La saison 2018, peut-être la plus dure pour Vettel

Pour la deuxième année de suite, la lutte pour le titre opposant Lewis Hamilton à Sebastian Vettel a tourné à l'avantage du Britannique. Vettel, lui, reconnaît ses erreurs mais souhaite rester positif.

La saison 2018, peut-être la plus dure pour Vettel

C'est mathématiquement joué depuis ce dimanche, Lewis Hamilton est le Champion du monde 2018 de Formule 1. L'année avait pourtant bien commencé pour Sebastian Vettel, qui s'était imposé en Australie et à Bahreïn, mais devient le cinquième homme de l'Histoire – le premier depuis 1982 – à voir le titre lui échapper après avoir remporté les deux courses inaugurales de la saison.

Lire aussi :

Pendant la majeure partie de cette campagne, la Mercedes W09 et la Ferrari SF71H ont affiché un niveau de performance similaire, et après dix des 21 Grands Prix, c'est Vettel qui était en tête du championnat du monde. Or, ce fut ensuite une véritable dégringolade, avec une sortie de piste rédhibitoire à Hockenheim alors qu'il menait sa course à domicile et des tête-à-queue en début d'épreuve à Monza, à Suzuka et à Austin. Hamilton a ainsi marqué 72 points de plus lors des neuf dernières manches, et a été sacré dès le Mexique.

Lorsqu'il lui est demandé si 2018 a été son année la plus difficile en F1, Vettel répond : "Peut-être, je ne sais pas. Je dois y réfléchir, mais à certains égards, certainement. C'était sans doute différent d'autres années. Néanmoins, je pense qu'il ne faut pas négliger le fait que nous avions un package très compétitif, nous avons pu gagner des courses, nous ne sommes plus en lice pour le titre des pilotes mais nous pouvons nous battre pour celui des constructeurs."

"Même si l'année a été difficile, je pense qu'elle a quand même été bonne pour nous, en tant qu'équipe. Nous continuons de progresser, mais également il y a certainement des choses qui sont devenues apparentes et que nous devons résoudre pour passer cet ultime cap que nous désirons."

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, quitte sa monoplace après sa sortie de piste

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, quitte sa monoplace après sa sortie de piste

Photo de: Steve Etherington / LAT Images

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H en tête-à-queue au premier tour

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H en tête-à-queue au premier tour

Photo de: Manuel Goria / Sutton Images

Le Grand Prix d'Allemagne a certainement eu un impact non négligeable sur la course au titre, puisque Vettel avait l'opportunité de creuser un écart d'au moins 15 points sur Hamilton au général, mais alors qu'il était en tête avec neuf secondes d'avance sur Valtteri Bottas sur une piste légèrement humide, le pilote Ferrari est sorti dans les graviers du stadium à basse vitesse et a heurté le mur. C'est finalement Hamilton, qui s'est imposé, prenant la tête du classement avec 17 points d'avance.

Lire aussi :

On ne peut par ailleurs oublier l'influence du tête-à-queue de Vettel au premier tour du Grand Prix d'Italie, lorsqu'il a tenté une défense optimiste contre Hamilton dans la Variante della Roggia, puisque ce jour-là, le pilote Mercedes a fait passer son avance de 17 à 30 points.

Quel a été le tournant de la saison, l'Allemagne ou l'Italie ? "Aucun des deux", juge Vettel. "Franchement, pour moi, c'était plutôt Singapour. À partir de Singapour, il y a eu quelques courses où nous n'arrivions simplement plus à tenir le rythme de Mercedes, puis d'autres choses se sont produites de surcroît, qui n'ont pas aidé."

"Nous n'avons pas pu marquer les points à cause d'erreurs que nous avons commises, d'erreurs que j'ai commises. Je ne peux pas trop m'en vouloir de ce qui s'est passé en Allemagne, car j'ai commis de bien plus grosses erreurs cette année, mais il est clair que celle-ci a été la plus coûteuse. C'est la course : quand on attaque, on risque parfois de dépasser la limite."

Propos recueillis par Scott Mitchell

partages
commentaires
Hartley : "J'ai compris que je devais me défendre"

Article précédent

Hartley : "J'ai compris que je devais me défendre"

Article suivant

Jour J : l'audience de Haas devant la Cour d'Appel de la FIA

Jour J : l'audience de Haas devant la Cour d'Appel de la FIA
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021