Sainz signe le meilleur résultat de Renault depuis son retour

Depuis le retour de Renault avec son équipe d'usine en 2016, jamais une monoplace d'Enstone n'avait franchi la ligne d'arrivée en cinquième position. C'est désormais chose faite !

Sainz signe le meilleur résultat de Renault depuis son retour
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18 et Max Verstappen, Red Bull Racing RB14
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Le troisième, Sergio Perez, Force India et Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team dans le Parc Fermé
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18 et Lance Stroll, Williams FW41 au départ
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18, devant Max Verstappen, Red Bull Racing RB14 Tag Heuer, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14 Tag Heuer, et Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Des caricatures de Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team, Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team
Max Verstappen, Red Bull Racing RB14 et Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18 en lutte
Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing, et Nick Chester, Renault Sport F1 Team, sur la grille de départ
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team, sur la grille
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18

Si Renault avait été pris par surprise par le rythme de Force India en qualifications, la R.S.18 s'est montrée particulièrement à l'aise en début de course à Bakou. Débarrassés d'Esteban Ocon et Sergio Pérez, pris dans les incidents du premier tour, Carlos Sainz et Nico Hülkenberg ont taillé la route, et ont même pris l'ascendant sur les Red Bull pendant le premier relais, à la faveur de leurs pneus ultratendres et des ennuis de batterie de Max Verstappen et Daniel Ricciardo.

Malheureusement pour le Losange, Hülkenberg est parti à la faute et a heurté le mur, mettant fin prématurément à sa course d'une manière rappelant celle de l'an passé, certes dans un virage différent. Sainz s'est ainsi retrouvé seul à défendre les chances du constructeur français, ce qu'il a fait avec brio.

"C’est un très bon résultat pour l’équipe", se réjouit l'Espagnol, cinquième à l'arrivée. "Globalement, je suis très heureux et il s’agissait d’une course véritablement amusante, comme toujours à Bakou. Le niveau d’adhérence était difficile à gérer et nous avons vu beaucoup de pilotes en perdition. Je me sentais vraiment bien avec la voiture, c’est un bon progrès." 

"Nous étions devant les Red Bull en première partie de course et c’était génial de pouvoir se battre pour ces positions. En partant avec les pneus ultratendres, nous savions que notre stratégie était plus lente et qu’il était primordial d’être agressifs lors du premier relais. Après cela, c’était un peu comme le départ d’une nouvelle course au sein du peloton. Cela a fonctionné et nous nous sommes bien battus pour décrocher cette cinquième position très positive pour l’écurie."

Renault réduit l'écart

Cette cinquième place constitue le meilleur résultat de Carlos Sainz depuis son arrivée chez Renault en fin d'année dernière. L'équipe d'Enstone inscrit grâce à lui dix points supplémentaires, mais c'est toujours moins que Force India, qui a décroché un podium avec Sergio Pérez grâce à l'agitation de la fin de course. Et encore insuffisant pour passer devant McLaren au championnat, ce qui aurait sans doute été chose faite avec deux monoplaces à l'arrivée. 

"Nous ne savions pas à quoi nous attendre pour cette course", admet Cyril Abiteboul, directeur de Renault Sport Racing. "La cinquième place de Carlos constitue un excellent résultat, le meilleur depuis notre retour il y a deux ans. Il faut admettre que cela survient dans des circonstances exceptionnelles, mais cela n’en reste pas moins positif. Carlos a effectué une prestation pleine de maturité, en gérant ses pneus et en se bagarrant avec plusieurs adversaires tout au long de la course."

"C’est très positif de voir les changements dans la hiérarchie par rapport à l’an passé. L’écart avec Red Bull et le niveau global du moteur Renault par rapport au reste du plateau illustrent les progrès déjà effectués et que nous continuons à faire chaque week-end."

"Nico a manqué de réussite avec une mésaventure similaire à celle de l’an passé. C’était resté sa seule erreur de la saison et il sera plus que pardonné si c’est à nouveau le cas cette année. C’est globalement un très bon week-end. L’équipe a marqué de gros points, plus que McLaren. L’écart est maintenant très faible avant de débuter la campagne européenne."

partages
commentaires
Crash de Grosjean : "J'ai accidentellement appuyé sur un bouton"
Article précédent

Crash de Grosjean : "J'ai accidentellement appuyé sur un bouton"

Article suivant

Red Bull a formellement débuté des discussions avec Honda

Red Bull a formellement débuté des discussions avec Honda
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021