Sainz : "Tout n'est pas la faute de Renault" chez Toro Rosso

Petit à petit, Toro Rosso tente de grignoter le retard accumulé la semaine dernière à cause de problèmes de fiabilité.

Si tout n'est pas parfait et si une simulation de course est encore attendue dans les rangs de l'écurie italienne, Carlos Sainz affiche une mine plus réjouie que la semaine passée, ayant bouclé 92 tours ce mercredi.

"C'est mieux que la semaine dernière, définitivement", ne cache pas le pilote espagnol. "Nous avons réussi à parcourir près de 100 tours, donc c'est un bon pas en avant par rapport à la semaine dernière. Il y a encore quelques petits problèmes ici et là, c'est pourquoi nous sommes restés à attendre au garage quelques fois, mais c'est bien mieux."

Des petits problèmes qui proviennent de l'unité de puissance Renault, mais également de la STR12 en elle-même : "C'est un peu des deux. Il y a toujours quelque chose lié à l'hydraulique ou au moteur qui nous stoppe. Pour le moment, c'est un peu des deux. Ce sont des problèmes mineurs par rapport à la semaine dernière, où c'étaient des défaillances moteur."

"La fiabilité, c'est quelque chose sur quoi Renault travaille. Je pense toujours que cette semaine est bien meilleure que la dernière, pour toutes les autres équipes aussi. Je crois que Max [Verstappen, chez Red Bull] a pratiquement fait une simulation de course complète. C'est mieux pour nous, pour nous tous, mais c'est toujours le point principal sur lequel nous devons nous concentrer. À partir de là, je suis convaincu que nous arriverons prêts en Australie."

Un kilométrage retrouvé

Avec sa nouvelle unité de puissance, Renault a encore du travail à fournir mais a réussi à corriger les problèmes survenus la semaine dernière avec des solutions permettant de garantir un meilleur kilométrage à l'écurie de Faenza.

"Vous pouvez imaginer qu'en quatre jours, il n'y a pas grand-chose que l'on puisse changer à l'intérieur d'un moteur de Formule 1", précise Sainz. "Mais ils ont adapté les problèmes correctement, ils sont venus avec des solutions, des solutions de précaution pour cette semaine d'essais afin de nous permettre de réaliser notre programme."

Si Renault a rencontré des ennuis qui ont affecté Toro Rosso, il ne s'agit d'ailleurs pas de désigner le motoriste français comme responsable des difficultés de l'équipe.

"À mon avis, la principale préoccupation pour l'Australie n'est pas la fiabilité, c'est de pouvoir faire l'immense quantité de choses qu'il reste à tester sur la voiture d'ici là pour y arriver préparés", souligne Sainz. "Je pense que du côté de Renault, ça ne dépend pas de nous, c'est juste purement de la chance, si ça fonctionne ou non. Ce n'est pas notre principale inquiétude, nous devons nous concentrer sur le développement de la voiture que nous avons créée pour 2017, et nous avons actuellement beaucoup de retard à rattraper."

"Du côté de Toro Rosso, nous avons aussi des problèmes. Tout n'est pas la faute de Renault. Ce qui est positif, c'est que nous faisons beaucoup plus de tours que lors de la première semaine ; aujourd'hui nous pouvions être davantage dans le rythme."

Casquette Scuderia Toro Rosso 2016
Casquette Scuderia Toro Rosso, sur Motorstore.com
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement Essais de Barcelone II
Sous-évènement Mercredi
Circuit Circuit de Barcelona-Catalunya
Pilotes Carlos Sainz Jr.
Équipes Toro Rosso
Type d'article Réactions
Tags renault, tests