Formule 1
12 mars
-
15 mars
EL1 dans
17 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
25 jours
02 avr.
-
05 avr.
EL1 dans
38 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
74 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
87 jours
04 juin
-
07 juin
EL1 dans
102 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
109 jours
25 juin
-
28 juin
EL1 dans
123 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
130 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
144 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
158 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
186 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
193 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
207 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
214 jours
08 oct.
-
11 oct.
EL1 dans
227 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
242 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
249 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
263 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
277 jours

La F1 utilise un simulateur de dépassements inédit

partages
commentaires
La F1 utilise un simulateur de dépassements inédit
Par :
11 janv. 2019 à 08:07

L'un des groupes de travail qui planchent sur l'amélioration du spectacle en Formule 1 utilise un simulateur extrêmement complexe pour comprendre l'incidence de différents facteurs sur les dépassements en course.

Depuis le rachat de la Formule 1 par Liberty Media il y a deux ans, plusieurs groupes de travail ont été formés afin de trouver les solutions qui permettront d'améliorer le spectacle et l'intérêt des Grands Prix. L'un d'entre eux, baptisé "Vehicle Performance Group", est dirigé par Pat Symonds, ancien ingénieur passé par Benetton, Renault et Williams. Celui-ci a révélé l'une des nouvelles méthodes à laquelle il a été décidé de recourir, avec notamment pour objectif de créer des circuits favorisant les dépassements.

Des simulations commencent ainsi à fleurir et devraient se multiplier, après avoir déjà été utiles dans le cadre du projet de Grand Prix du Vietnam. Le tracé de l'épreuve, qui se déroulera pour la première fois en 2020, en a ainsi bénéficié. L'outil de simulation est également utilisé pour évaluer d'éventuels changements à apporter sur des tracés existants et réputés ennuyeux, comme celui d'Abu Dhabi.

Lire aussi :

"Nous avons réalisé ce que je crois être la première simulation de dépassements au monde", a révélé Pat Symonds sur la scène du salon Autosport International. "C'était extrêmement complexe à faire. Réaliser un tour de piste prend plusieurs heures. C'est une simulation très, très complexe, mais qui a son propre modèle de voiture, qui prend en compte la surface et les caractéristiques pneumatiques, toutes les choses de ce genre."

"Nous l'utilisons désormais pour concevoir nos nouveaux circuits et pour étudier des modifications. Pour le Vietnam, qui est le premier circuit auquel nous l'avons vraiment appliqué, je pense que nous avons réellement pu comprendre ce qu'il fallait pour y avoir une belle course. Je crois que le Vietnam va être un superbe circuit. Il y a de formidables caractéristiques et les courses seront serrées."

Pat Symonds a dévoilé l'utilisation de cet outil de simulation alors qu'il était d'abord interrogé sur l'opinion du Champion 2017 de Formule E, Lucas Di Grassi. Ce dernier martèle depuis un long moment que, selon lui, les circuits doivent proposer des virages permettant plusieurs trajectoires différentes afin de rendre les courses plus intéressantes.

"Ce que dit Lucas est correct", a réagi Pat Symonds. "Il y a de nombreux aspects à ça, mais j'insiste à nouveau sur le fait qu'il nous faut des données scientifiques, il faut des preuves. J'ai entendu tellement de théories quant à la manière de créer des dépassements ; tout le monde dit qu'il faut donner du grip mécanique aux monoplaces, on entend ça encore et encore. La preuve est que, lors d'une course sur piste détrempée, où l'on a moins d'adhérence, il y a de plus belles courses. Maintenant, nous y ajoutons la recherche scientifique."

Pat Symonds prend une photo avec son téléphone
Article suivant
Dossier - Alonso et Ferrari, c'était un nouveau départ

Article précédent

Dossier - Alonso et Ferrari, c'était un nouveau départ

Article suivant

C'était un 11 janvier : l'étonnante Arrows F1 triplace

C'était un 11 janvier : l'étonnante Arrows F1 triplace
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Tags pat symonds
Auteur Basile Davoine