Sergey Sirotkin, le prochain missile russe? (1/3)

Pendant que Mark Webber faisait ses adieux au microcosme de la F1 à l'occasion du dernier Grand Prix européen, Sergey Sirotkin apparaissait de son côté pour la toute première fois dans son futur environnement

Pendant que Mark Webber faisait ses adieux au microcosme de la F1 à l'occasion du dernier Grand Prix européen, Sergey Sirotkin apparaissait de son côté pour la toute première fois dans son futur environnement. Un chassé-croisé entre vétéran et débutant, expérience et innocence, marquant pour le moins un fort contraste ! Le Russe autour duquel devrait s’articuler un programme Sauber l’an prochain a pris la température, non pas des pneus - vu qu'il n'a pas encore le précieux sésame qu’est Super-Licence - mais bien de ce qui va devenir son futur terrain de jeu.

Le Russe a donc élu domicile dans le Motorhome Sauber le temps d'un week-end, où nous l'avons rencontré. Retour sur l'itinéraire d'un garçon gâté, mais conscient de compter parmi les privilégiés et surtout très déterminé.

Il vient d'avoir 18 ans ... et pourtant! Le Russe est en passe de s'installer dans le baquet laissé vacant par l'un des deux titulaires, Hülkenberg ou Gutierrez, et ainsi devenir le plus jeune pilote de l'histoire à prendre part au championnat du monde de Formule 1 l'an prochain.

Les Sirotkin ont la science du pilotage dans leur ADN. S'il était armé pour apprendre à voler et programmé pour piloter un avion, Sergey n'aura finalement pas suivi les traces de son père, aux commandes de l'Institut National des Technologies de l'Aviation. Ce sera finalement un choix aiguillé vers la pitlane plutôt que le tarmac des plateformes aéroportuaires qui sera fait.

Actuellement en Formule Renault 3.5, il est la pierre d’angle d’un solide partenariat russo-suisse de demain au sein de l'équipe Sauber.

Tout a commencé il y a trois mois. Un temps annoncée en proie à de sérieux problèmes financiers, l'équipe suisse ne s'est pas découragée et a décidé de prendre le taureau par les cornes, en direction du pays qui accueillera organisera l’an prochain une nouvelle manche, à Sotchi.

Revenu sur la genèse des contacts établis avec les dirigeants de Hinwil et grâce à une approche et une alliance méthodique de ses managers et de son père, le jeune pilote se souvient de cette annonce qui l'a visiblement marqué : “Cela s'est fait vers la mi-juillet, le 15 si je me souviens de la date exacte. C'était mon rêve depuis toujours. Cela a été une super bonne nouvelle de voir que j’avais un pied en Formule 1. Ce sont des sentiments incroyables et j'étais vraiment heureux de l'apprendre”, déclare-t-il à ToileF1.

"En même temps, je sens que c’est une charge de travail importante qui m’attend. Nous devons respecter ça et nous concentrer désormais là-dessus," concède-t-il avec lucidité.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber , Sergey Sirotkin
Équipes Sauber
Type d'article Actualités