Sauber ne redoute pas le départ de Leclerc chez Ferrari

La cote de Charles Leclerc ne cesse de grimper en flèche, mais Frédéric Vasseur est à la manœuvre pour canaliser les attentes autour d'un pilote déjà annoncé chez Ferrari en 2019.

Les informations laissant penser que Charles Leclerc pourrait remplacer Kimi Räikkönen chez Ferrari dès l'année prochaine n'ont – pour le moment – pas ajouté de pression supplémentaire sur les épaules du jeune Monégasque. Il l'a prouvé lors des qualifications du Grand Prix de France en accrochant la première Q3 de sa carrière, avant de s'offrir une belle huitième place sur la grille de départ. 

Sous les ordres d'un Frédéric Vasseur qui se dresse en artisan de la reconstruction de Sauber, Charles Leclerc est devenu un maillon essentiel de cette reconquête. Son départ dès la fin de saison pourrait ainsi ressembler à un coup dur pour la structure de Hinwil, mais l'équation n'est pas vue de la sorte par son actuel directeur d'équipe.

"Au final, c'est un problème de riche", estime Frédéric Vasseur auprès de Motorsport.com. "C'est bien mieux d'avoir cette sensation de pouvoir perdre quelque chose, plutôt que de vouloir quelque chose. C'est un sentiment génial." 

"Nous savons que nous progressons, dans chaque domaine de l'entreprise, dans chaque département. Tout le monde est à fond, et Charles fait partie de ce système, il en est l'un des piliers. En tant que directeur d'équipe de Sauber, mon travail est de rester concentré sur la situation actuelle. Je ne veux pas trop penser à l'avenir."

"Nous avons beaucoup de travail à faire avec l'équipe, avec les pilotes, Charles et Marcus [Ericsson] aussi, et le plus important est de rester concentré, et de ne pas commencer à trop réfléchir." 

Rester calme et conclure en course

Après la performance de Leclerc en qualifications au Castellet, Vasseur se cantonne également à une partie de son rôle : faire en sorte que son pilote garde les pieds sur terre. La séance de samedi après-midi est une chose, mais sa valeur ne sera réelle qu'avec une course également impeccable derrière.

"Il a fait un boulot parfait, également dans la manière dont il a géré le tour, construit son rythme, de la Q1 à la Q3", souigne Vasseur. "C'était la première Q3 [de Sauber] depuis longtemps, depuis 2015. C'est aussi une sensation formidable car vendredi, nous avons vécu une journée très difficile, Marcus n'a pas fait les EL2, et Charles était un peu perdu, nous avions beaucoup de mal." 

"Pour l'équipe, c'est un moment particulier de vivre une telle renaissance. Mais il [Leclerc] doit comprendre que le plus important est de rester calme et de faire le boulot en course. Tout le monde se souviendra du dernier moment, et s'il fait une mauvaise course, tout le monde se rappellera de ça, pas des qualifications. Nous sommes toujours jugés sur le dernier événement."

Propos recueillis par Adam Cooper

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de France
Circuit Circuit Paul Ricard
Pilotes Charles Leclerc
Équipes Sauber
Type d'article Actualités
Tags castellet, frédéric vasseur