Sans problèmes financiers, Lotus aurait pu faire bien mieux en 2015

partages
commentaires
Sans problèmes financiers, Lotus aurait pu faire bien mieux en 2015
Pablo Elizalde
Par : Pablo Elizalde
Traduit par: Fabien Gaillard
21 nov. 2015 à 16:30

Lotus aurait pu être une force bien plus importante pendant la saison 2015 de Formule 1 si l’écurie n’avait pas été gênée par des problèmes financiers, selon son directeur technique Nick Chester.

Nick Chester, Directeur Technique Lotus F1 Team
Federico Gastaldi, Vice-Team Principal Lotus F1 Team
Romain Grosjean, Lotus F1 E23
Pastor Maldonado, Lotus F1 E23 avec le hashtag #PrayForParis sur sa voiture
Romain Grosjean, Lotus F1 E23
Romain Grosjean, Lotus F1 E23

L’équipe a connu des difficultés financières pendant l’année et sa voiture a donc souffert du manque de développement. Romain Grosjean est malgré tout parvenu à signer un podium lors de la seconde moitié de saison et Lotus est actuellement en sixième place du classement constructeurs.

Chester admet que le manque de développement a été frustrant : "J’étais heureux de la voiture sur beaucoup de domaines, mais déçu du niveau de développement," a-t-il déclaré. "Malheureusement, nous n’avons pas pu la développer en raison des finances ; nous aurions pu aller bien plus loin avec sinon et ça aurait été intéressant à voir."

Le directeur adjoint Federico Gastaldi est du même avis que Chester concernant le fait que Lotus aurait pu faire plus sans ses soucis de finances : "Nous visions la cinquième place du Championnat constructeurs et nous sommes restés en lutte durant une grande partie de la saison malgré les contraintes. Si les choses avaient tourné différemment, nous avions la voiture et les gens pour nous porter jusque là – et même bien plus haut dans la hiérarchie –, sans problème."

La nécessité d’un nouveau modèle économique en F1

Gastaldi a aussi appelé des changements concernant le modèle économique de la Formule 1, expliquant qu’il est difficile de voir où le sport va si les choses continuent comme ça.

"Je crois qu’il est crucial pour la Formule 1 de revoir son business model," a-t-il ajouté. "Il y a tant de problèmes financiers qui traversent le sport, pour les équipes ou les promoteurs, qu’il est difficile de voir où tout cela va nous conduire."

"Je sais que M. Ecclestone et la FIA essaient de changer les choses et je sais aussi qu’il n’est pas toujours facile de travailler avec les équipes quand il faut que nous soyons unis. Nos agendas et nos situations sont trop différentes et sont presque toujours précédés par de l’auto-préservation."

"En plus, et j’ai dit cela avant, nous devons tout faire – tous autant que nous sommes – pour aider les promoteurs à vendre des billets. Sans fans, où serions-nous?"

Prochain article Formule 1
Wehrlein - 50% de chances d'être en F1 en 2016

Article précédent

Wehrlein - 50% de chances d'être en F1 en 2016

Article suivant

Vettel - Piloter hors F1 ne doit pas se faire à moitié

Vettel - Piloter hors F1 ne doit pas se faire à moitié

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Team Lotus
Auteur Pablo Elizalde
Type d'article Actualités