Sergio Pérez : "Encore ce problème de MGU-K…"

En changeant l'unité de puissance de Sergio Pérez pour le Grand Prix d'Abu Dhabi quitte à prendre une pénalité, Racing Point avait mis toutes les chances de son côté dans la bataille pour la troisième place du championnat des constructeurs. Las, le Mexicain est tombé en panne dès le neuvième tour, et l'écurie a vu McLaren lui damer le pion. Pérez, dont l'avenir en Formule 1 demeure plus qu'incertain, revient avec Motorsport.com sur ce qui pourrait avoir été sa dernière course dans l'élite.

Sergio Pérez : "Encore ce problème de MGU-K…"

Sergio, que s'est-il passé sur votre voiture ?

Nous avons encore eu ce problème de MGU-K [après un abandon depuis la troisième place en fin de course à Bahreïn, ndlr]. C'est dommage car nous avions vraiment besoin d'une course solide aujourd'hui, mais malheureusement, ça n'a pas été le cas. Le manque de fiabilité nous a fait mal cette année. Il n'y a rien d'autre que nous aurions pu faire, j'ai fait tout ce que je pouvais cette saison.

Lire aussi :

Cela se présentait bien, pourtant. Vous êtes remonté de la 20e à la 14e place en huit tours…

Oui, cela se présentait bien, je menais une belle progression, et tout d'un coup, j'ai perdu la puissance moteur. Voilà ce qui s'est produit aujourd'hui.

Comment vous sentiez-vous à l'aube de cette ultime course pour l'écurie ?

J'espérais réaliser une course solide et conclure en beauté notre histoire ensemble, mais c'est dommage que ça n'ait pas été le cas.

Un podium perdu sur problème mécanique, une victoire et un nouvel abandon : vos trois dernières courses ont été de vraies montagnes russes !

Oui, ce n'est jamais idéal, mais ça arrive. Bien joué à McLaren pour cette troisième place chez les constructeurs, et bien joué à leurs pilotes qui ont fait un travail formidable.

Sergio Perez, Racing Point, sur le muret des stands après son abandon

Quels sont vos projets pour l'intersaison ?

Je vais juste profiter autant que possible, passer autant de temps que possible à la maison, et voir quoi faire désormais dans la vie.

Avez-vous un plan, un processus de réflexion spécifique ?

Je vais prendre le temps de voir ce qui est possible ou non. La saison est terminée, donc il n'y a aucune urgence. On verra ce qui se passera dans les prochaines semaines.

Où se trouve l'écurie maintenant par rapport à votre arrivée en 2014 ?

Elle est largement meilleure. Je serai toujours très fier de cette équipe, d'avoir sauvé tous les emplois de mes gars [lors de la faillite en 2018] et de voir l'avenir qui les attend. L'avenir paraît radieux pour eux, et j'en suis extrêmement fier.

L'écurie a fini l'année quatrième du championnat. Et maintenant ?

Nous venons de perdre la troisième place et c'est vraiment notre faute. La fiabilité nous a coûté cher, évidemment avec le problème qui nous a fait perdre 15 points [à Bahreïn], ce qui a fait la différence au final, je pense. Mais cela montre toujours qu'avoir deux pilotes compétitifs qui marquent les points pour l'équipe, ça fait une sacrée différence à la fin de l'année. De mon côté, je suis extrêmement satisfait de ma saison. Bien qu'ayant manqué deux courses et eu des problèmes de fiabilité, je suis quand même parvenu à finir quatrième du championnat. J'en suis très content.

partages
commentaires
Hamilton, troisième mais "reconnaissant d'être en vie"

Article précédent

Hamilton, troisième mais "reconnaissant d'être en vie"

Article suivant

Esteban Ocon : "On sera prêts l'année prochaine"

Esteban Ocon : "On sera prêts l'année prochaine"
Charger les commentaires
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021
Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes Prime

Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes

Pour la première fois de l'ère turbo hybride, Red Bull mène les deux championnats après sa victoire au Grand Prix de Monaco.

Formule 1
5 juin 2021
Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1 Prime

Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1

Le partenariat entre la Formule 1 et Amazon Web Services se traduit par de nombreux graphiques servant à approfondir la compréhension des Grands Prix. Mais la discipline cherche également à améliorer le spectacle proposé en piste aux spectateurs.

Formule 1
2 juin 2021