Quand Sirotkin s'annonçait comme le plus jeune pilote de l'Histoire

Certains d'entre vous ont peut-être découvert Sergey Sirotkin avec sa titularisation chez Williams pour la saison 2018, mais cela fait en réalité quelques années que le jeune Russe toque à la porte de la Formule 1.

Quand Sirotkin s'annonçait comme le plus jeune pilote de l'Histoire

Sergey Sirotkin, pilote d'essais, Sauber

Le 15 juillet 2013, Sauber F1 Team annonçait un partenariat avec de nouveaux investisseurs russes qui impliquait ouvertement l'arrivée de Sergey Sirotkin au poste de titulaire pour la saison 2014.

Après une remarquable campagne 2012, l'écurie suisse réalisait alors des performances plus mesurées avec Nico Hülkenberg et Esteban Gutiérrez, huitième du championnat des constructeurs à mi-saison avec sept points au compteur, et sa situation financière était loin d'être confortable.

D'où l'arrivée de nouveaux sponsors, dont l'Institut national des technologies de l'aviation justement dirigé par Oleg Sirotkin. Il n'était donc pas étonnant que son fils Sergey fasse partie de l'équation.

Enfin, si, mais pour d'autres raisons. À 18 ans, 6 mois et 18 jours au matin du Grand Prix d'Australie 2014, Sirotkin serait devenu le plus jeune pilote de l'Histoire de la Formule 1, battant de près d'un an le record de Jaime Alguersuari (19 ans, 4 mois et 3 jours au Grand Prix de Hongrie 2009). À l'époque, le débat faisait rage au sujet des possibles débuts de l'adolescent, et il était impensable d'imaginer un Max Verstappen arriver à un âge encore plus précoce !

Or, Sirotkin n'avait qu'une expérience encore limitée de la monoplace à son actif en juillet 2013. Un titre en Formula Abarth Europe en 2011, une troisième place en Auto GP en 2012 – deux disciplines au plateau peu compétitif – et un début de saison mitigé en Formule Renault 3.5, où il était le benjamin du peloton, avec trois arrivées dans les points en neuf courses, dont un podium seulement.

Toujours est-il que les intentions de Sauber étaient claires. "Nous devons préparer Sergey à son arrivée en Formule 1", déclarait la directrice d'équipe Monisha Kaltenborn. "Sergey a 17 ans. Nous allons faire de notre mieux pour le préparer à son arrivée en Formule 1, afin qu'il soit notre pilote l'an prochain. C'est pour cela que nous le préparons."

Sirotkin a donc moulé son baquet au mois d'août 2013 en vue de séances d'essais libres d'ici la fin de la saison, qui ne se sont toutefois pas matérialisées, avec seulement un roadshow à Sotchi en vue du premier Grand Prix de Russie de l'Histoire, prévu en 2014.

Des doutes ont commencé à apparaître concernant sa présence au poste de titulaire en novembre, avant qu'il ne soit officialisé comme pilote d'essais pour 2014 le mois suivant, l'écurie préférant recruter Adrian Sutil aux côtés de Gutiérrez.

"Nous travaillons avec Sergey depuis août, et il a pu prendre de plus en plus d'expérience dans le monde de la Formule 1", commentait Kaltenborn. "Avec ce nouveau rôle de pilote d'essais, il passe à l'étape suivante vers le plus haut niveau du sport automobile. Nous le connaissons comme un pilote très concentré, calme et talentueux. Nous allons continuer à le soutenir, notamment dans l'obtention de sa Super Licence. Notre objectif reste de le préparer pour des débuts en Formule 1."

Non seulement Sirotkin n'était pas titulaire, mais il a en plus subi la concurrence d'un autre pilote d'essais, Giedo van der Garde, qui s'est octroyé les séances du vendredi, Sirotkin devant se contenter des EL1 de Sotchi.

À ce stade, le Russe n'avait plus aucune garantie d'avenir avec la structure de Hinwil, qu'il a quittée fin 2014, mais a poursuivi son ascension des formules de promotion. Remportant une course en Formule Renault 3.5 à Moscou, il a couru deux ans en GP2, se classant à chaque fois sur le podium du championnat. C'était suffisant pour rejoindre Renault F1 en tant que pilote de réserve, avant de convaincre Williams d'enfin lui donner sa chance pour des débuts en Grand Prix grâce à ses performances lors des essais d'Abu Dhabi et à ses soutiens financiers.

Sergey Sirotkin, Sauber C33
Sergey Sirotkin, Sauber C33
1/10

Photo de: Alastair Staley / Motorsport Images

Sergey Sirotkin, pilote d'essais, Sauber
Sergey Sirotkin, pilote d'essais, Sauber
2/10

Photo de: Steve Etherington / Motorsport Images

Sergey Sirotkin, Sauber C33
Sergey Sirotkin, Sauber C33
3/10

Photo de: Alastair Staley / Motorsport Images

Sergey Sirotkin, pilote d'essais, Sauber
Sergey Sirotkin, pilote d'essais, Sauber
4/10

Photo de: Alastair Staley / Motorsport Images

Sergey Sirotkin, Sauber C33
Sergey Sirotkin, Sauber C33
5/10

Photo de: Alastair Staley / Motorsport Images

Sergey Sirotkin, pilote d'essais, Sauber
Sergey Sirotkin, pilote d'essais, Sauber
6/10

Photo de: Charles Coates / Motorsport Images

Sergey Sirotkin, Sauber C33
Sergey Sirotkin, Sauber C33
7/10

Photo de: Charles Coates / Motorsport Images

Sergey Sirotkin, pilote d'essais, Sauber
Sergey Sirotkin, pilote d'essais, Sauber
8/10

Photo de: Charles Coates / Motorsport Images

Sergey Sirotkin, Sauber C33
Sergey Sirotkin, Sauber C33
9/10

Photo de: Steven Tee / Motorsport Images

Sergey Sirotkin, Sauber C33
Sergey Sirotkin, Sauber C33
10/10

Photo de: Alastair Staley / Motorsport Images

partages
commentaires
Légende de Monaco, la McLaren-Ford de Senna mise aux enchères
Article précédent

Légende de Monaco, la McLaren-Ford de Senna mise aux enchères

Article suivant

Grosjean veut rester en F1 jusqu'à 40 ans

Grosjean veut rester en F1 jusqu'à 40 ans
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021