Sauber met en garde contre les coûts liés au moteur 2017
Felipe Nasr, Sauber F1 Team
Monisha Kaltenborn, Team Principal de Sauber lors de la conférence de presse de la FIA
Sebastian Vettel, Ferrari SF15-T devant son équipier Kimi Raikkonen, Ferrari SF15-T
Marcus Ericsson, Sauber C34
Bernie Ecclestone, avec Maurizio Arrivabene, Team Principal de Ferrari
Marcus Ericsson, Sauber C34
Alexander Wurz, Toyota Racing
Felipe Nasr, Sauber F1 Team
Tim Routsis et Mark Gallagher, manager général de Cosworth's F1 Business Unit parlent aux médias

À l'heure où les travaux du Groupe Stratégique progressent, certaines équipes s'inquiètent fortement des coûts qui seront liés à la prochaine réglementation des moteurs. Si le V6 turbo hybride actuel devrait être conservé, les unités de puissance devraient en revanche atteindre les 1000cv pour délivrer davantage de puissance, afin de retrouver le côté "bêtes de course" des F1 d'antan.

Mais tout cela représente bon nombre de développements pour les quatre motoristes actuellement engagés en Formule 1. Alors que la discipline doit impérativement réduire ses coûts afin de sauver la plupart de ses équipes, le nouveau moteur prévu à l'horizon 2017 pourrait faire exploser les factures auprès des équipes clientes, qui sont évidemment les moins riches.

L'achat des unités de puissance pour une saison entière équivaut déjà à une part importante du budget des équipes les plus modestes, soit un minimum de 25 millions d'euros. C'est ainsi que la Directrice de l'équipe Sauber, Monisha Kaltenborn, n'hésite pas à rappeler la nécessité de réduire les coûts pour les clients, quel que soit le règlement en vigueur.

Il ne serait pas logique que notre argent soit utilisé au développement de ces moteurs, puisqu'ils vont de toute façon les produire avec ou sans nous.

Monisha Kaltenborn, Directrice de l'équipe Sauber

"Comme pour toutes les équipes clientes, notre préoccupation première est de réduire la facture des moteurs," affirme Kaltenborn à Autosport. "Les moteurs coûtent actuellement aussi cher que le salaire d'un pilote Champion du Monde ; nous avions réussi à réduire les factures mais l'apparition des V6 a constitué un pas en arrière en la matière, et ce n'est pas bon."

Kaltenborn estime par ailleurs que les clients, dont son écurie fait partie, ne doivent pas subir les coûts liés au développement d'un moteur revu et corrigé en vue de la saison 2017.

"Nous comprenons pleinement la volonté d'optimiser les unités de puissance actuelles et de mettre en avant les toutes dernières technologies qui y sont liées, mais il faut que tout cela soit abordable pour nous," prévient-elle. "Il ne serait pas logique que notre argent soit utilisé au développement de ces moteurs, puisqu'ils vont de toute façon les produire, avec ou sans nous. Il est évident que vous ne verrez jamais une Mercedes à moteur Ferrari ou l'inverse, ils n'auront pas le choix."

D'autres voix s'élèvent dans le même sens

Le Président du GPDA, l'association des pilotes, a par ailleurs affiché son soutien à Monisha Kaltenborn. L'ancien pilote de F1 Alexander Wurz en appelle au Groupe Stratégique pour tenir compte de la situation financière de l'ensemble du plateau.

"Je suis parfaitement d'accord avec Sauber," affirme l'Autrichien. "Le premier point à aborder concernant ce nouveau moteur est la limitation des coûts pour les équipes clientes. Il faut déterminer un plafond budgétaire, sans quoi ils vont tuer les petites équipes."

Autre soutien, celui de l'ancien patron de Cosworth en F1, Mark Gallagher : "Cosworth avait proposé de plafonner les dépenses lorsque la F1 étudiait la mise en place des moteurs V6 turbo, mais les autres motoristes n'ont rien voulu entendre. Tout ce que vous voyez actuellement en F1 fut décidé début 2011, lorsque nous étions là. Je peux affirmer que les équipes n'ont pratiquement pas été consultées, Bernie Ecclestone non plus."

partages
Sainz - "La chance est un facteur important en F1"

Article précédent

Sainz - "La chance est un facteur important en F1"

Article suivant

Hamilton - "Il n'y a pas d'amitié entre coéquipiers"

Hamilton - "Il n'y a pas d'amitié entre coéquipiers"
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021