Schumacher : La contradiction monégasque

A l'approche de l'édition 2012 du Grand Prix de la principauté de Monaco, Michael Schumacher s'est déclaré confiant dans les chances de son équipe de bien figurer dimanche prochain

A l'approche de l'édition 2012 du Grand Prix de la principauté de Monaco, Michael Schumacher s'est déclaré confiant dans les chances de son équipe de bien figurer dimanche prochain. Il part pourtant avec un handicap de cinq places sur la grille, héritage de son accrochage avec Bruno Senna en Espagne.

Le septuple champion du Monde apprécie vraiment de piloter sur ce tracé monégasque, même si, il le reconnaît, c'est un peu une contradiction de faire des campagnes pour améliorer la sécurité des pilotes en piste et de courir sur ce tracé urbain étriqué.

"Monaco est vraiment un circuit unique. Mais d'un autre côté, vous pouvez regarder cela avec une grande dose d'ironie au regard de la contradiction qu'il représente, depuis tant d'années nous avons mené avec succès des campagnes pour plus de sécurité en piste et ensuite nous conduisons délibéremment à Monaco."

L'Allemand ne boude toutefois pas son plaisir de revenir une fois par an à Monaco.

"Mais de mon point de vue, c'est justifié une fois par an, particulièrement car piloter sur le circuit procure beaucoup de plaisir. Chaque fois que vous venez ici, vous attendez simplement avec impatience le moment où vous pourrez enfin sortir et parcourir ce tracé," termine Schumacher.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Bruno Senna
Type d'article Actualités