Sainz - La VSC est "inutile", la F1 n'en a pas besoin

Carlos Sainz a vertement critiqué la Voiture de Sécurité Virtuelle, estimant qu'elle était "inutile" et qu'il ne s'agissait pas d'un dispositif qui était nécessaire en Formule 1 actuellement.

Sainz - La VSC est "inutile", la F1 n'en a pas besoin
Daniel Ricciardo pendant l'expérimentation du Safety Car Virtuel
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11 devant Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Charger le lecteur audio

Mise en place en F1 quelques mois après l'accident de Jules Bianchi, la Voiture de Sécurité Virtuelle vise à obliger l'ensemble des pilotes à ralentir pour permettre l'intervention des commissaires de piste, souvent pour dégager une monoplace hors de la piste et/ou des échappatoires, sans pour autant faire entrer en jeu le Safety Car avec sa procédure plus lourde.

Ce compromis a peu à peu fait son trou en F1, à tel point qu'il a été utilisé à trois reprises lors du Grand Prix de Malaisie, pour la Ferrari accidentée de Sebastian Vettel au départ, la sortie de piste de la Haas de Romain Grosjean au 7e tour et enfin l'explosion du moteur de la Mercedes de Lewis Hamilton au 41e passage. 

Pourtant, Carlos Sainz croit que la VSC est un problème pour les pilotes qui sont dans le milieu de peloton et que sa procédure actuelle - laissant les pilotes libres de pouvoir s'arrêter au stand pendant la neutralisation, contrairement au GP2 - favoriser certains pilotes par rapport à d'autres.

"À mon avis, [les périodes de VSC] sont un peu inutiles, je n'aime pas cela, ce n'est pas quelque chose que j'apprécie. Parce que quand on est au milieu du peloton, on préfère les Safety Car tout le temps, de vraies voitures de sécurité pour regrouper le peloton."

"Ça fonctionne comme ça devrait, mais évidemment, certains jouent beaucoup avec pour chauffer leurs pneus, pour créer leur propre écart avec les arrêts aux stands. Vous pouvez beaucoup jouer avec à votre avantage ou au désavantage des autres, donc je n'aime pas vraiment cela. Je ne pense pas que c'est quelque chose qui apporte une contribution à la F1, c'est mon opinion personnelle."

La procédure de la Voiture de Sécurité Virtuelle n'entraîne pas une limitation de la vitesse des pilotes mais donne un temps en dessous duquel ils ne peuvent pas descendre dans chaque secteur du circuit.

"Si je suis en tête de la course, je vais probablement aimer cela, si je suis en milieu de peloton, je ne vais probablement pas aimer cela. J'ai été dans tellement de catégories où vous avez 10 secondes d'avance et, soudainement, un Safety Car entre en piste et il faut se battre à nouveau."

"Mais, en y regardant, peut-être que c'est un peu plus juste, mais je ne pense pas que la Formule 1 en a besoin, surtout pour quelqu'un qui est en milieu de peloton."

Battu par Renault

Pour la quatrième course consécutive, Sainz n'a pas inscrit le moindre point. Il a terminé 11e de l'épreuve, derrière la Renault de Jolyon Plamer. Il ne s'attendait pas à cela. "[La stratégie à un arrêt] a vraiment payé pour eux."

"Ils étaient devant en qualifications, donc ils allaient quand même avoir un rythme un peu meilleur que nous, surtout parce que Kevin s'était qualifié avec des pneus usés."

"Vous pouvez vraiment voir dans le dernier relais que la Renault, même si j'avais des pneus un peu plus frais et que je faisais 16 tours de qualifications, était juste un tout petit peu plus rapide, ce que nous n'aimons pas, nous ne nous attendions pas à cela sur ce circuit."

Avec Oleg Karpov

partages
commentaires
Chronique Massa - Je comprends Hamilton, j'ai connu pire
Article précédent

Chronique Massa - Je comprends Hamilton, j'ai connu pire

Article suivant

Red Bull - "Nous avons forcé la défaillance moteur de Hamilton !"

Red Bull - "Nous avons forcé la défaillance moteur de Hamilton !"
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021