Sainz : "Les graviers et l'herbe me manquent"

S'ils font désormais partie du paysage de la Formule 1 depuis de nombreuses années, les dégagements en asphalte ne font toujours pas l'unanimité, en témoignent les propos récents des pilotes.

Sainz : "Les graviers et l'herbe me manquent"

Le Raidillon de l'Eau Rouge est peut-être le virage le plus célèbre qui existe au calendrier de la Formule 1, et un parfait exemple de l'évolution des dégagements pour davantage de sécurité dans la catégorie reine du sport automobile. Jadis entourée de bacs à gravier, cette courbe ascendante ultra rapide a vu ceux-ci remplacés par des zones asphaltées, d'abord du côté gauche en 2001, puis à droite en 2002.

Lire aussi :

Désormais très répandus à Spa-Francorchamps comme sur les autres circuits, les dégagements en asphalte permettent une meilleure décélération en cas de sortie de piste, à condition que la voiture ait toujours des freins et des roues fonctionnels, et ont également la faveur des motocyclistes sur les pistes où courent ces derniers. Certains pilotes de F1 déplorent cependant l'absence de risque qui découle de leur présence – pas d'un point de vue sécuritaire, mais dans la mesure où une erreur y fait perdre très peu de temps.

"Je trouve que tout ce qui manque à Spa maintenant, ce sont les graviers et l'herbe à côté des vibreurs en sortie de virage", regrette Carlos Sainz. "Maintenant, le rapport risque/récompense n'est plus suffisamment bon sur ces circuits modernes. Même si la sécurité est la priorité, je pense qu'il y a quand même un compromis à trouver avec les dégagements en asphalte. Bien que le deuxième secteur, Eau Rouge et le reste soient incroyables, je pense qu'il reste du travail à faire pour pénaliser davantage les pilotes qui sortent large. La simple présence de l'asphalte à cet endroit enlève la peur d'attaquer un peu trop. Et la sortie du virage 13 [Fagnes], celle du virage 8 [Rivage]… Les graviers et l'herbe me manquent."

Carlos Sainz Jr., McLaren MCL35

"Et c'est quelque chose dont nous avons parlé avec la FIA pour voir comment nous pouvons au moins créer cette sensation pour les pilotes, pour nous assurer de ressentir un peu plus de risque/récompense en abordant un virage rapide comme le virage 13."

Pendant un certain temps, des zones d'herbe artificielle aussi connue sous le nom d'astroturf avaient été installées derrière les vibreurs pour empêcher les pilotes d'élargir leur trajectoire en sortie de virage, mais cette solution n'est plus d'actualité. "Ce n'est pas un secret ici que le circuit de Spa travaille sur une licence FIM et le retour des motos. Et l'herbe artificielle ne fait pas partie de ce projet. C'est pourquoi elle a été enlevée", explique Michael Masi, directeur de course de la FIA.

"Certes, cela pardonne peut-être davantage dans certaines zones. Mais on a aussi vu que nous avions utilisé d'autres mesures au fil de l'année pour le respect des limites de la piste, avec des capteurs qui ont également été employés ici. Nous avons aussi accès aux caméras, embarquées ou non, et combinons tous ces outils."

Masi révèle justement que les vibreurs en forme de saucisse qui avaient provoqué l'accident spectaculaire d'Alexander Peroni dans la Parabolica de Monza l'an dernier sont remplacés par des capteurs permettant de détecter les pilotes ne respectant pas les limites de la piste, du moins dans ce virage.

Accident d'Alexander Peroni, Campos Racing

Ce sujet est finalement abordé sur quasiment tous les circuits du calendrier, à l'exception peut-être de Monaco, Melbourne et Montréal. C'était le cas dès les deux premiers Grands Prix de la saison 2020 au Red Bull Ring, où Daniil Kvyat a endommagé son aileron avant sur un agressif vibreur censé dissuader les pilotes de sortir trop large au virage 6.

"Quand je suis venu pour la première fois en 2014, j'aimais vraiment les vibreurs, vous savez", commentait alors Kvyat quant au circuit autrichien. "C'étaient des vibreurs à l'ancienne, avec de l'herbe direct derrière, puis un bac à gravier. Je ne sais pas pourquoi, mais quelqu'un a voulu les changer et mettre des vibreurs plus larges. Le circuit ressemble davantage à un parking à cause de ça ; il faut mettre une sorte de limite. Ils ont donc mis les vibreurs jaunes… on passe dessus, parfois ça va, parfois non."

"Je suis d'accord avec Daniil", acquiesçait son coéquipier Pierre Gasly. "Mieux vaut avoir de l'herbe : les choses seront bien plus claires, la limite sera là et on ne peut pas sortir plus large. Mais dans ce cas, je pense que le capteur qu'ils ont mis dans les deux derniers virages fonctionne bien." Nul doute que ce week-end, à Monza, la question se posera encore.

partages
commentaires

Voir aussi :

Affaire du moteur Ferrari : l'amertume de Red Bull et Mercedes

Article précédent

Affaire du moteur Ferrari : l'amertume de Red Bull et Mercedes

Article suivant

Roy Nissany à nouveau avec Williams en EL1 à Monza

Roy Nissany à nouveau avec Williams en EL1 à Monza
Charger les commentaires
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021