Sainz s'attend à voir Ferrari retomber dans la hiérarchie

Ferrari reste sur deux pole positions consécutives avec Charles Leclerc, mais son coéquipier Carlos Sainz n'est pas optimiste quant aux chances de la Scuderia au Grand Prix de France.

Sainz s'attend à voir Ferrari retomber dans la hiérarchie

La réussite était là avec des drapeaux rouges opportuns, mais le fait est que la Scuderia Ferrari a signé la pole position des deux derniers Grands Prix en date, à Monaco et à Bakou, sur deux pistes très atypiques. Ce week-end, la Formule 1 fait son retour au Circuit Paul Ricard, ne s'y étant pas rendue en 2020 pour cause de COVID-19, et ce tracé bien plus conventionnel devrait voir la SF21 rétrograder dans la hiérarchie, estime Carlos Sainz.

Lire aussi :

Lorsqu'il lui est demandé pourquoi Ferrari a tendance à jouer la pole mais pas la victoire, Sainz ayant fini deuxième à Monaco et Leclerc quatrième à Bakou, l'Espagnol analyse : "Je pense qu'il faut voir ça un peu course par course. Je pense par exemple qu'à Monaco nous avions la vitesse pour nous battre pour la pole et pour la victoire. En même temps, à Bakou, nous pensions que nous allions être plus lents qu'à Monaco ce week-end-là, mais il s'est avéré qu'en qualifications nous étions l'une des écuries les plus compétitives. Nous avons bien mis les pneus tendres en température et cela nous a donné un avantage sur les autres. Et nous étions en lice pour la pole, puis en course nous sommes retombés là où nous nous attendions à être avant le week-end, à savoir à une demi-seconde des leaders en rythme de course."

"Je pense donc qu'il y a un nouveau facteur lié aux pneus en qualifications : en équipe, nous avons réussi la préparation des pneus et le reste. Mais je pense que notre rythme réaliste est davantage ce que nous avons vu à Baku en course, et je pense que nous avons une voiture qui est plus lente que les leaders sur 99% des circuits cette saison. Continuons donc à travailler. Je pense que la France va nous remettre là où nous étions à Barcelone et à Bahreïn, par exemple, et nous devons repartir de là après deux circuits très singuliers, très particuliers comme Monaco et Bakou."

Carlos Sainz Jr., Ferrari, en conférence de presse

Les Ferrari s'étaient qualifiées quatrième et huitième à Bahreïn, puis quatrième et sixième à Barcelone, à 0"681 et 0"769 de la pole, ensuite classées sixième et huitième puis quatrième et septième sous le drapeau à damier, collectant une précieuse moisson de points. Impossible toutefois de faire des prévisions avec certitude ; Charles Leclerc est bien placé pour le savoir, puisqu'il était initialement pessimiste pour Bakou et s'est ensuite senti "assez bête" !

Ces points, il va en tout cas falloir continuer à les engranger dans une bataille acharnée face à McLaren pour la troisième place du championnat des constructeurs, les deux écuries approchant déjà des 100 unités au compteur et se trouvant à deux longueurs l'une de l'autre.

Sainz, justement, connaît bien McLaren pour avoir disputé les saisons 2019 et 2020 avec l'écurie, d'où une analyse poussée du rapport de force avec Ferrari : "Je pense que les différences de performance sont très claires sur les données GPS, et aussi très claires à ressentir en tant que pilote. Vous savez que j'ai eu la chance de piloter cette voiture ces dernières années, et je sais maintenant quelles sont les forces et les faiblesses de la Ferrari face à la McLaren. Il faut ajouter que la McLaren cette année a une unité de puissance Mercedes qui est vraiment, vraiment rapide, à la fois en qualifications et en course ; lorsqu'ils utilisent toute cette puissance, c'est assez impressionnant."

"Bref, je connais bel et bien les différences. Je pense que vous [journalistes] connaissez les bases, à savoir que nous sommes plus rapides dans les virages lents et qu'ils sont plus rapides en ligne droite et dans les virages rapides. Puis dans les virages moyens ça fluctue un peu, d'un circuit à l'autre nous avons tendance à avoir un peu plus de rythme pur sur un tour, ils ont tendance à riposter un petit peu en course, et ils ont une gestion de la course et de la stratégie qui est très solide. Ils ont une vitesse de pointe très élevée pour dépasser. Il y a juste des différences çà et là, nous savons exactement ce qu'elles sont, et nous allons essayer de les utiliser à notre avantage pour essayer de les battre au championnat."

partages
commentaires
Mazepin ne regrette pas sa manœuvre litigieuse sur Schumacher
Article précédent

Mazepin ne regrette pas sa manœuvre litigieuse sur Schumacher

Article suivant

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1
Charger les commentaires
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes Prime

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes

OPINION : L'écurie Red Bull a disposé du package le plus rapide pendant la majeure partie de l'année 2021, mais lors de plusieurs épreuves de la dernière ligne droite, elle a gaspillé le potentiel de la RB16B. Deux Grands Prix avant la fin de saison, elle ne peut pas se permettre de le faire à nouveau avec Lewis Hamilton qui réduit l'écart sur Max Verstappen au classement des pilotes.

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues Prime

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues

Le DRS oscillant de Red Bull a fait parler de lui lors du Grand Prix du Qatar. Plus précisément, c'est une des configurations de l'aileron arrière de l'équipe qui pose problème.

Formule 1
25 nov. 2021
Hamilton se confie : Verstappen, la diva Mercedes, l'héritier Russell... Prime

Hamilton se confie : Verstappen, la diva Mercedes, l'héritier Russell...

La saison 2021 est certainement l'une des plus intenses qu'ait connues Lewis Hamilton au fil de sa longue et victorieuse carrière en Formule 1. Le septuple Champion du monde s'est confié à quatre médias au Grand Prix du Qatar, dont Motorsport.com, sur de nombreux sujets tels que cette bataille à couteaux tirés avec Max Verstappen, une Mercedes W12 qui lui donne du fil à retordre et son futur coéquipier George Russell…

Formule 1
24 nov. 2021
Les notes du Grand Prix du Qatar 2021 Prime

Les notes du Grand Prix du Qatar 2021

Après le Grand Prix du Qatar, vingtième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
22 nov. 2021
Les plans du Qatar pour sa Coupe du monde annuelle Prime

Les plans du Qatar pour sa Coupe du monde annuelle

Un an avant le début de la Coupe du monde de football 2022, le Qatar organise le premier de ses onze nouveaux Grands Prix de Formule 1. Une exposition médiatique rêvée pour le pays, qui est vivement critiqué sur les questions relatives aux droits de l'homme.

Formule 1
21 nov. 2021
Pourquoi Verstappen se trouve confronté à un héritage Honda Prime

Pourquoi Verstappen se trouve confronté à un héritage Honda

Max Verstappen trouve les pénalités moteur "illogiques", toutefois elles sont en vigueur depuis désormais quatre saisons et ont en grande partie été façonnées par les difficultés rencontrées par Honda au moment de son retour en F1. Retour sur l'évolution récente des sanctions concernant les unités de puissance.

Formule 1
20 nov. 2021
L'influence croissante de la F1 au Moyen-Orient Prime

L'influence croissante de la F1 au Moyen-Orient

L'expansion de la Formule 1 vers de nouveaux territoires n'a pas forcément été accueillie positivement, mais le Moyen-Orient et l'Afrique représentent de nouvelles régions importantes pour le sport automobile. Et les bienfaits commencent déjà à se faire ressentir.

Formule 1
19 nov. 2021