Selon Tilke, c’est le terrain qui dessine le circuit (1/2)

Pour Hermann Tilke, l’architecte des circuits de Formule 1 depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, le terrain sur lequel est construit une piste a une grande influence sur le dessin de cette dernière

Pour Hermann Tilke, l’architecte des circuits de Formule 1 depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, le terrain sur lequel est construit une piste a une grande influence sur le dessin de cette dernière. C’est par exemple pour cette raison qu’il est difficile d’imiter un virage comme celui de l’Eau Rouge, à Spa-Francorchamps.

Le terrain impose beaucoup de contraintes, et le rôle de Tilke est de faire les bons compromis pour obtenir le meilleur tracé possible. "On me reproche toujours d’être incapable de faire des virages comme celui de l’Eau Rouge, à Spa. Mais pourquoi est-il si intéressant ce virage ? Parce qu’il descend, puis remonte ! Il faut avoir le terrain pour cela, un tel dénivelé ne se construit pas. Nous en avons créé un sur le Buddh en Inde, beaucoup moins important mais déjà très cher", confie-t-il. L’argent serait donc, en plus du terrain, une barrière majeure à l’imagination d’Hermann Tilke.

"Pour l’Eau Rouge, il vous faut aussi 2,7 kilomètres de long, ce qui est désormais difficile à obtenir. Enfin, l’Eau Rouge, ce n’est pas seulement un virage. Sans ce qu’il y a avant et après, il n’a pas la même saveur. On ne peut pas imiter un tel ensemble. C’est la configuration du site qui a rendu possible ce virage", explique Tilke. Le dénivelé serait donc l’ingrédient miracle pour créer une piste spectaculaire, puisque d’autres tracés vallonnés sont très appréciés des pilotes, comme par exemple Interlagos ou la Nordschleife.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités