Sauber a joué les points grâce à une "grande percée"

Marcus Ericsson était bien parti pour mettre fin à une série de 45 courses sans le moindre point au Grand Prix du Mexique, mais la voiture de sécurité virtuelle l'a écarté du top 10 avant que son moteur prenant feu ne le contraigne à l'abandon.

Sauber a joué les points grâce à une "grande percée"
Marcus Ericsson, Sauber C36, Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32, Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17, Fernando Alonso, McLaren MCL32, Pascal Wehrlein, Sauber C36, Brendon Hartley, Scuderia Toro Rosso STR12
Marcus Ericsson, Sauber C36, Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32
Marcus Ericsson, Sauber C36
Marcus Ericsson, Sauber C36 et Fernando Alonso, McLaren MCL32 battle
Marcus Ericsson, Sauber
Marcus Ericsson, Sauber C36
Marcus Ericsson, Sauber C36 abandonne
Marcus Ericsson, Sauber C36
Marcus Ericsson, Sauber C36
Marcus Ericsson, Sauber C36
Marcus Ericsson, Sauber C36
Marcus Ericsson, Sauber C36

Douzième sur la grille de départ au bénéfice des diverses pénalités, Marcus Ericsson a profité des incidents du début de course pour se hisser à la neuvième place dès le cinquième tour. Alors que l'on pouvait s'attendre à ce que le Suédois rétrograde rapidement au classement, il s'est maintenu à cette position lors des 24 premières boucles malgré la pression des McLaren, héritant même de la huitième place ensuite grâce à l'abandon de Nico Hülkenberg.

Sauber a toutefois commis une erreur irréparable en faisant rentrer son pilote au stand au 28e passage... car la voiture de sécurité virtuelle est intervenue quelques tours plus tard, permettant à ses rivaux de changer de pneus avec une perte de temps minimale et éjectant Ericsson des points. Ce dernier a de toute façon été contraint à l'abandon au 55e tour lorsque son moteur a pris feu, alors qu'il était à 20 secondes du top 10.

"C'est frustrant, parce que je n'ai toujours pas marqué de points", déplore Ericsson pour Motorsport.com. "Il y a des endroits, comme à Barcelone, où Pascal [Wehrlein] a marqué des points et où j'ai fait une bonne course mais j'ai manqué de chance pour diverses raisons."

"Aujourd'hui, je n'aurais rien fait différemment. Nous avons tout réussi, du pilotage à la stratégie, mais la voiture de sécurité virtuelle est sortie au pire moment possible et a gâché notre course. Nous avons aussi tiré le meilleur de notre voiture avec les réglages. C'est frustrant de voir d'autres choses qu'on ne peut pas contrôler aller en notre défaveur."

"Cela reste un week-end positif pour toute l'équipe. Nous avons encore le handicap du vieux moteur et nous avons quand même battu Haas en qualifications et certaines voitures à la régulière en course avant l'abandon. C'est un très grand point positif."

Une perte de poids bienvenue

Malgré un moteur de plus en plus désuet par rapport aux autres unités de puissance, qui sont mises à jour en permanence, Ericsson a gagné en performance grâce à la réduction du poids de la Sauber, lui qui dépasse les 728 kg minimaux à cause de sa forte carrure.

"De mon côté, nous avons enlevé sept kilos de la voiture depuis la Malaisie", révèle-t-il. "Cela représente beaucoup de temps au tour pour moi, deux ou trois dixièmes selon le circuit. Et Ferrari est parvenu à tirer un peu plus du moteur. Nous avons toujours le même moteur, mais ils ont pu en tirer un peu plus."

L'écurie suisse a également fait des progrès notables dans sa gestion des gommes : "Nous avons fait une découverte capitale. Les pneus sont plus conservateurs cette année et ne se dégradent pas tant, mais il reste une petite fenêtre où ils fonctionnent le mieux et donnent le plus d'adhérence. J'ai le sentiment que nous nous sommes trompés à ce sujet pendant la majeure partie de l'année. Nous avons trouvé des choses, ces deux derniers week-ends, qui nous ont aidés à améliorer ça. C'est une grande percée pour nous."

Faire ses preuves pour 2018

Cette performance convaincante vient en tout cas à point nommé pour Ericsson, qui est concurrencé par son coéquipier Wehrlein, mais aussi par les protégés de Ferrari que sont Charles Leclerc et Antonio Giovinazzi, pour garder un baquet à Hinwil en 2018.

"C'est très important. Fred [Vasseur, directeur d'équipe] m'a dit que je devais lui montrer que j'avais ce qu'il faut. Les deux derniers week-ends ont été très bons pour moi. Même Suzuka l'était jusqu'à mon accident. Je suis un peu meilleur que Pascal ces derniers temps. C'est tout ce que je dois faire. J'ai deux week-ends de plus pour le montrer", conclut le pilote Sauber.

Propos recueillis par Lawrence Barretto

 
partages
commentaires
Hamilton considère son quatrième titre comme le plus dur

Article précédent

Hamilton considère son quatrième titre comme le plus dur

Article suivant

Renault admet s'être trompé d'approche moteur à Mexico

Renault admet s'être trompé d'approche moteur à Mexico
Charger les commentaires
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021