Vettel évoque l’incident de Montréal, pas l’audience à venir

partages
commentaires
Vettel évoque l’incident de Montréal, pas l’audience à venir
Par :
20 juin 2019 à 16:58

À la veille d'une audience cruciale pour la Scuderia Ferrari, Sebastian Vettel s'exprimait pour la première fois depuis l'incident qui lui a coûté la victoire au Grand Prix du Canada… mais n'a été que peu loquace quant à la décision des commissaires.

Sebastian Vettel était en tête de la course à Montréal mais subissait la pression de son poursuivant Lewis Hamilton lorsqu'il est parti à la faute dans la première chicane, avec une excursion dans l'herbe à la clé.

Cependant, ne lui suggérez pas qu'il a freiné trop tard : "Il fallait que je réagisse à l'écart qui était le nôtre, donc quand Lewis était plus proche, je n'économisais pas le carburant, mais quand il était plus loin et que j'avais une petite marge, j'en économisais autant que possible. Peut-être que le tour d'avant, j'ai levé le pied car il n'était pas aussi proche… Mais je n'ai pas essayé de réinventer le virage 3 au bout de 50 tours."

Lire aussi :

Menant ce Grand Prix pendant 63 tours – plus de boucles en tête que lors des 15 courses précédentes – Vettel a eu tout le loisir de constater les qualités de la Mercedes W09 rivale, qui a remporté les sept premières manches de la saison 2019.

"J'ai tout tenté pour rester en piste, et j'étais évidemment sous la pression, mais j'attaquais aussi fort que possible", poursuit-il. "Je crois que nous n'avions pas le même rythme ; je pense que si Lewis avait été devant lors de cette course, il aurait contrôlé son rythme et fait comme lors des six autres."

"Nous n'étions pas faciles à doubler car nous avions l'avantage en ligne droite, et heureusement Lewis a commis des erreurs à l'épingle, à chaque fois qu'il était un peu plus proche… On peut donc dire que j'ai commis l'erreur au mauvais endroit du circuit. Si je l'avais commise à l'épingle par exemple, j'aurais juste perdu un peu de temps, mais dans ce cas, j'en ai évidemment perdu un peu plus car j'ai dû passer dans l'herbe."

Sebastian Vettel, Ferrari SF90, devant Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W10

Sebastian Vettel, Ferrari SF90, devant Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W10

Photo de: Zak Mauger / LAT Images

Le deuxième, Sebastian Vettel, Ferrari, change les panneaux dans le Parc Fermé

Le deuxième, Sebastian Vettel, Ferrari, change les panneaux dans le Parc Fermé

Photo de: Steve Etherington / LAT Images

Or, revenant en piste, le quadruple Champion du monde a – consciemment ou non – tassé son rival hors de la piste, ce qui lui a valu une pénalité de cinq secondes. "Je ne me suis pas laissé emporter", se souvient Vettel qui, lors de ce point presse, s'est refusé à tout commentaire sur la décision en question, alors que la Scuderia Ferrari sera entendue ce vendredi par les commissaires qui ont infligé cette pénalité. "Je restais en tête et je me battais encore pour la victoire, donc il est clair qu'à partir de là, je faisais encore ma course."

"Bien sûr, quand j'ai été informé je ne comprenais pas pourquoi, puis on m'a expliqué et je ne comprenais toujours pas, mais j'ai continué – il le fallait : la voiture marchait, il me restait du carburant, donc autant finir la course. Je n'ai pas du tout perdu mon sang-froid ; je n'étais pas content, mais je pense que j'avais toutes les raisons de ne pas être content."

Lire aussi :

Vettel reste désormais sur 15 courses consécutives sans victoire, une première depuis la saison 2016, et pourtant : "Non, je ne suis pas frustré. Si nous avions eu 15 courses à gagner et que nous n'avions pas gagné, je serais frustré. Nous avons fait de notre mieux."

"Cette année, nous avons eu deux chances jusqu'à présent ; il y en a une où Charles a eu des problèmes et où je n'étais pas présent, et l'autre, au moins nous avons franchi la ligne d'arrivée en premier, mais je crois que nous en avons suffisamment parlé. Globalement, je suis relativement satisfait des courses que j'ai réalisées, mais forcément, on se dit toujours qu'on pourrait faire mieux çà et là. Bref, comme je l'ai dit, ce n'est pas comme si nous avions dominé les 15 courses dont vous parlez."

Propos recueillis par Roberto Chinchero et Scott Mitchell

Article suivant
Verstappen remet en question les pénalités pendant les courses

Article précédent

Verstappen remet en question les pénalités pendant les courses

Article suivant

Photos - Les nouveautés techniques pour le GP de France

Photos - Les nouveautés techniques pour le GP de France
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de France
Pilotes Sebastian Vettel Boutique
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Benjamin Vinel
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu