquiet du tout."

L'Espagnol reconnaît qu'il a souffert à Bahreïn mais insiste sur le fait que les choses sont meilleures que ce que le résultat pourrait suggérer, et qu'il a progressé en Chine. "Je pense que sur ce week-end, j'ai été plus proche de Nico qu'à Bahreïn."

"Ça fait trois week-ends. Je pense qu'en Australie j'étais le plus rapide, Bahreïn j'étais assez lent pour être honnête. Et nous essayons toujours de comprendre pourquoi. Avec les courses à une semaine d'intervalle, c'était compliqué."

"[En Chine], j'étais juste deux dixièmes derrière en qualifs, et en course ça s'est multiplié en raison de la position de piste. Mais je suis assez heureux. D'être là, toujours en apprentissage, pas à 100% content de la voiture, de la façon dont je dois la piloter pour extraire de la performance. Mais ça va venir petit à petit."

Sainz est enthousiasmé par le rythme de la R.S.18, qui a nettement été la quatrième meilleure monoplace en Chine, même s'il concède que la dégradation pneumatique lors de certaines courses restait une inquiétude.

"En qualifications surtout, je pense que nous sommes très bons. Lors de chaque course, avec la dégradation que nous connaissons, il y a des choses à comprendre, parce que quelque part nous ne sommes pas aussi compétitifs en course qu'en qualifications."

"Sans le Safety Car, il aurait été difficile d'entrer dans les points avec les deux voitures [à Shanghai] parce que nous avons eu beaucoup de dégradation. Il faut enquêter sur le pourquoi, et continuer de progresser parce que nous avons une bonne voiture en qualifs mais pas aussi bonne en course."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Nico Hülkenberg , Carlos Sainz Jr.
Équipes Renault F1 Team
Type d'article Actualités