Sirotkin a souffert d'un baquet inconfortable

Williams a connu une nouvelle course difficile au Grand Prix d'Espagne, ne marquant pas le moindre point malgré six abandons. Pour Sergey Sirotkin, ce fut un véritable calvaire.

Sirotkin a souffert d'un baquet inconfortable
Sergey Sirotkin, Williams FW41, se bat avec Brendon Hartley, Toro Rosso STR13
Sergey Sirotkin, Williams FW41, Brendon Hartley, Toro Rosso STR13
Sergey Sirotkin, Williams FW41
Sergey Sirotkin, Williams
Marcus Ericsson, Sauber C37, Brendon Hartley, Toro Rosso STR13 et Sergey Sirotkin, Williams FW41
Sergey Sirotkin, Williams FW41 aux stands
Sergey Sirotkin, Williams FW41
Sergey Sirotkin, Williams FW41
Sergey Sirotkin, Williams FW41 et Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Lance Stroll, Williams FW41
Lance Stroll, Williams FW41
Lance Stroll, Williams Racing
Lance Stroll, Williams FW41

Qualifié devant son coéquipier pour la troisième fois en cinq manches, Sergey Sirotkin était néanmoins 19e sur la grille à Barcelone, en raison d'une pénalité de trois places infligée suite à un incident survenu à Bakou. Sirotkin a toutefois conclu cette course catalane 14e, à trois tours du vainqueur, même relégué à 68 secondes de son plus proche rival, à savoir la Sauber de Marcus Ericsson.

"C'est la course la plus dure que j'aie jamais faite", déclare le Russe sans détour. "Je n'appellerais même pas ça une course, en fait."

"J'ai pris un bon départ, un bon envol, puis au virage 3 j'ai été pris au piège par ces tête-à-queue et l'accident devant moi, j'étais juste dans une position où je ne pouvais pas du tout voir où j'allais. J'ai vu que j'étais sur le point de percuter la voiture devant moi [celle de Grosjean, ndlr], il y avait tellement de fumée que je ne voyais rien. J'ai dû m'arrêter complètement pour éviter l'accident, et une fois que je l'ai passé, c'était comme si j'étais dernier à des kilomètres des autres."

"Puis j'ai commencé à avoir des difficultés avec... disons-le ainsi pour ne contrarier personne, le problème concerne le confort du baquet. Nous l'avons depuis le début de l'année et nous n'avons jamais vraiment eu l'opportunité de véritablement l'étudier et l'améliorer, mais là... nous avons fait quelques changements et je ne pense pas qu'ils soient allés dans la bonne direction. C'était vraiment énorme. J'avais vraiment du mal à ne serait-ce que rester dans la voiture."

"Sur ce circuit, on ne peut pas dépasser et nous ne faisions pas la meilleure course qui soit.. Et ce sentiment très inconfortable – je dirais même très douloureux – n'a pas contribué à la course, au relais, à la concentration. Puis j'ai commis une erreur au restart après la voiture de sécurité [virtuelle] et je suis parti en tête-à-queue [à la sortie du virage 9, ndlr]. Donc c'était vraiment de la survie jusqu'au bout."

Sirotkin était pourtant devant la Toro Rosso de Brendon Hartley en début de course, mais a perdu 72 secondes sur le Néo-Zélandais lors des 32 derniers tours de course, dont 23 secondes dans les stands. Cela représente un déficit de rythme d'une seconde et demie au tour, malgré des gommes plus fraîches en fin d'épreuve.

Heureusement, il semble qu'une solution ait été trouvée concernant ce baquet qui lui a posé tant de problèmes, comme l'expliquait le pilote Williams dimanche soir : "C'est bizarre, nous avons passé peut-être 40 minutes dans le garage [depuis la course] et nous avons déjà trouvé des éléments intéressants à améliorer. Donc je pense que pour Monaco, ce sera beaucoup plus facile concernant les problèmes que j'ai eus aujourd'hui."

Stroll à la porte des points

Quant à Lance Stroll, il a réalisé une performance notable en prenant la 11e place, à seulement cinq secondes des points. Le Canadien devançait ainsi une Toro Rosso et une Sauber, au volant d'une FW41 qui était clairement la monoplace la moins compétitive du plateau à Barcelone.

"Il n'y avait rien d'autre à en tirer", affirme Stroll. "La voiture n'est pas très plaisante à piloter. Elle a beaucoup de limites. C'est très difficile. Même si la course était ennuyeuse, ce n'était pas de tout repos. La voiture est très imprévisible. Elle n'est pas facile à comprendre tour après tour. Nous avions des évolutions, mais je ne pense pas que nous ayons fait un pas en avant." 

Le Grand Prix de Monaco à venir est toutefois la principale faiblesse de Williams depuis le début de l'ère hybride : l'équipe n'y a marqué que neuf points sur les quatre dernières années.

partages
commentaires
Renault prend la quatrième place du championnat
Article précédent

Renault prend la quatrième place du championnat

Article suivant

Hamilton pense que les températures ont favorisé Mercedes

Hamilton pense que les températures ont favorisé Mercedes
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021