Sainz - Mercedes, "une vraie option" mais "peut-être pas pour 2017"

Si son nom a été cité parmi les candidats potentiels au remplacement de Nico Rosberg chez Mercedes, Carlos Sainz reconnaît l’attrait d’un tel baquet même si, pour 2017, il se projette dans la Toro Rosso.

Sainz - Mercedes, "une vraie option" mais "peut-être pas pour 2017"
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11 sur la grille
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR11 devant son coéquipier Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso, dans le parc fermé
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso dans le parc fermé alors que Fernando Alonso, McLaren, passe
Charger le lecteur audio

Carlos Sainz fait partie des pilotes d’avenir les plus en vue en Formule 1, après deux saisons très convaincantes au sein de la Scuderia Toro Rosso. Il ne doit finalement le fait d’être encore dans l’équipe junior qu’à la présence chez Red Bull Racing de deux pilotes, eux aussi issus de la filière, qui se sont montrés très performants rapidement et qui disposent d’engagements jusqu’à la fin 2018.

Forcément, dans ces conditions, et même s’il dispose d’un contrat qui court jusqu’en fin de saison 2017, la libération d’un baquet chez Mercedes constitue une opportunité qui n’est pas à négliger, d’autant plus qu’il a été cité parmi les possibles candidats crédibles si les options premières - Valtteri Bottas et Pascal Wehrlein - n’étaient pas retenues.

Lui-même admet qu’il y a réfléchi. "Qui n’y a pas pensé ? Je vois cela comme une vraie option, peut-être pas pour 2017, parce que je suis déjà pleinement concentré sur Toro Rosso et sur le fait de produire une troisième saison aussi bonne voire meilleure que [2016]. "

"Mais oui, le but, comme je l’ai dit avant, est de faire un grand pas vers une équipe d’usine en 2018 et de commencer à me battre pour des championnats. Mais tout dépend du fait d’avoir une bonne année 2017, et je n’ai pas d’autre choix que de me préparer du mieux possible, de penser seulement à mon équipe et de foncer. "

"Mon but premier est d’avoir une bonne année 2017. Je suis impatient d’avoir une nouvelle voiture, avec l’équipe un petit peu rajeunie, avec de nouvelles règles, donc je vais essayer de faire une saison aussi bonne voire meilleure que 2016, ce qui ne sera pas facile. "

"Et à partir de là, j’essaierai d’ouvrir autant de portes que possible pour être dans un top team. J’espère que cette équipe sera Red Bull, ce qui ferait de moi le [pilote le] plus enthousiaste, et c’est ce que j’aimerais après trois années chez Toro Rosso, et si ce n’est pas le cas, j’essaierai d’ouvrir autant de portes que possible pour 2018. "

Pas de "migraines" en 2017 ?

Et justement, concernant la voiture 2017, qui disposera d'un V6 turbo hybride Renault, que peut-il dire ? "J’en saurai peu concernant la nouvelle voiture jusqu’à ce que nous soyons aux premiers tests [en février], et même à la première course. Il sera difficile de savoir où nous nous situons. Ce que j’espère est que le moteur ne nous donnera pas des migraines et que nous n’aurons pas à penser que nous perdons 15/20 km/h lors de chaque course. C’est tout ce que je demande pour 2017. "

"J’ai confiance dans le fait que Toro Rosso, ayant démontré qu’elle pouvait construire un bon châssis, puisse tirer avantage du changement de règlement, en sachant que nous n’allons pas nous battre pour le titre, donc que nous pourrons nous battre pour la quatrième ou la cinquième place."

Interrogé, enfin, sur le fait d’envisager de prendre sa retraite une fois qu’il aura conquis un titre mondial, à l’image de Nico Rosberg, il déclare : "Personnellement, je ne pense pas que je le ferais. J’espère qu’un jour, je serai dans cette position."

"J’aime tellement ce que je fais et j'ai tellement à faire que, même si je gagnais deux ou trois titres, je ne voudrais pas prendre ma retraite. Je vois la victoire comme quelque chose qui fait que vous en voulez plus, comme une drogue. À chaque fois que je gagnais dans les formules inférieures, je voulais gagner plus. "

partages
commentaires
Paul Ricard - Une piste chauffée pour des essais hivernaux F1 ?
Article précédent

Paul Ricard - Une piste chauffée pour des essais hivernaux F1 ?

Article suivant

Pat Symonds quitte Williams Racing

Pat Symonds quitte Williams Racing
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021