Sainz : "Verstappen va devoir se battre" pour la 3e place

Excellent troisième sur la grille de départ du Grand Prix d'Italie, Carlos Sainz est bien conscient qu'il va lui être difficile de se maintenir à ce niveau en course.

Sainz : "Verstappen va devoir se battre" pour la 3e place

Indéniablement, Carlos Sainz était la star des qualifications à Monza, ayant signé le quatrième chrono de la Q1 puis le troisième en Q2 et en Q3 au volant de sa McLaren MCL35, ayant devancé Sergio Pérez, Max Verstappen, Lando Norris et Daniel Ricciardo d'une fraction de seconde dans la dernière phase : moins de deux dixièmes séparaient ces cinq pilotes.

Ce dimanche, il paraît toutefois clair qu'accrocher le podium sera particulièrement difficile pour Sainz à la régulière, et il va falloir mener une course intelligente : oublier les Flèches d'Argent et mener le combat face à un Verstappen redoutable.

Lire aussi :

"Même si nous pouvions passer devant une Mercedes au départ, alors il faudrait trouver le bon compromis : est-ce que cela a du sens de se battre avec eux ou d'essayer de les maintenir derrière nous ?" s'interroge de manière rhétorique Andreas Seidl, directeur de l'écurie McLaren. "Car au bout du compte, on risque de perdre davantage de performance en essayant de faire quelque chose qui n'est simplement pas possible."

"Je pense que faire mieux que troisième requerrait que Mercedes commette une erreur, et c'est rare qu'ils commettent des erreurs ou qu'ils aient des problèmes de fiabilité", souligne Sainz. "Mais on ne sait jamais. Et avec Max, notre objectif, s'il est plus rapide, est de le maintenir derrière au départ, et il va devoir se battre. Il va devoir nous vaincre soit par son rythme de course, soit au moment des arrêts au stand. De mon côté, je vais me battre."

"Je suis toujours à l'attaque, et je vais attaquer indépendamment de qui est devant moi, car c'est l'approche qui a toujours fonctionné pour moi. Mais c'est vrai que le reste de la course pourrait être une sorte de course de défense. Il va falloir garder les yeux ouverts."

Sainz juge les Renault et les Red Bull plus rapides en rythme de course, mais ne sait pas à quoi s'attendre en ce qui concerne les Racing Point. Rappelons que derrière Ricciardo au septième rang, on retrouve Lance Stroll et Alexander Albon, qu'il ne faut pas écarter de la lutte pour le top 5.

"C'est une petite surprise d'être devant les Red Bull et les Renault, car franchement, vu les longs relais, elles avaient l'air plus rapides", poursuit l'Espagnol. "Comme on le sait, notre voiture prend un peu plus vie avec peu de carburant. Mais Verstappen est habituellement le seul qui parvient à tenir le rythme des Mercedes en course, et pour nous, je pense que c'est impossible. Donc s'il trouve soudain le rythme de course qu'il a d'habitude avec la Red Bull, qui prend toujours vie en course, cela va être très difficile de le maintenir derrière nous."

"J'imagine que Ricciardo est davantage un point d'interrogation, car il part un peu plus loin. Mais cette Renault avait l'air très compétitive en rythme de course à Spa ainsi qu'ici en EL2. Je pense donc que ces gars-là, et les Racing Point, vont être les plus compliqués pour nous en course… je ne sais pas. Franchement, Racing Point est un point d'interrogation cette année avec leur nouvelle voiture : quand ils réussissent, ils sont extrêmement rapides, mais quand ils ratent quelque chose, ils ont parfois un peu plus de difficultés. C'est très difficile à prédire, franchement."

"[Renault et Red Bull] vont certainement au moins deux dixièmes au tour plus vite en rythme de course. Je pense que c'est suffisant pour dépasser à Monza et me rendre la vie très difficile. Mais je vais quand même faire de mon mieux pour rester devant, je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour avoir une chance de rester là où je suis."

Andreas Seidl partage l'analyse de son pilote : résister à Verstappen ne sera pas une partie de plaisir, mais Sainz a ses chances face à ses autres concurrents. "En ce qui concerne les voitures qui sont actuellement derrière Carlos, ou du moins entre Carlos et Lando [Norris], nous avons vu vendredi qu'elles étaient compétitives sur les longs relais – la Renault et la Red Bull de Max. C'est toujours quelqu'un dont nous ne sous-estimerions jamais le talent en course ainsi que la puissance du moteur. Si tout se passe normalement, je pense qu'il sera difficile de maintenir Max derrière, mais je pense que nous pouvons nous battre face aux Racing Point et aux Renault grâce à nos positions de départ, et c'est ce que nous allons essayer de faire", conclut l'Allemand.

partages
commentaires

Voir aussi :

Renault F1 deviendra Alpine en 2021, c'est officiel !

Article précédent

Renault F1 deviendra Alpine en 2021, c'est officiel !

Article suivant

Racing Point abandonne aussi l'appel sur ses écopes de freins

Racing Point abandonne aussi l'appel sur ses écopes de freins
Charger les commentaires
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021
Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro Prime

Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro

La saison 2021 de la Formule 1 a posé des défis sans précédent aux équipes, car l'impact de la pandémie de COVID-19 les a empêchées de produire des voitures entièrement nouvelles.

Formule 1
10 sept. 2021