Formule 1
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Sauber : Une "spirale" positive ayant motivé Räikkönen

partages
commentaires
Sauber : Une "spirale" positive ayant motivé Räikkönen
Par :
Co-auteur: Guillaume Navarro
6 janv. 2019 à 07:45

La "spirale" de bonnes nouvelles autour de l'équipe Sauber est ce qui a permis de donner la motivation à Kimi Räikkönen de rejoindre celle-ci, estime son directeur Frédéric Vasseur.

Kimi Raikkonen, Ferrari, sur la grille
Kimi Raikkonen, Sauber C37
Kimi Raikkonen, Sauber C37
Kimi Raikkonen, Ferrari
Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber F1 Team et Frederic Vasseur, directeur d'Alfa Romeo Sauber F1 Team
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari and Kimi Raikkonen, Ferrari at the Ferrari team photo
Frederic Vasseur, Sauber, directeur de Sauber, lors de la conférence de presse

C'est dès l'arrivée du Français aux commandes de l'équipe suisse, à l'été 2017, que Sauber a annulé ses plans de motorisation avec Honda, signant dans la foulée un accord de fourniture avec Ferrari lui offrant un accès à la dernière spécification en date de l'unité de puissance de Maranello.

Depuis, le team, entré par ailleurs en étroit partenariat avec Alfa Romeo, a réalisé une progression en piste impressionnante, notamment en accueillant en son sein le protégé de Ferrari, Charles Leclerc. Pour sa première saison en tant que titulaire F1, le Monégasque a bénéficié de nombreux recrutements de premier choix, comme Simone Resta (directeur technique), en provenance de chez Ferrari, et l'aérodynamicien Jan Monchaux, auparavant chez Audi.

Lire aussi :

Sauber s'est assuré une entente de deux saisons avec le Champion du monde 2007 Kimi Räikkönen, qui a conclu l'exercice 2018 à la troisième position du championnat du monde des pilotes. Charles Leclerc a de son côté pris la direction de Ferrari dans un habile jeu de chaises musicales.

Selon Frédéric Vasseur, le fait d'avoir noué une relation si étroite avec Ferrari et Alfa Romeo a rendu le team attractif pour un pilote du profil de Räikkönen, qui aura lui-même un impact sur la motivation de tous. Le second pilote 2019 de Sauber sera l'autre protégé de Ferrari, l'Italien Antonio Giovinazzi.

"Nous avons eu Ferrari, Alfa Romeo et Charles qui ont rejoint le team", se félicite Vasseur au micro de Motorsport.com. "Nous avons amené Jan Monchaux et Simone Resta à l'usine. Chaque semaine, nous avions de bonnes nouvelles : c'est comme une spirale. La motivation est là, et l'humeur est au sommet par rapport à l'an dernier, en termes d'esprit d'équipe."

L'influence "cruciale" du prestige d'Alfa Romeo

Vasseur indique que "l'appétit pour l'équipe a été totalement différent pour le recrutement et les sponsors" consécutivement à l'annonce "cruciale" du partenariat avec Alfa Romeo.

Lire aussi :

"On peut motiver de bons ingénieurs avec le salaire mais ils aiment la course et désirent obtenir des résultats. Nous sommes en bien meilleure position pour recruter et avoir les meilleures personnes dans chaque département distinct. J'ai le sentiment que nous sommes réellement attractifs en tant que projet. C'est la même histoire en ce qui concerne les pilotes. Kimi sait qu'il sera difficile pour nous de faire mieux que la septième place [en course, ndlr] sans un accident. La motivation peut venir d'ailleurs. Le fait que nous progressions, que nous grandissions, construisions quelque chose : je pense que c'est un énorme sentiment pour tous les membres de l'équipe, y compris les pilotes."

Vasseur ajoute que le plan de recrutement n'est pas arrivé à son terme et compte capitaliser sur la solide saison 2018 qui a vu le team régulièrement jouer le top 10 à la régulière. Selon lui, les performances 2018 n'étaient que "les premiers résultats" de cette poussée.

"Nous avons beaucoup recruté depuis l'an dernier pour faire progresser chaque partie de la société et cela paie", sourit-il. "Lorsque nous avons commencé le travail fin 2017, des gens sont arrivés début 2018 et certains travaillaient sur l'auto 2018. Mais certains d'entre eux sont passés directement sur la voiture de l'année suivante. Ce sont les premiers résultats du recrutement. J'espère que l'on en verra de plus en plus."

Lire aussi :

Article suivant
Photos - L'exposition Schumacher au Musée Ferrari de Maranello

Article précédent

Photos - L'exposition Schumacher au Musée Ferrari de Maranello

Article suivant

Ces pilotes qui ont remporté 70% des points d'une saison

Ces pilotes qui ont remporté 70% des points d'une saison
Charger les commentaires