Formule 1 GP de Monaco

Sainz réclame plus de cohérence sur les cas de gêne

Carlos Sainz et la Scuderia Ferrari ont été frustrés par les décisions des commissaires de la FIA au sujet des gênes lors du Grand Prix de Monaco.

Nicholas Latifi, Williams FW44, Carlos Sainz, Ferrari F1-75

Coupable d'avoir gêné Lance Stroll à la fin d'un tour en Essais Libres 3, Carlos Sainz a été convoqué par les commissaires et a reçu sa troisième réprimande de la saison, alors qu'une amende de 25 000 euros a été infligée à Ferrari. Si l'Espagnol a reconnu sa responsabilité dans cette situation, et s'est excusé auprès du Canadien, il a après-coup fait part de sa frustration quant au manque de constance sur ce type d'infractions.

En course, après la cruciale séquence des arrêts au stand, Sainz a perdu le commandement et une potentielle victoire après avoir passé un moment derrière la Williams de Nicholas Latifi, ce qui a aidé Sergio Pérez à le dépasser grâce à un overcut, avant de s'imposer.

De l'autre côté du garage Ferrari, Charles Leclerc a lui été retenu pendant quasiment un tour complet par Alex Albon lors de son court relais en pneus intermédiaires, avant que ce dernier ne finisse par tirer tout droit à Sainte-Dévote. Le Thaïlandais s'est défendu par la suite en expliquant qu'il pensait avoir un meilleur rythme puisqu'il avait chaussé des gommes slicks.

Interrogé sur le sujet, Sainz a expliqué ne pas comprendre pourquoi les commissaires n'ont même pas enquêté sur ces situations alors que son infraction en Essais Libres 3 avait été pénalisée. "Je ne compte plus les fois où j'ai été gêné à Monaco [le week-end dernier], que ce soit de manière dangereuse ou non. Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi nous avons reçu une amende de 25 000 euros en tant qu'équipe pour une gêne que j'ai commise."

"J'ai accepté la responsabilité et je me suis excusé auprès de Lance. Je ne comprends pas pourquoi d'autres cas ne font pas l'objet d'une enquête et que d'autres personnes ne sont pas condamnées à une amende pour exactement la même chose." Puis il a ajouté : "Cela nous a coûté à tous les deux [Leclerc et lui] la même chose et aucune action n'a été entreprise. Il s'agissait d'une véritable gêne, c'est pourquoi nous voulons plus de clarté et plus de cohérence, [c'est] aussi simple que cela."

Mattia Binotto, le directeur de la Scuderia, a pour sa part estimé que l'amende reçue n'était pas le bon choix lors des essais libres. "Nous savons que la situation du trafic à Monaco est toujours très difficile. Nous avons fait de notre mieux, nous pensons que la gêne commise n'était en aucun cas dangereuse."

"Nous ne sommes pas très satisfaits de l'amende, nous pensons que ce n'était pas le bon choix. Nous croyons qu'en tant qu'équipe et pilote, nous avons fait de notre mieux afin d'éviter cela à ce moment-là et que nous n'avons rien fait de mal à ce sujet."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Ocon-Hamilton : que conclure de la décision des commissaires ?
Article suivant Binotto : Comme Gilles Villeneuve, Leclerc "renforce le mythe" Ferrari

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France