Singapour 2008 : Briatore dénonce le "Conseil Mondial Mickey Mouse"

Ayant déjà dénoncé l'influence de Max Mosley sur la saison 1994 de Formule 1, Flavio Briatore déplore également l'exclusion de tous les événements FIA qui lui avait été infligée suite au Crashgate en 2008.

Singapour 2008 : Briatore dénonce le "Conseil Mondial Mickey Mouse"

Les répercussions du Grand Prix de Singapour 2008, où Nelson Piquet Jr avait percuté le mur et provoqué une intervention du Safety Car pour aider son coéquipier Fernando Alonso à gagner, avaient été immenses. L'écurie Renault avait prié de partir son directeur général Flavio Briatore et son directeur exécutif de l'ingénierie Pat Symonds, et avait subi la défection de ses principaux sponsors lorsque l'affaire avait été révélée.

Le Conseil Mondial du Sport Automobile de la FIA avait alors imposé une exclusion de deux ans à Renault avec sursis, tandis que Pat Symonds, qui avait confessé sa responsabilité, avait été écarté de tout événement FIA pour cinq ans. Flavio Briatore, en revanche, avait nié son implication et avait été banni à vie par la fédération. L'Italien avait cependant porté l'affaire devant le tribunal de grande instance de Paris, affirmant que "la FIA [avait] été utilisée comme un outil de vengeance au nom d'un seul homme", référence à peine voilée à son président Max Mosley, et il avait eu gain de cause : son exclusion et celle de Symonds avaient été annulées.

Lire aussi :

Une dizaine d'années plus tard, interrogé dans le podcast Beyond The Grid, Briatore se garde bien d'évoquer ce qui s'est réellement passé lors de ce fameux Grand Prix de Singapour, mais il réitère ses attaques envers Max Mosley.

"Le plus important, c'est que pour la première fois, j'ai été convoqué par le Conseil Mondial de la Formule 1 – ou devrais-je dire, le Conseil Mondial Mickey Mouse !" s'exclame-t-il. "Max [Mosley] décide, tout le monde acquiesce. J'ai perdu mon pass, mais j'ai été complètement blanchi par le tribunal de grande instance de Paris. Cela me suffit."

"Une heure après m'avoir banni, [Mosley] m'a appelé pour me dire qu'il fallait trouver une solution. Je lui ai dit que j'allais faire appel au tribunal. C'était une question de relations publiques pour la FIA ; elle était sûre de gagner en justice, non ? Or, elle a tout perdu ! Elle m'a payé 15 000 € symboliques – j'avais demandé un million. Toujours est-il que le nom de Flavio Briatore a été complètement blanchi – mais pas par le Conseil Mondial, qui était le pantin de Max."

Rappelons que Max Mosley a présidé la FIA de 1993 à 2009, son successeur Jean Todt – largement élu face à Ari Vatanen en 2009 – étant toujours en poste à ce jour.

partages
commentaires
Comment est conçu le Halo qui protège les pilotes ?
Article précédent

Comment est conçu le Halo qui protège les pilotes ?

Article suivant

Pour Kubica, les F1 auront déjà évolué avant le début de saison

Pour Kubica, les F1 auront déjà évolué avant le début de saison
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021