Sainz "très énervé" par l'incident mécanique des qualifications

Carlos Sainz n'a pas caché sa colère devant la situation provoquée par un incident technique sur sa McLaren à Bahreïn.

Sainz "très énervé" par l'incident mécanique des qualifications
Charger le lecteur audio

Touché par un problème mécanique que McLaren cherche encore à comprendre, Carlos Sainz n'était pas d'humeur à relativiser ce coup de malchance à l'issue des qualifications du Grand Prix de Bahreïn. Alors qu'il entamait son premier tour rapide en Q2, le pilote espagnol a perdu le contrôle d'une monoplace visiblement bloquée à l'arrière au freinage du premier virage, sans rien pouvoir faire. Sa séance s'est arrêtée là, le contraignant à partir 15e sur la grille de départ dimanche.

"C'est quelque chose qui arrive en F1, mais s'il y a un jour où ça ne pouvait pas arriver, c'est bien aujourd'hui", fulmine Sainz au micro de Movistar. "J'ai réussi à passer en Q2 avec un seul train de pneus tendres et j'étais l'un des seuls. Je me suis senti très à l'aise tout le week-end mais alors que nous allions passer en Q3, ce qui semblait assez facile, nous avons eu ce problème. Je ne sais pas si c'était le système de freins à l'arrière. Nous ne savons pas encore exactement ce que c'est. Je ne peux rien confirmer car nous ne le savons pas encore à 100%."

Lire aussi :

Si Sainz est en colère devant cet ennui mécanique, ce n'est pas tant pour la place lointaine depuis laquelle il devra s'élancer dimanche que pour l'incidence directe que cela pourrait avoir sur sa stratégie.

"Oui, on peut remonter, mais ça devient très compliqué", prévient-il. "Surtout que le top 10 va s'élancer en pneus mediums et ceux qui sont derrière n'auront aucun avantage. J'ai économisé deux trains de mediums... Il y en a un que je ne pourrai même pas utiliser. Ça me met dans une situation un peu difficile pour la course. Nous avons travaillé dur pour économiser ces pneus en vue de la course et voici ce qui nous arrive... Ça nous laisse très peu d'options pour dimanche. C'est pour cela que je suis très énervé. Je suis désolé mais très en colère."

Ce premier revers du week-end est un coup dur pour McLaren, qui lutte face à Racing Point et Renault pour la troisième place du championnat constructeurs. Directeur de l'écurie de Woking, Andreas Seidl confirme qu'il est d'abord nécessaire de trouver des réponses afin de repartir du bon pied dimanche, pour une course qu'il est loin de considérer comme perdue.

"Nous allons devoir regarder si nous pouvons l'utiliser ou non, car ça pourrait compromettre notre stratégie de course", admet l'Allemand en évoquant le train de pneus mediums que pourrait perdre Sainz. "L'heure est à l'analyse de ce qui s'est passé sur la voiture de Carlos, remettre les choses à plat et repartir demain. Ce sera une course intéressante, avec de nombreuses difficultés, avec deux arrêts voire plus, et nous devons essayer de remonter. Je pense qu'il est encore possible de marquer des points car, comme je l'ai dit auparavant, ce sera une course pleine de défis sur le plan stratégique et des pneus, ce avec quoi Carlos est habituellement très bon."

partages
commentaires
Un souffle entre Ocon et Ricciardo, Renault en position de force
Article précédent

Un souffle entre Ocon et Ricciardo, Renault en position de force

Article suivant

Les Ferrari éliminées en Q2 : "On est à notre place", dit Vettel

Les Ferrari éliminées en Q2 : "On est à notre place", dit Vettel
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021