Formule 1
28 mars
Événement terminé
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
EL1 dans
1 jour
C
GP du Portugal
02 mai
EL1 dans
15 jours
09 mai
Prochain événement dans
21 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
60 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
77 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
108 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
136 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
143 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
164 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
168 jours
10 oct.
Course dans
178 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
193 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
200 jours
07 nov.
Course dans
207 jours

Pas de victoire pour Schumacher : regrets éternels chez Mercedes

Pour les membres de l'écurie Mercedes qui ont travaillé avec Michael Schumacher avant d'empiler les succès durant l'ère turbo hybride, l'absence de succès avec le champion allemand a laissé une plaie ouverte.

Pas de victoire pour Schumacher : regrets éternels chez Mercedes

Avant de devenir la machine à gagner que l'on connaît, Mercedes a dû bâtir son écurie, née du rachat de Brawn GP fin 2009. À l'époque, le constructeur allemand signait son grand retour officiel avec un team d'usine en catégorie reine. Un comeback associé à celui de Michael Schumacher, recruté pour porter ce projet d'envergure. Plus de dix ans après, certains membres éminents de l'écurie Mercedes sont encore là, et se souviennent précisément de cette période de construction traversée par la structure de Brackley.

Lire aussi :

Aux côtés de Nico Rosberg, Michael Schumacher a roulé sous les couleurs de Mercedes trois saisons durant, avant de prendre sa retraite définitive au terme de l'année 2012. Un passage au sein de la firme à l'étoile qui ne lui aura pas permis de décrocher sa 92e victoire en Grand Prix, et un regret toujours profond pour ceux qui l'ont côtoyé à l'époque. Car le septuple Champion du monde aurait pu y prétendre au Grand Prix de Monaco 2012, où il avait signé la pole position mais n'avait pu en tirer parti puisqu'il devait purger sur la grille une pénalité de cinq places, dont il avait écopé lors du Grand Prix précédent en Espagne.

"J'étais aux anges, et je crois que c'était l'un des meilleurs tours qu'il ait probablement fait dans sa vie", confie James Vowles, déjà responsable de la stratégie à l'époque, au micro du podcast Beyond the Grid. "Mais j'avais le cœur brisé, vraiment le cœur brisé pour lui, pour le gars que nous voulions tous voir gagner une course, car il le méritait franchement. Il a fait tellement d'efforts pour l'équipe, consacré tellement de sa vie à l'équipe, que c'était une récompense pour lui et c'était son opportunité dans l'année. J'avais le cœur brisé par le fait que c'était sur un Grand Prix où il était pénalisé. J'ai eu de la compassion pour lui, et j'en ai encore aujourd'hui. Il n'a pas obtenu tous les résultats qu'il méritait compte tenu de l'investissement qu'il fournissait pour l'équipe."

La raison pour laquelle nous gagnons aujourd'hui, c'est que beaucoup lui est dû, car il nous a rendus meilleurs.

Ron Meadows, directeur sportif de Mercedes

Avec Mercedes, Michael Schumacher n'aura connu qu'une seule fois les joies du podium, à Valence, toujours en 2012. Et James Vowles est loin d'être le seul à ruminer l'absence de victoire avec le pilote allemand à cette époque. "Vu comment il nous a aidés à progresser, c'est certainement l'un de mes plus gros regrets de ne pas avoir vu Michael gagner une course avec nous", confirme le directeur sportif Ron Meadows. "C'était un pilote d'un niveau avec lequel nous n'avions jamais travaillé à ce stade. Je crois vraiment que nous voulions tous qu'il gagne. Ça n'est pas arrivé. Deux ans plus tard, nous n'arrêtions plus de gagner, et le mérite lui en revient en partie puisque la raison pour laquelle nous gagnons aujourd'hui, c'est que beaucoup lui est dû, car il nous a rendus meilleurs."

James Vowles souligne également l'attitude adoptée par Michael Schumacher à l'époque, alors qu'il avait déjà derrière lui ses plus grands succès en Formule 1, décrochés avec Benetton puis Ferrari. "Il savait où il avait des faiblesses, et il l'acceptait et essayait de les améliorer en permanence", confie le Britannique. "Il avait des lacunes dans sa manière de piloter la voiture par rapport à Nico, il en était parfaitement conscient et il faisait tout ce qu'il pouvait pour y remédier. Mais les domaines qui, en vérité, étaient liés à son âge, où il ne pouvait pas être aidé en quoi que ce soit, étaient bien là. Je pense qu'il savait aussi que l'heure était venue [d'arrêter]."

partages
commentaires
Williams ne sacrifiera pas 2022 pour refaire son retard

Article précédent

Williams ne sacrifiera pas 2022 pour refaire son retard

Article suivant

Vettel a fait un stage dans une ferme pendant le confinement

Vettel a fait un stage dans une ferme pendant le confinement
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher
Équipes Mercedes
Tags james vowles , ron meadows
Auteur Basile Davoine
Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance Prime

Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance

Williams a résisté à la marée pendant de nombreuses années mais l'ère du propriétaire-exploitant est révolue depuis longtemps.

Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ? Prime

Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ?

Les équipes de Formule 1 semblent divisées concernant la meilleure solution pour les nouvelles règles sur le fond plat. Une fois de plus, deux tendances radicalement opposées apparaissent. Désormais, une question se pose : le tableau dressé lors du premier Grand Prix permet-il déjà d'indiquer qui est sur la bonne voie et qui ne l'est pas ?

AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ? Prime

AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ?

Serait-il possible qu'AlphaTauri soit la grande surprise de la saison 2021 de Formule 1 ? Ce qui a été montré lors du Grand Prix de Bahreïn le suggère clairement.

Formule 1
13 avr. 2021
Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage Prime

Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage

Remémorons-nous quelques souvenirs marquants de Stirling Moss, légende du sport automobile, qui nous a quittés l'an dernier à l'âge de 90 ans.

Formule 1
12 avr. 2021
Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins Prime

Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins

Aston Martin peut-elle se sortir du trou dans lequel la réglementation aérodynamique de 2021 l'a envoyée ? Cette question, l'écurie britannique ne peut pas encore y répondre. En revanche, les récentes performances de Mercedes offrent un signe d'encouragement.

Formule 1
11 avr. 2021
L'excessive et vaine croisade de Ricciardo sur les crashs en F1 Prime

L'excessive et vaine croisade de Ricciardo sur les crashs en F1

Daniel Ricciardo a été parmi les pilotes les plus virulents ces derniers mois pour dénoncer l'exploitation, selon lui à outrance, des images des accidents par la Formule 1. Une vision des choses compréhensible bien qu'excessive et vaine.

Formule 1
10 avr. 2021
Entretien - Les ambitions de titre de Max Verstappen Prime

Entretien - Les ambitions de titre de Max Verstappen

Juste avant de jouer la victoire au Grand Prix de Bahreïn avec une Red Bull finalement dominatrice, Max Verstappen a accordé une longue interview à Motorsport.com. Ses progrès depuis ses débuts, ses espoirs pour la saison à venir, la fin du règne de Hamilton... il s'est confié sur ces sujets en détail.

Formule 1
8 avr. 2021
Quand la carrière d'un pilote de F1 ne dura que 800 mètres Prime

Quand la carrière d'un pilote de F1 ne dura que 800 mètres

Les débuts en Formule 1 de Nikita Mazepin, à Bahreïn, n'ont duré que quelques mètres, mais une saison complète l'attend grâce à ses soutiens financiers. En 1993, Marco Apicella n'a, lui, été pilote de Grand Prix que pendant 800 mètres. Voici son histoire.

Formule 1
7 avr. 2021