Senna 'était tellement meilleur que ce n'était pas un problème'

Patrick Tambay compte plus de 70 départs en Grand Prix et deux victoires à son palmarès lorsqu’il voit le jeune Ayrton Senna da Silva débarquer en Formule 1, déjà annoncé en 1984 comme le Messie après ses exploits en karting et en Formule Ford

Patrick Tambay compte plus de 70 départs en Grand Prix et deux victoires à son palmarès lorsqu’il voit le jeune Ayrton Senna da Silva débarquer en Formule 1, déjà annoncé en 1984 comme le Messie après ses exploits en karting et en Formule Ford. Le Français, qui a notamment piloté pour McLaren, Ferrari et Renault, a vite compris que le brésilien était fait d’un autre bois que l’immense majorité des autres pilotes et l’explique avec une humilité rare chez un pilote.

« C’était tellement évident qu’il était meilleur que moi que ça ne me posait pas de problème. C’était la même chose avec Gilles Villeneuve. Par contre, j’ai peut-être parfois été trop conscient, trop réaliste de la valeur des uns et des autres, ou pas assez de la mienne. Il voulait être le meilleur partout. C’était son trait de caractère », explique-t-il à Red Bull.fr

« J’étais admiratif de Senna, pas seulement en tant que pilote, mais aussi en tant que personnage. Par ce qu’il a accompli bien sûr, mais ce n’est pas la première des choses. C’est l’enveloppe globale. Sa mémoire est toujours présente parce que les gens ont bien compris qu’il était hors du commun. Bien entendu, être décédé en course, au champ d’honneur, est quelque chose d’exceptionnel, de très dramatique et très fort dans la mémoire des gens ».

Senna est méthodique et sérieux en piste ; sa rigueur est insolite, appliquée à lui-même autant qu’à son entourage. Même dans les moments de relâchement, son instinct de compétition est là. Une anecdote extra-sportive de…ski nautique de Tambay en dit long sur leur envie commune de maitriser leur sujet…

« On était à Klagenfurt [Autriche], dans un hôtel sur le bord du lac, dans le cadre du GP d’Autriche de Zeltweg. Et comme c’est un endroit de villégiature sympathique, on venait un peu en avance et Ayrton pensait être l’un des meilleurs skieurs nautiques du plateau de Formule 1 [Senna s’entraînait beaucoup chez lui, à Angra dos Reis, ndlr]. Mais moi, j’étais champion de la Méditerranée de ski nautique, en figures. J’avais du métier !

Il fait son tour de ski nautique ; se lance dans un slalom, fait de grandes gerbes ; à gauche, à droite : super ! Il est effectivement très bon ! Arrive mon tour. J’étais à bord du bateau. Il me jette la corde, je la prends, fais un signe de tête au chauffeur qui démarre et je fais un départ sauté du ponton ! J’attaque deux-trois virages, quelques croisés de sillage, et là Ayrton regarde et se dit « merde » ! Il avait trouvé son maître en ski nautique ! Mais sur circuit, c’était lui le patron! »

Lire l'article complet et les souvenirs de Patrick Tambay sur Senna et Gilles Villeneuve, sur Red Bull.fr

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Ayrton Senna , Patrick Tambay , Gilles Villeneuve
Équipes McLaren , Ferrari
Type d'article Actualités