Silverstone 2003 : la folie des coureurs ! (1/2)

Il y a tout juste 10 ans, le Grand Prix de Grande Bretagne fut le théâtre d'une course folle, bien qu'elle reste imprimée dans la mémoire des passionnés pour un "incident" bien particulier

Il y a tout juste 10 ans, le Grand Prix de Grande Bretagne fut le théâtre d'une course folle, bien qu'elle reste imprimée dans la mémoire des passionnés pour un "incident" bien particulier...

Pour rappel, les qualifications se disputaient alors sur un seul tour avec les pilotes tournant à tour de rôle. Ceux-ci passaient dans l’ordre du championnat le vendredi après-midi, et dans l'ordre inverse de cette séance le lendemain. Ce qui donnait lieu à quelques surprises en cas d'erreur au moment décisif.

Or, Rubens Barrichello, sur sa Ferrari, décrocha la pole position à la surprise générale. En effet, le Brésilien était sorti lors de la première séance, le condamnant à partir en deuxième le samedi. Or, personne n'a réussi à battre son temps, alors que d’habitude, la pole se jouait entre les derniers pilotes élancés, grâce au dépôt de gommes rendant la piste plus rapide.

Son équipier Michael Schumacher pouvait le concurrencer mais il sortit large dans un virage, le privant de toute chance de pole. Jarno Trulli inaugura une version B de sa Renault de fort belle manière complétant la première ligne, devant Kimi Raikkonen (McLaren), Ralf Schumacher (Williams) et son frère Michael.

A noter la belle performance de Christiano Da Matta sur Toyota, 6

è

, et mieux placé que Juan-Pablo Montoya (Williams) ou Fernando Alonso (Renault) qui le suivaient sur la grille. A la suite d’une sortie de piste, Jenson Button partait dernier sur BAR.

Aidé par un système de départ automatisé (légal à l’époque) très performant, Trulli bondit au départ, et Raikkonen le suivit. Barrichello n’était déjà plus que 3

è

. Les frères Schumacher avaient gardé leur position, non sans une défense limite du grand frère qui força Alonso à mettre deux roues dans l’herbe dans Hangar Straight.

A peine quelques tours passèrent que l'on constata la présence de débris après Copse. C’était en fait ce qui restait de…l’appui tête de David Coulthard (Mclaren) qui avait explosé! Ce qui nécessita un Safety-Car, et l’arrêt de DC afin de retrouver ce qui lui manquait! Quelques-uns en profitèrent pour avancer leur ravitaillement, notamment les deux pilotes Toyota, ce qui ne sera pas sans conséquences. La course fut relancée peu après, Barrichello réussit alors à se débarrasser de la Mclaren de Raikkonen

Survint alors au 12

è

tour, un incident pour le moins inédit et presque loufoque : un prêtre irlandais du nom de Neil Horan franchit le grillage retenant les spectateurs et se mit à courir sur la ligne droite de Hangar Straight juste à l'instant où les monoplaces passaient ! Le tout vêtu d’un kilt avec une pancarte indiquant "Lisez la Bible, la Bible a toujours raison". Dieu merci, c’est le cas de le dire, il ne fut pas heurté, au grand dam de Jacques Laffite qui avec sa verve habituelle n'hésita pas à lâcher à l'antenne "Ah mais le suicide, lui, on s'en fiche de lui !".

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jarno Trulli , Jenson Button , Ralf Schumacher , Michael Schumacher , Rubens Barrichello , David Coulthard , Kimi Räikkönen , Fernando Alonso , Jacques Laffite
Équipes McLaren , Williams , Ferrari
Type d'article Actualités