Sauber s'est "démené" sur sa F1 2019 "relativement tôt"

partages
commentaires
Sauber s'est
Par :
10 janv. 2019 à 08:01

L'écurie suisse, qui accueille cette année dans ses rangs Kimi Räikkönen, a concentré ses ressources sur la monoplace 2019 depuis un long moment déjà. Frédéric Vasseur garde le cap, entre optimisme, réalisme et humilité.

Le raccourci facile menant à penser que Sauber pourrait payer en 2019 le développement important conduit sur la monoplace de l'année passée ne tient pas. C'est en tout cas ce qu'assure Frédéric Vasseur en évoquant la répartition des ressources de son équipe.

Il y a un an, l'écurie suisse sortait d'une saison très délicate et pas grand monde n'aurait misé sur le fait de la voir se battre régulièrement dans les points. C'est pourtant ce qu'elle est parvenue à faire rapidement, démontrant que la première phase de sa reconstruction était une franche réussite. Huitième du championnat constructeurs, devant Toro Rosso et Williams, Sauber a redoré son blason et sa progression fulgurante a été saluée par tous.

Lire aussi :

Seule la saison à venir livrera les vraies réponses, mais tout en mettant les bouchées doubles pour remonter la pente en 2018, Sauber n'a en aucun cas sacrifié l'avenir. Au contraire, Frédéric Vasseur précise que les moyens à disposition à Hinwil ont été pleinement concentrés sur la future monoplace "relativement tôt", couplés à des efforts importants. "On s'est démenés comme des fous relativement tôt sur la voiture de l'année prochaine", insiste-t-il. "Nous avons basculé toutes les ressources de l'entreprise assez tôt sur la voiture de l'année prochaine."

Faire au moins comme en 2018

Le directeur de l'écurie helvétique n'est toutefois pas de ceux qui basculeraient trop facilement dans l'optimisme, encore moins béat. Il rappelle à bon escient que le changement de réglementation aérodynamique présente inévitablement une inconnue. Prudents, certains de ses homologues dont Toto Wolff pensent même que la simplification et l'élargissement de l'aileron avant – entre autres modifications – ont le potentiel pour redistribuer les cartes dans la hiérarchie.

Kimi Raikkonen, Sauber discute avec Simone Resta, designer Sauber

"Nous avons de bonnes attentes, mais lorsqu'il y a un changement comme celui-ci dans la réglementation, c'est radical", tempère Frédéric Vasseur. "On ne sait jamais. On peut prendre la mauvaise direction, et nous le comprendrons peut-être [seulement] à Barcelone, car personne ne sait exactement ce que les autres font. J'ai un sentiment très positif, selon lequel nous progressons encore semaine après semaine, comme c'était le cas cette saison [2018]. Je ne sais pas si les autres font du meilleur boulot ou non, mais nous faisons du bon travail."

La manière dont Sauber a remonté la pente en 2018 a été aussi remarquable que remarquée, mais son patron ne veut pas s'y attarder. Prime au résultat donc, avec un objectif minimum qui est déjà très clair. "Je ne veux pas dire que je m'en fiche, mais ça ne changera pas ma perception de la saison", conclut Vasseur. "Nous nous battons pour le top 10, et entre la quatrième et la sixième place pour ce qui concerne les constructeurs. Nous devons faire au moins pareil l'année prochaine. Ce sera l'objectif."

Article suivant
Dossier - Fernando Alonso, le champion vu de l'intérieur

Article précédent

Dossier - Fernando Alonso, le champion vu de l'intérieur

Article suivant

C'était un 10 janvier : Jaguar F1 boucle sa première publique

C'était un 10 janvier : Jaguar F1 boucle sa première publique
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Sauber
Auteur Basile Davoine
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu