Sainz - La rumeur Ferrari n'est pas une mauvaise chose

Carlos Sainz explique avoir aimé les rumeurs le liant à Ferrari de ces dernières semaines, mais il estime que son futur est assuré au sein de Toro Rosso et Red Bull.

Sainz - La rumeur Ferrari n'est pas une mauvaise chose
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso
Charger le lecteur audio

Depuis le début de saison, l'Espagnol a démontré de belles qualités, dans la lignée d'une très bonne première saison et, malgré la titularisation de Max Verstappen suivie d'une victoire lors du GP d'Espagne, le pilote au n°55 a su tirer son épingle du jeu au point que des bruissements du paddock le lient à l'écurie Ferrari.

Cependant, quand Red Bull a choisi de faire sauter une classe à Verstappen et de lever l'option pour la prolongation du contrat de Daniel Ricciardo, la structure autrichienne a activé une clause de l'engagement la liant à Sainz, pour qu'il demeure dans le giron du taureau rouge en vue de la saison 2017.

Ce dernier estime qu'il n'y avait aucune raison d'être mécontent concernant ces rumeurs et concernant le fait que Red Bull a choisi de le retenir. Interrogé par Motorsport.com sur cette situation, il répond : "Ferrari est une équipe de pointe, évidemment. C'est une bonne nouvelle que des gens souhaitent m'avoir et d'être à l'origine de cette hype, que tout le monde veut que j'y aille. Ce n'est pas une mauvaise chose. Bien sûr, j'aime cela."

"Mais mon avenir, c'est Toro Rosso et j'espère avec Red Bull, j'espère bientôt, pas aussi tard que 2019, mais si c'est 2019, je vais devoir attendre. Aussi longtemps que je suis sous contrat avec Red Bull, c'est ce que je dois faire. Évidemment, je veux être dans une équipe de pointe bientôt, mais si c'est le chemin le plus court, je dois l'emprunter et attendre."

Les surprises de 2017

Carlos Sainz ne voit pas pourquoi, avec l'important changement de réglementation de 2017 ainsi que les progrès de l'unité de puissance Renault et la proximité avec Red Bull Racing, la structure de Faenza serait incapable de créer la surprise l'an prochain.

"C'est la raison pour laquelle [cette prolongation] n'est pas une chose stupide. Si Renault produit la saison prochaine des moteurs au niveau de Mercedes, avec l'appui de Toro Rosso, avec le châssis qui serait similaire à Red Bull, alors peut-être que nous aurons quelques surprises."

"Toro Rosso n'a pas le nom d'une écurie de pointe et, évidemment, j'aimerais être dans un top team, mais Toro Rosso n'y est pas encore. Mais peut-être que l'année prochaine, nous pourrons être comme Force India, signer des podiums et tout cela."

"Ce n'est pas si mal. Les gens vont dire 'pourquoi ne prends-tu pas l'option de Ferrari ou l'option Renault', peu importe. Je dis : 'Je ne peux pas attendre parce que je ne prends pas cette direction'. Ce n'est pas mon travail, ce n'est pas moi qui me gère moi-même, ni mon père. C'est Helmut Marko qui me manage et s'il veut que je reste, je reste."

Propos recueillis par Jonathan Noble

partages
commentaires
Grosjean marque des points qui font "du bien à tout le monde"
Article précédent

Grosjean marque des points qui font "du bien à tout le monde"

Article suivant

Hamilton ne veut pas de consignes d'équipe chez Mercedes

Hamilton ne veut pas de consignes d'équipe chez Mercedes
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021